Publié le 2 commentaires

PAUL GUÉRIN, PERSONNAGE CENTRAL DANS « LE BÉBÉ DE FRANCESCA », EN INTERVIEW !

Pour fêter le premier mois de la sortie de la novella « Le Bébé de Francesca », je suis allé interviewer un des personnages centraux de l’histoire : Paul Guérin, le père de Martin, ce bébé si particulier… Découvrez ci-dessous ces réponses à mes questions et la façon dont s’est déroulée la mise en place de l’intrigue, autour de quelques personnages hauts en couleur !


Bonjour Paul, comment vas-tu depuis la sortie de la novella « Le Bébé de Francesca » ?

Bonjour Yannick, je vais très bien, je te remercie. Je me remets petit à petit de cette belle aventure humaine. C’était un travail très intense pendant l’écriture de l’intrigue, tu as été très exigeant mais le résultat vaut le coup. Je suis heureux de ce premier mois de vie du livre, il a l’air de plaire aux premiers lecteurs qui ont eu la chance de le découvrir.

Comment était-ce de faire vivre cette histoire avec un bébé d’un an et demi ?

Je dois avouer que cela n’a pas été facile tous les jours. Travailler avec un enfant aussi jeune peut avoir des mauvais côtés. Il fallait respecter son rythme, que ce soit pour les repas ou le sommeil. Grâce à toi, on a pu s’adapter et construire l’intrigue autour de lui, au fil du temps. Mis à part cela, ce fut très intéressant d’être avec un bébé. Il ne parle pas, mais certaines scènes avec lui ont été géniales à jouer. Notamment la scène de fin, où il a fallu faire preuve de beaucoup d’imagination… Mais je ne vais rien en révéler ici, je ne voudrais pas spoiler ton livre !

Il y a tout de même une chose que l’on peut révéler : le personnage de Francesca est décédé, et elle est absente durant tout le livre. D’où ma question : Francesca existe-t-elle vraiment ?

Le personnage existe vraiment, oui ! Paul, c’est-à-dire moi-même, j’ai été marié à elle. Nous avons ensuite divorcé, quelques temps avant le début de l’intrigue, justement à cause de Martin. C’est un bébé particulier que tu as créé, puisqu’il possède un pouvoir… Hors du commun. En revanche, non il n’y a personne qui a joué son rôle. C’est un personnage fictif, et comme elle n’apparaît pas vivante dans ta novella, je pense que tu n’as pas jugé utile de faire intervenir quelqu’un pour jouer une défunte. Mais ça aurait pu être marrant de la faire vivre à travers quelques flashback, puisqu’il y en a dans le livres…

C’est vrai, oui. C’est une idée qui m’a traversé l’esprit mais j’ai préféré la laisser de côté. Parlons désormais du capitaine Charras, pour continuer avec les autres personnages du livre. Est-il un gentil flic, ou un flic bourru et désabusé ?

Dans le livre, ce personnage est plutôt brut de décoffrage, il agit un peu avant de réfléchir, je dirais. Il semble aussi désabusé après des années passées dans les forces de police. Par ailleurs, il va vite se retrouver perdu avec ce bébé aux capacités surnaturelles. N’y croyant pas au début, il ne saura pas vraiment quoi faire de lui et comment conclure son enquête. Cependant, le flic que tu as décrit dans ton livre n’a rien à voir avec le flic tel que je le connais dans la vraie vie. Le capitaine Charras semble être une personne normale, plutôt joviale d’après ce que j’ai pu voir de lui. Je l’ai un peu suivi dans son job, il le fait avec sérieux mais il est loin d’en avoir marre. Il peut même se montrer drôle, à faire des blagues à ses collègues !

Comment as-tu réussi à faire vivre les scènes d’horreur où on voit le pouvoir de Martin s’en prendre à toi physiquement ?

Comme je le disais tout à l’heure, c’était tout sauf évident, mais c’était plutôt marrant à jouer. En fait, j’avais Martin en face de moi. C’est-à-dire un bébé tout à fait normal, assis dans sa chaise haute, qui me regardait et qui parfois me souriait. Puis, j’ai dû imaginer ce que tu voulais qu’il me fasse vivre. J’ai dû faire abstraction du joli petit chérubin que j’avais en face de moi et imaginer les pires horreurs. Il faut dire que j’ai une bonne imagination, tout comme le capitaine Charras, d’ailleurs. Pour la scène finale, nous sommes parvenus à nous mettre en adéquation. On savait exactement où on voulait aller, l’un comme l’autre. Le résultat est réussi. Enfin, je pense. On a fait plusieurs tentatives, qui ont nécessité plusieurs réécritures de ta part. Au final, quand on a lu le rendu avec toi, tout le monde était satisfait ! Même toi, c’est pour dire…

Justement, cela amène à ma dernière question : comment m’as-tu trouvé pendant tout ce temps où nous avons travaillé ensemble ? Dirais-tu que je suis un écrivain sympa, qui te donnais la bonne direction à suivre ?

Ah oui, tu es très sympa, il n’y a rien à dire. On a toujours travaillé dans une bonne ambiance, malgré toutes les questions que tu as pu te poser pour maintenir la cohérence du récit et intéresser tes lecteurs. En même temps, je t’ai trouvé exigeant. Ce qui a parfois du bon, et parfois du moins bon. Tu as enlevé des passages du livre que j’aurais peut-être gardé, parce que je trouvais qu’on – les personnages – avait fait du bon boulot. Après, tu as su être à l’écoute, notamment des conseils de tes bêta-lectrices. Non, franchement si je devais à nouveau travailler avec un auteur comme toi, ce serait avec plaisir. En plus, pour répondre à la fin de ta question, oui tu donnais bien la direction à suivre. Quand c’était clair dans ta tête, tu savais nous expliquer où tu voulais en venir. On en discutait un jour avec le capitaine Charras, qui n’a pas toujours un rôle évident dans cette histoire. Grâce à toi, nous avons réussi à créer un bon rendu.


Je tiens à remercier Paul Guérin, qui a bien voulu se prêter au jeu des questions/réponses. Bien entendu, vous aurez compris que cette interview est fictive, et que les réponses n’engagent que moi. J’ai bien aimé me prêter à cet exercice, qui je l’espère vous donnera envie de découvrir « Le Bébé de Francesca ». Je vous encourage d’ailleurs à me dire ce que vous en avez pensé, et si vous aimeriez avoir une interview d’un autre personnage du livre (le capitaine Charras, par exemple ?).

Publié le Laisser un commentaire

CHRONIQUE – CÉDRIC SIRE, VINDICTA

Ma dernière chronique de livre, qui portait sur le thriller « Urbex Sed Lex » de Christian Guillerme, vous a partagé. Avec celle-ci, je pense que nous serons tous d’accord : « Vindicta » de Cédric Sire est un pur chef-d’œuvre ! Et je ne mâche pas mes mots, ce roman étant un de mes coups de cœur de l’année. Allez, suivez-moi je vous explique pourquoi je l’ai tant aimé…


Une belle découverte

Comme pour Christian Guillerme, je ne connaissais pas Cédric Sire avant de découvrir « Vindicta ». D’une part, je me suis laissé porter par les publications que j’ai pu voir sur des groupes Facebook sur lesquels je suis. Par ailleurs, j’ai beaucoup vu passer ce roman sur Instagram, donc je me suis dit que j’allais devoir m’y intéresser. D’un autre côté, Céline Spreux (une collègue auteur mais aussi une bêta-lectrice de ma dernière novella) m’avait conseillé ce livre, je l’ai donc suivi presque les yeux fermés. Après avoir été déçu par « Urbex Sed Lex », pour des raisons qui n’engagent que moi, j’avais peur de ne pas me laisser emporter par la plume de Cédric Sire. Mais bon, je me suis dit qu’il fallait bien découvrir de nouveaux auteurs, notamment dans ce genre que j’affectionne tant et dans lequel j’écris moi-même. Pour la bonne cause, si je puis dire.

« Vindicta » m’a rapidement conquis

Au bout de quelques pages, à peine plus d’une centaine, j’ai envoyé un message à ma collègue Céline. Pour la remercier de son conseil, car j’adorais déjà le livre de Cédric Sire ! Il faut savoir que Céline m’avait conseillé de le lire pour me permettre de progresser, suite à la bêta-lecture de ma dernière novella. Mission accomplie, et en plus j’y ai pris du plaisir. Dans ce roman, il y a tout ce que j’aime dans un thriller : du suspense, des rebondissements, du sang, des personnages forts et parfois sarcastiques. Que dire de plus ? Pour un livre qui fait quasiment 800 pages, on ne s’ennuie jamais et il est impossible de prévoir à l’avance ce que Cédric Sire nous prépare. Je n’ai qu’une chose à lui dire : chapeau, vous avez réussi votre coup et je comprends pourquoi tout le monde adore « Vindicta » !

Cédric Sire, un auteur à découvrir

Sur la couverture de « Vindicta », Cédric Sire est encensé par Franck Thilliez. Un autre auteur de thriller que j »affectionne. Si je ne me range pas encore dans la même catégorie que ces deux créateurs de best-sellers, je souhaiterais les rencontrer un jour dans le cadre de mon métier d’écrivain, et échanger avec eux. Je ne veux pas rentrer plus dans le détail concernant « Vindicta », à part pour vous encourager vivement à le lire. Pour ma part, j’attends impatiemment les fêtes pour me faire offrir « La Saignée », le dernier thriller de Cédric Sire. Pour finir, je dirais que ces deux auteurs que je viens d’évoquer sont une vraie source d’inspiration pour mon écriture, et même si je suis encore loin de leur talent, j’espère un jour pouvoir rivaliser avec eux et offrir à mes lecteurs autant de suspense et de joie de lire.


Toi aussi tu as lu « Vindicta » ? Je t’invite à me dire pourquoi tu as aimé ce livre et à échanger avec moi pour en savoir plus suite à ma petite chronique. Et si tu as également lu « La Saignée », tu peux aussi m’en parler, sans me spoiler l’histoire, bien sûr !

Publié le Laisser un commentaire

TOUT CE QUE TU DOIS SAVOIR SUR « LE BÉBÉ DE FRANCESCA »

Si tu me suis, tu sais que ce lundi 22 novembre 2021 est une date particulière pour moi. Eh oui, c’est aujourd’hui que sort officiellement mon cinquième livre, une novella intitulée « Le Bébé de Francesca ». Je me suis demandé ce que je pourrais faire pour te donner envie de la découvrir, et j’ai eu l’idée de te dire tout ce que tu dois savoir, sans trop t’en dévoiler non plus…


Les principaux personnages

Il y a trois personnages au cœur de cette histoire. Ils se côtoient tout au long de l’intrigue et tu n’es pas à l’abri que l’un d’eux te fasse un petit peu peur…

  1. Martin, un bébé de dix-huit mois. Tu le découvriras rapidement, il n’est pas un enfant comme les autres. Pas seulement aux yeux de Paul, son père. Le capitaine Charras va l’apprendre à ses dépens mais… Chut, je ne t’en dirai pas plus, pas de spoiler non plus !
  2. Paul Guérin, le père de Martin. Plusieurs fois convoqué par la police, il va se retrouver perdu, à devoir s’occuper seul de son fils. Dans un premier temps, il va être dépité de voir que le capitaine Charras ne l’écoute pas et je tienne pas compte de ses avertissements concernant Martin. Jusqu’au moment où il sera trop tard…
  3. Le capitaine Maxime Charras, un capitaine de la police de Bordeaux. Ce policier est amené à enquêter sur une affaire qui le fera rencontrer Paul Guérin et son fils. Il croira d’abord que Paul est son principal suspect, mais un événement surnaturel le fera changé d’avis. Il assistera enfin à une scène d’une violence inouïe, qui le changera à tout jamais.

Quid de Francesca dans tout cela ? Car son nom est bien dans le titre, me direz-vous ! Je vous laisse découvrir qui est ce personnage et surtout, ce qu’il lui est arrivé…

Les thèmes

Le premier d’entre eux est la relation tendue entre un père et son fils d’un an et demi. Le père, Paul Guérin, se retrouve seul à s’occuper d’un enfant qui lui fait peur. Pourquoi le craint-il ? Je te laisse le découvrir mais il faut retenir que ce thème est au cœur du livre.

Autre thème de ce livre : la télékinésie. Il s’agit d’un pouvoir surnaturel, qu’un des personnages détient. Tu vas découvrir les tenants et les aboutissants d’un tel pouvoir, qui peut s’avérer être désastreux, notamment pour l’entourage de celui qui le possède.

Enfin, le dernier thème est l’enquête policière, qui pourtant n’est pas centrale dans cette novella. Cependant, elle est bien là, menée par le capitaine Charras et les trois autres policiers qui forment son équipe. Sur quoi porte cette enquête ? Va-t-elle être résolue ? Pour répondre à ces questions, rendez-vous dans « Le Bébé de Francesca ».

Les lieux

L’intrigue de mon nouveau livre se passe en Gironde. Le capitaine Charras travaille au poste de police de Meriadeck, qui se trouve en plein centre-ville. Quant à Paul Guérin, il habite une maison dans la ville de Bouliac, qui fait partie de la communauté urbaine de Bordeaux. Elle se situe sur la rive droite, à quelques kilomètres de la capitale girondine. Enfin, une partie de l’intrigue se situe dans une petite maison à Bègles, autre ville de la CUB. Mais je ne peux pas te dire a qui elle appartient, au risque de trop t’en dire et de te gâcher la surprise concernant ce livre.


Voilà, j’ai tout fait pour te donner envie de lire ma nouvelle parution. J’espère avoir réussi… Si tu es convaincu, je t’invite à te rendre sur Amazon en cliquant SUR CE LIEN pour acheter « Le Bébé de Francesca ». Tu feras partie de ces heureux lecteurs qui auront découvert ma novella, ainsi que le capitaine Charras, un personnage qui sera à nouveau au cœur d’un de mes prochains romans (attention, cette fois-ci c’en est une : SPOILER ALERT !!).

Publié le Un commentaire

UN SUCCÈS À LA SQUID GAME EST-IL SOUHAITABLE EN AUTO-ÉDITION ?

Squid Game, c’est la série que tout le monde – ou presque – a regardé récemment sur Netflix. Au point d’effacer les autres sorties de la rentrée, tant le buzz autour de ce programme original est énorme. Comme beaucoup d’entre vous, je pense, je n’ai pas résisté : j’ai regardé Squid Game. Et même si la fin m’a quelque peu déçu, cela m’a amené à me poser une question : un succès comme celui rencontré par cette série est-il souhaitable pour un auteur auto-édité ? Je vais vous donner mon point de vue qui, bien entendu, n’engage que moi…


Le succès, oui, mais pas trop vite

Ma première réflexion est la suivante : certes, nous souhaiterions que nos livres se vendent à des milliers d’exemplaires, mais sommes-nous prêts à un succès immense comme l’a connu Squid Game ? En effet, qui avait entendu parler de ce programme avant qu’il ne sorte et que tout le monde en parle ? Personne ne s’attendait à une telle mise en avant. Les acteurs coréens qui ont joué dans la série n’étaient pas prêts. Ce qui m’amène à une autre réflexion : un succès qui arrive trop vite peut être néfaste. Nous n’y sommes pas préparés. Personnellement, je préférerais que mes livres se fassent connaître petit à petit, qu’ils ramènent de plus en plus de lecteurs, oui, mais au fil des mois et des années. Il vaudrait mieux avoir le temps de le voir venir que de se le prendre en pleine figure au moment où on ne s’y attend pas.

LEs masques et le costume rose sont devenus les symboles de Squid Game

Une mise en lumière venue de nulle part

Comme je le disais, personne ou presque n’avait entendu parler de Squid Game. La stratégie marketing a été rondement bien menée par Netflix. Ils ont fait le pari de faire confiance à des scénaristes coréens pour envahir les petits écrans du monde entier. Le moins que l’on puisse dire, c’est que cela a marché en France. Selon moi, il y a une démarche à suivre pour les auto-édités : souvent, nous voulons conquérir le marché français avec nos livres, mais ne seraient-ils pas adaptés pour un autre marché, à l’étranger ? Nous le savons, les habitudes de lectures ne sont pas les mêmes en France et dans d’autres pays du monde, comme les États-Unis. De mon côté, je me dis qu’il serait intéressant d’essayer de faire connaître mes livres à l’étranger. Comment ? Je ne sais pas encore, mais il y a matière à réfléchir. Pourquoi pas dès le prochain ?

Qui connaissait Lee Jung Jae avant Squid Game ?

Squid Game : un succès immédiat, et après ?

Ma dernière réflexion porte sur la durée de vie de cette série. Après la première saison, le public a été conquis, voire choqué par la violence de certaines scènes. Ce qui a contribué à faire parler de Squid Game. Et la suite ? S’il y a une deuxième saison, aura-t-elle autant de succès ? Pas sûr. On pourrait faire la comparaison avec la Casa de Papel, qui a perdu de l’audimat au fil des saisons. Pourquoi ? Il y avait trop d’attente. C’est en cela qu’un succès trop rapide peut être néfaste, selon moi. Après être monté si vite en haut de l’affiche, les gens en attendent toujours plus. Ce qui est naturel, mais pas facile à assumer. On ne peut pas toujours être au top et plaire à tout le monde. Des auteurs qui ont connu le succès ont aussi reçu les pires critiques. Et ça aussi, il faut y être préparé.

Rond, ; triangle ; carré : trois symboles forts de Squid Game


Pour conclure, je dirai que si un auteur auto-édité connaît un énorme succès, et c’est déjà arrivé, j’en serai le premier heureux pour lui. Mais je lui conseillerai de faire gaffe au retour de bâton, qui peut faire très mal. Bien entendu, vous pouvez être en désaccord avec mes arguments, mais dans ce cas je vous invite à argumenter en commentaire pour me dire ce que vous en pensez. Je vous répondrai avec plaisir, car je sais que tout le monde ne peut pas partager mon point de vue.

Publié le Laisser un commentaire

LE RETOUR DE DEXTER, EST-CE UNE BONNE IDÉE ?

Qui ici n’a jamais vu Dexter ? Qui, comme moi, a adoré cette série et est en joie à l’idée de la voir revenir à l’automne prochain pour une neuvième saison ? Si vous êtes un grand fan de la série, vous devez vous aussi vous poser mille questions sur ce come-back, qui sera un franc succès… ou un échec cuisant ! Alors, est-ce réellement une bonne idée de faire revenir notre psychopathe préféré à la télévision ?


Pour celles et ceux qui seraient passés à côté, Dexter est une grande source d’inspiration pour mon travail d’auteur. Tueur en série ingénieux, mais perdu dans sa vie, ce personnage haut en couleur a toujours été merveilleusement bien joué par l’acteur Michael C. Hall, qui l’a interprété à l’écran de 2006 à 2013. Depuis huit ans, ce type père de famille qui a perdu quelques-uns de ses proches avait quitté le petit écran. Il y a quelques mois, voilà qu’on nous annonçait une saison 9, diffusée cet automne aux États-Unis ! Première réaction : un cri de joie, des palpitations et une impatience chronique. Puis, les questions sont venues s’insinuer dans mon esprit. Je vais vous faire part de mes attentes, mais aussi de mes nombreuses craintes concernant le retour de Dexter Morgan, le plus sympathique des psychopathes… Même si personne n’aimerait vraiment l’avoir comme voisin ! Quoique.

Changement de décor : la nouvelle vi(ll)e de Dexter

Les habitués de Dexter se souviennent que la série se déroulait en Floride, dans la ville de Miami. Pour cette nouvelle saison, huit ans plus tard, nous retrouverons notre personnage préféré dans une ville fictive au nord de l’état de New York : Iron Lake. Fini le soleil, donc, et place à la neige ! Il faudra un peu de temps pour s’y habituer, mais qui sait, ça devrait ouvrir de nouvelles perspectives. Et comme le dit Michael C. Hall dans une interview, le soleil va certainement manquer aux fans de la série, mais on s’habituera vite à ce nouvel environnement enneigé. Par ailleurs, on découvrira un nouvel alias pour Dexter Morgan qui, comme on a pu le voir dans le premier trailer, s’est construit une vie sous le nom de Jim Lindsay. Apparemment, il tente de se fondre dans la masse, mais y parviendra-t-il réellement ?

Quels personnages pour cette nouvelle saison ?

Ce qui est sûr, c’est qu’on retrouvera un personnage originel, en dehors de Dexter Morgan ! Il s’agit de sa sœur, Debra, qui sera de nouveau interprétée par Jennifer Carpenter. Elle a été aperçue sur les différents teasers publiés sur les réseaux sociaux, ainsi que sur différents posts. Le fils de Dexter, Harrison, sera aussi présent dans cette neuvième saison. Mais, comme l’action se déroule une dizaine d’années après la saison huit, il aura grandi et sera interprété par un nouvel acteur, Oscar Wahlberg, qui fera donc partie des nouveaux visages. Au même titre que l’actrice Jamie Chung (qui a notamment joué dans Lovecraft Country), dont on ne sait pas encore quel rôle elle interprètera. On voit donc qu’un nouvel univers a été créé autour de Dexter. Espérons que ces nouveaux personnages soient aussi efficaces que les anciens, morts pour la plupart (dans la série, bien sûr !).

Quelques craintes à propos de ce retour…

Enfin, je vais vous partager mes craintes à propos de ce retour d’une de mes séries préférées. Tout d’abord, je me demande si le duo Dexter/Debra fonctionnera toujours. En effet, la sœur de Dexter connaît depuis la saison huit (ou la fin de la sept, je ne me souviens plus très bien) le secret de son frère. Elle sait qu’il ne peut s’empêcher de tuer et a été flic… Par ailleurs, quelle sera la relation entre Dexter et son fils ? Quel personnage sera joué par Jamie Chung ? J’espère vraiment voir toutes ces questions trouver une réponse rapidement, mais je ne me fais que peu de doutes sur le fait qu’il y aura une fin à couper le souffle. En effet, Michal C . Hall a déjà émis l’hypothèse qu’un élément viendra perturber la petite vie tranquille que s’est construite Dexter.


Pour conclure, je pense que le succès n’est pas encore garanti pour le retour de Dexter. Les fans auront beaucoup d’attentes et il faudra nous surprendre. Ceci dit, je me pose une dernière question : y aura-t-il une suite, une dixième saison, si cette nouvelle version est un succès ? Ou alors, est-ce que ce sera un véritable échec, qui nous laissera un goût amer ? La réponse dans quelques semaines… Et vous, attendez-vous aussi avec impatience le retour de Dexter ? Dites-moi tout !

Publié le Un commentaire

TU VEUX CONNAÎTRE LA DATE DE SORTIE DE MON NOUVEAU LIVRE ?

Fidèle Lecteur, cet article est pour toi ! Tu veux connaître la date de sortie de mon nouveau livre ? Et avoir un peu plus d’informations à son sujet ? Ne bouge plus, tu es au bon endroit ! Enfin si, tu peux bouger… mais pas avant d’avoir lu cet article. Et si tu penses que j’aurais pu me contenter d’une publication sur les réseaux sociaux, je te prie de lire attentivement cet article. Je vais t’expliquer pourquoi je fais le choix de ne pas lâcher cette information capitale n’importe comment dans la nature.


Le Bébé de Francesca

Si tu me suis sur les réseaux sociaux, tu dois te souvenir que j’ai commencé à écrire le manuscrit de ce nouveau livre en fin d’année dernière. Chaque lundi, pendant dix semaines, je partageais l’avancée de ce récit. Je te donnais le nombre de mots écrits et te livrais mon sentiment sur cette histoire. Cette partie-là, je l’ai partagée sur les réseaux sociaux pour t’habituer à ce qui va être une novella (ou roman court) : « Le Bébé de Francesca ». Le titre doit déjà te parler si tu me suis régulièrement. Pour ce qui est de la date de sortie, je ne pouvais pas me fendre d’une petite publication. Cela aurait été redondant et je voulais t’en dire un peu plus, à toi qui fais l’effort de venir sur mon site pour lire cet article. Voilà pourquoi j’ai fait ce choix.

L’introduction du Capitaine Charras

Il y a deux façons de me montrer que tu es fidèle et d’en être récompensé. T’abonner à ma newsletter (d’ailleurs, ils sont déjà quelques-uns à connaître la date de sortie de mon prochain livre…) ou lire les articles sur mon site, comme celui-ci. De cette façon, tu as quelques informations avant les autres, que je partagerai peut-être ensuite via les réseaux sociaux. Voilà d’ailleurs une première exclusivité : la novella « Le Bébé de Francesca » me sert à introduire un personnage que tu retrouveras dans d’autres récits. Il s’agit du Capitaine Charras. Tu le comprendras vite, il travaille au poste de police de Meriadeck, dans la ville de Bordeaux. Ce personnage est présent dans une nouvelle parue dans le dernier recueil des Plumes Indépendantes, « Plumes Vagabondes ». Et, s’il n’est pas le seul personnage principal de ma novella à venir, je souhaiterais le développer dans d’autres histoires. Affaire à suivre, donc.

Rendez-vous dans trois mois

Allez, je vois que tu commences à trépigner sur ton siège ! Tu veux la connaître, la date de sortie de la novella « Le Bébé de Francesca » ? Sache qu’il va encore falloir un peu de patience. En effet, ce livre ne sera publié que le 22 novembre 2021. Je sais, ça fait un peu plus de trois mois à attendre ! Mais je préfère lancer la promotion de ce livre tout de suite, pour un meilleur lancement. Alors je compte sur toi pour partager les informations le concernant, au fur et à mesure qu’elles arriveront ! Quoiqu’il en soit, tu as l’information capitale concernant cette novella. Dans les semaines à venir, je te dévoilerai la couverture, le synopsis et je te parlerai plus en détails des principaux personnages. Je sais que tu voudrais tout savoir tout de suite, mais… patience !


Tu te demandes si les visuels de cet article sont en lien avec « Le Bébé de Francesca » ? Je ne vais pas te laisser réfléchir plus longtemps : oui, bien sûr ! Bon, je te laisse imaginer un peu ce que pourrait être la couverture, sachant que comme souvent, il s’agit d’un thriller (avec une pointe de fantastique…). Je te laisse là-dessus, à bientôt !

Publié le Un commentaire

JE TE RÉVÈLE TOUT SUR LA COUVERTURE DU RECUEIL DE NOUVELLES « LE TRAIN DE L’ANGOISSE »

Lectrices, Lecteurs, bien le bonjour ! Dans quelques jours, cela fera six mois que mon dernier recueil de nouvelles, « Le Train de l’Angoisse », a été officiellement publié. Six mois après, j’avais envie de te parler des choix que j’ai faits concernant cette couverture qui, je dois l’avouer, vous a beaucoup plu. Suis-moi, je vais te livrer tous les secrets de création de cet élément indispensable à une œuvre littéraire !


D’où provient l’image de la couverture ?

Je vais d’abord t’expliquer d’où sort cette image d’une locomotive, qui semble sortir d’une forêt hantée, que j’ai utilisée pour la couverture de ce recueil. Plusieurs sites proposent d’acheter des images libres de droit. C’est le cas de 123RF, que j’utilise depuis mon premier livre, en 2017. Pour quelques euros, j’achète des crédits qui me permettront d’acheter des images totalement libres. Je ne vole le travail de personne, je fais tout cela dans la légalité. Pour ce recueil de nouvelles, je voulais une image d’un train qui fasse peur. En tout cas, elle augure du côté angoissant que j’ai voulu donner aux nouvelles qui le composent. Je pense avoir réussi mon coup : je plonge tout de suite le lecteur dans cet univers du train délabré. Comme un train-fantôme qui provoque des frissons. On retrouvera d’ailleurs ce thème du train dans les titres des nouvelles, du wagon 1 au wagon 10.

Une tâche que je confie à une graphiste

Deuxième chose dont je voulais te parler : ce n’est pas moi qui ai réalisé cette couverture. J’ai tenté le coup une fois, pour le roman « Zoé ». Et je me suis promis de ne jamais recommencer. Pourquoi ? Je me suis rendu compte que c’est un vrai métier. D’autres le font bien mieux que moi. Comme pour mes deux premiers livres, j’ai confié cette tâche à une vraie graphiste. Elle s’appelle Virginie Wernert. J’ai toujours été content de son travail. Ce fut à nouveau le cas pour « Le Train de l’Angoisse ». Virginie commence à me connaître, elle sait où sont mes exigences. On échange par mail. Je peux lui dire honnêtement ce que je pense de son premier jet. Elle fait ensuite les modifications que je lui demande. Au final, elle réalise toujours des couvertures efficaces, qui attirent l’œil du lecteur. Je la remercie pour son formidable travail.

Le titre du livre et le nom de l’auteur

Pour cette partie, je laisse en général carte blanche à Virginie Wernert. Je lui demande juste une chose : de préciser s’il s’agit d’un roman ou d’un recueil de nouvelles. Ainsi, elle me fait une première proposition. Si elle me plaît, je valide. Sinon, on retravaille le sujet ensemble. Pour ce recueil de nouvelles, j’ai demandé quelques modifications, que Virginie a bien voulu apporter. Mais c’est elle qui a été force de proposition quant à la police d’écriture du titre. C’est bien grâce à Virginie que les lettres sont un peu effacées. Ce qui ajoute, selon moi, un côté mystérieux à ce livre et à sa couverture. Qu’en pensez-vous ? Pour moi, le job est réussi. Bravo, Virginie !

La quatrième de couverture

Enfin, quelques mots sur la quatrième de couverture. Si Virginie Wernert est une excellente graphiste, elle n’est pas l’auteur de ce livre. C’est bien moi qui ai rédigé la quatrième de couverture. Tout comme j’ai rédigé ma biographie. En revanche, c’est bien Virginie qui a effectué la mise en page de ce tout. C’est elle qui a décidé de mettre la biographie sur un bandeau orange, pour rappeler le code couleur de la couverture. Pour ma part, je lui ai juste envoyé les textes pour qu’elle puisse réaliser la couverture complète. C’est d’ailleurs bien normal qu’on retrouve son nom en bas de la quatrième de couverture. Il faut bien rendre à César ce qui appartient à César ! Enfin, à Virginie… Alors, vous pensez que cette couverture est réussie ? Vous donne-t-elle envie d’en découvrir un peu plus sur ce recueil de nouvelles ?


Comme d’habitude, je vous encourage à réagir à cet article et à répondre, en commentaire ou par mail, à la question que je vous pose à la fin de l’article. Et puis, s’il vous a plu et que vous ne voulez pas louper les prochains que je rédigerai, vous pouvez aussi vous inscrire à ma newsletter !

Publié le Laisser un commentaire

JE LANCE MON PROGRAMME AUDIO : DÉCOUVRE « THRILLER, LE PODCAST »

Salut à toi qui me suis depuis quelques temps déjà, ou qui tombe sur cet article et sur mon site totalement par hasard… Ce lundi, je viens te présenter mon nouveau projet, en lien avec mon métier d’auteur : un podcast que j’ai voulu intituler « Thriller, le podcast ». Pourquoi ce nom et quel en sera le contenu ? Suis-moi, je t’explique tout et surtout, je te mets le lien du premier épisode qui présente en long, en large et en travers ce tout nouveau programme que je te propose de découvrir…


Depuis quelques temps, j’avais envie de partager autre chose que mes livres avec mes lecteurs. Je me suis donc demandé ce que je pourrais faire pour échanger sur mes genres de prédilection que sont le thriller, l’horreur et le policier. Des genres littéraires que j’aime lire avant tout, et qui sont les genres dans lesquels je m’éclate quand il s’agit d’écrire. Faisant de la webradio depuis quelques temps déjà, j’ai donc eu l’idée de créer un podcast et d’en passer par la voix pour pouvoir échanger avec toi, Chère Lectrice et Cher Lecteur. Cependant, comme je vais te partager le premier épisode de ce nouveau podcast, que j’ai voulu intituler « Thriller, le podcast », je ne vais pas te le présenter à l’écrit. Au lieu de ça, je vais te faire un court descriptif de ce premier épisode, qui sert à présenter ce programme audio que je viens de créer.

Épisode n°1 – Présentation :

1/ Dans ce premier épisode, je commence par vous présenter ce nouveau podcast, en vous expliquant ce qui m’a poussé à le créer.

2/ Puis, je vous parle succinctement des genres thriller/horreur/policier, qui feront partie des thèmes principaux de ce programme.

3/ Ensuite, je vous fais étalage de tout ce que vous ne trouverez pas dans ce podcast. C’est aussi une façon pour vous de savoir si vous êtes au bon endroit…

4/ Je vous présente également tout ce que vous pourrez trouver dans ce podcast « Thriller », sachant que ce sera aussi à vous de m’aider à l’alimenter en échangeant sur les sujets proposés !

5/ Enfin, je vous donne toutes les billes pour pouvoir communiquer avec moi, via le podcast, mon mail perso ou les réseaux sociaux… Pas d’hésitation possible, d’autant plus que le fond musical devrait vous donner quelques frissons.

Allez, je vois que vous trépignez d’impatience alors voici le moment que vous attendez tous : le premier épisode de « Thriller, le podcast » !


Bien entendu, je vous encourage à me laisser un petit message pour me dire ce que vous avez pensé de ce premier épisode ! Je vous invite également à me donner des sujets que nous pourrions traiter dans ce podcast, en rapport avec cette petite présentation. Je te dis à bientôt, Toi qui a écouté ce programme et qui a déjà hâte d’entendre la suite !

Publié le Laisser un commentaire

RENCONTRE AVEC DARYL DELIGHT, AUTEUR DE THRILLER

Cher Toi, me revoilà pour une nouvelle interview ! En effet, je suis allé à la rencontre d’un collègue autoédité, qui comme moi écrit des thrillers et de l’horreur. Un échange sanglant, qui n’en est pas moins intéressant ! Laissez-moi donc vous présenter Daryl Delight, auteur à succès qui compte déjà quatre romans à son actif, dont « Amalia » ou encore son petit dernier, « Une Nuit au Funérarium ». Attention, si vous le croisez la nuit, changez de trottoir, conseil d’ami…


Fan de Stephen King, amateur de frissons et d’histoires à suspense… Daryl Delight avait tout pour me plaire, puisqu’il évolue dans la même catégorie que moi ! Certes, et je ne m’en cache pas, il rencontre beaucoup plus de succès que votre hôte. Mais est-ce que cela doit nous empêcher de passer un bon moment ? Armé d’un couteau que je gardais discrètement derrière mon dos (je ne crois pas qu’il l’ait vu, mais bizarrement je n’ai pas eu le loisir de voir sa main droite), je suis allé à sa rencontre. Qui est restée virtuelle, certes, mais pas moins ultra intéressante ! Je vous laisse découvrir ça, je ressens comme des picotements dans la nuque…

Bonjour Daryl, peux-tu d’abord te présenter et nous parler de ton parcours ? Qu’est-ce qui t’a mené vers l’écriture et le métier d’écrivain ?

J’ai toujours été attiré par l’écriture. À l’école primaire, lorsqu’on me demandait ce que je voulais faire plus tard, je répondais écrivain. J’écrivais des petites histoires déjà à l’époque, rien de bien original, mais j’adorais ça. Je me suis ensuite passionné pour le cinéma. Je voulais devenir scénariste au collège et lycée, pour voir les images que j’avais dans la tête sur grand écran. J’adore le septième art, encore aujourd’hui. Plus tard, je suis revenu aux romans plutôt qu’aux scénarios. Mais l’écriture a toujours été là, d’une façon ou d’une autre. L’envie de poser les mots sur le papier, de raconter des histoires ne m’a jamais quitté.

Tu te définis, sur ton site, comme un auteur de Thriller/Horreur/Suspense ? Qu’est-ce qui t’a mené à écrire dans ces genres ? Pourquoi te plaisent-ils tant ?

J’ai adoré ça très jeune. Quand j’ai commencé à avoir l’âge, ou peut-être un peu plus jeune, vers douze ans, je me suis rapidement intéressé aux films d’horreur. Les premiers devaient être les Freddy Krueger. J’ai ensuite découvert des films plus tournés thriller comme Seven, Psychose ou Taxi Driver. J’aime ce genre pour l’ambiance, que ce soit horreur ou thriller. La pluie qui tombe. La nuit. Les orages. Les manoirs isolés. Les enquêtes policières. Le suspense. J’aime essayer de deviner la fin, de trouver le meurtrier. J’adore tout simplement ça. J’aurais pu ajouter les cadavres et les scènes de meurtres, mais ça ferait un peu psychopathe de dire que j’adore ça aussi.

Peux-tu nous parler des ouvrages que tu as publiés à ce jour ? Si je ne m’abuse, tu as sorti quatre romans, c’est ça ?

C’est bien ça, quatre, même si le premier « La légende de Spellman » est très court. Je le considère plus comme une envie de me faire plaisir au départ. Je l’ai écrit avec mon âme d’adolescent, et ça se ressent dans l’écriture. Ce n’est pas celui que je conseillerai pour débuter même s’il est le favori de certains de mes lecteurs et lectrices. « Amalia », le second, voilà celui par lequel je conseille de commencer quand on me demande. Il ne fait que 210 pages, mais il se passe beaucoup de choses. Je voulais que le suspense soit omniprésent, et qu’il y ait des révélations et de l’action à chaque chapitre. Je pense avoir réussi. « La famille Nilsen » est un peu spécial. Il vaut mieux avoir lu « Amalia » avant pour comprendre la raison de l’existence du livre. Les deux sont liés. « Une nuit au funérarium » est mon dernier. J’adore Jasper, le personnage principal. C’est un thanatopracteur qui nous invite dans son funérarium et nous raconte les récits des cadavres qui passent sur sa table. On peut très bien débuter avec celui-ci également. J’espère retourner au funérarium très vite, d’ailleurs !

D’où te viennent toutes ces idées d’histoires terrifiantes et surtout, ces personnages atypiques, comme par exemple Jasper dans « Une nuit au funérarium » ou encore Amalia dans le roman du même nom ?

Les personnages sont le plus importants dans une histoire. C’est les personnages qui font l’histoire. Leurs manières de réagir, leurs décisions à chaque situation dont laquelle je les mets qui détermine la suite du récit. Je puise mon inspiration de partout. De ce que j’ai lu. Des films que j’ai vus. De la musique que j’écoute. Je nourris mon imagination avec l’art des autres pour ensuite créer quelque chose de nouveau, ma version des choses.

Quels sont tes futurs projets et où en es-tu de ce(s) projet(s) ?

Je suis en train d’écrire mon prochain livre. Je n’ai encore rien donné à mes bêta-lecteurs, alors je ne sais pas si c’est bon. S’ils sont très enthousiastes, c’est que le livre sortira, sinon, je passerai à un nouveau projet. C’est difficile de commencer un nouveau roman. On aimerait écrire un chef-d’œuvre, avoir l’idée parfaite, mais en réalité, on ne peut pas savoir à l’avance. Dans l’écriture d’un roman, il y a toujours des hauts, des moments où l’idée nous paraît géniale, et des bas, où l’on doute de ce que l’on fait. Il ne faut pas trop réfléchir et écrire. Plus facile à dire qu’à faire.

Si je ne me trompe pas, tu es un auteur autoédité, qui rencontre le succès puisque tu le dis sur ton site : déjà plus de 15 000 lecteurs ont été conquis ! Quelle est, selon toi, la clé de ce succès ?

Je n’ai eu que dix lecteurs en plusieurs mois pour mon premier livre. Ce n’est qu’après plusieurs romans publiés que les lecteurs ont réellement commencés à venir. Petit à petit. Il n’y a pas de clé du succès. Il faut écrire pour soi, par passion, publier pour son public déjà acquis et les nouveaux lecteurs viendront au fur et à mesure. Cela peut être moins long pour certains, un livre, un succès immédiat, ou beaucoup plus long pour d’autres. Ce qui est important c’est de comprendre ce qui ne va pas. Mon texte contient-il des fautes ? Ma couverture est-elle attirante ? Mon résumé donne-t-il envie ? Est-ce que mon livre est visible ? Il faut toujours se poser des questions, tenter de voir ce qu’on peut améliorer et tester plusieurs choses. Apprendre, encore et toujours.

Tu as d’ailleurs entre 260 et plus de 550 avis sur tes différents livres… Ces chiffres semblent difficiles à atteindre à beaucoup d’auteurs qui débutent, comment tu fais ?

Oh oui, c’était très dur au début. Je ne pensais pas en avoir autant. Cent me paraissait incroyable quand j’en avais que deux. Mais ce n’est pas non plus extraordinaire. Marjorie Levasseur par exemple, qui est une auteure talentueuse (ou autrice comme vous voulez) autoéditée, a atteint les 900 commentaires avec un livre publié il y a sept mois à peine. J’espère atteindre ce nombre un jour. Il n’y a pas de secret. Et personne ne peut prévoir un succès ou un échec. Un très bon livre peut ne pas être apprécié et finir aux oubliettes. Au contraire, un livre assez basique peut parfois atteindre des sommets. Il suffit de voir l’engouement pour « Cinquante Nuances de Grey ». C’est tout de même mieux quand on écrit un bon livre et qu’il a le succès qu’il mérite, j’en conviens. Il ne s’agit pas d’attendre bêtement, bien sûr, mais comme dit précédemment, il faut être patient, tester des choses, gagner ses lecteurs petit à petit et conquérir leurs cœurs. Si on donne tout ce qu’on a, les lecteurs et lectrices aimeront, ils se pencheront sur les précédentes productions et reviendront pour les suivants. Ils ne le font pas pour vous faire plaisir, mais parce qu’ils aiment ce que vous faites.

As-tu déjà essayé d’être édité en maison d’édition traditionnelle ? Est-ce que cela te tenterait ou tu préfères gérer toi-même tes affaires ? Pourquoi ?

Je me suis tourné vers l’autoédition dès le départ et je n’ai jamais envoyé de manuscrit à une maison d’édition. Il y a des avantages et des inconvénients, même si de mon côté je m’y plais énormément. Est-ce que j’accepterais un contrat si on m’en proposait un ? Oui, sûrement, si une grande maison d’édition me propose un contrat qui me convient. Il y a beaucoup de paramètres à prendre en compte, la rémunération, la communication qu’ils comptent faire, quels droits sur mes livres et pour combien de temps… Mais évidemment, si un jour je pouvais avoir mes livres dans toutes les librairies de France, ce serait une victoire.

Parlons un peu de toi en tant que lecteur, désormais. Qu’aimes-tu lire ? Qui sont tes auteurs préférés, ceux qui t’inspirent aussi ?

Je suis en pleine lecture de « Psychose » de Robert Bloch, qui a inspiré le célèbre film que j’apprécie tant de Hithcock. Il est assez court donc il ne tiendra pas longtemps. Ensuite j’attaquerai « Vindicta » de Sire Cédric. Sinon, je suis un grand fan de Stephen King même si je n’ai pas lu toute sa bibliographie. En même temps, il y a de quoi faire.

Es-tu un grand lecteur ? Penses-tu, comme certaines personnes, qu’un auteur a besoin de lire beaucoup pour être inspiré et écrire de bons romans ?

Absolument, il faut lire pour s’inspirer. Pour les idées, oui, mais aussi pour trouver son style. De voir différentes manières de raconter une histoire. D’apprendre un peu de vocabulaire. En ce qui concerne l’inspiration, il n’y a pas que la lecture. On peut être inspiré de plein de choses, du cinéma entre autres. Regarder un film peut donner des tas d’idées. Il m’arrive souvent de voir une scène, et le cadrage d’une femme dans la nuit peut me donner des idées. Une simple image ou une ambiance peut amener l’imagination à produire quelque chose de totalement différent. Cela dit, la lecture est indispensable. Je ne dis pas qu’il faut lire dix livres par mois, mais il faut lire, oui !

As-tu envie d’ajouter quelque chose, de parler d’un autre sujet qui te tient à cœur ?

Je crois que non. Tes questions étaient pertinente. Mais je te remercie pour ce petit échange qui était sympathique.

À mon tour de te remercier d’avoir accepté de répondre à mes questions. Entre fans de Stephen King, je crois que l’on s’est bien compris !


Retrouvez toutes les informations sur Daryl Delight sur son site internet : https://daryldelight.com/ ! Quant à moi, je vous retrouver très vite pour un nouvel article, où il sera question d’une nouvelle activité que je compte lancer en lien avec mon métier d’auteur… Stay tuned !

Publié le Laisser un commentaire

JOYEUX ANNIVERSAIRE : « ZOÉ » FÊTE SA PREMIÈRE ANNÉE !

Ce mardi 22 juin, Zoé a fêté sa première année d’existence ! Si tu ne la connais pas encore, Cher Lecteur, il s’agit du personnage principal de mon deuxième roman, qui a donc vu le jour en juin 2020. Et pour fêter cela, je voulais te reparler de ce personnage, sa genèse (je rappelle qu’elle est d’abord apparue dans une nouvelle publiée en 2017) et t’offrir un petit cadeau. Juste au cas où tu serais intéressé par ce roman que tu n’aurais pas encore découvert…


Zoé, personnage né d’une nouvelle en 2016

Qui est Zoé ? Il s’agit d’un des premiers personnages que j’ai créé quand je me suis mis sérieusement à l’écriture, il y a quelques années. Au départ, ce personnage était une petite fille de huit ans. Elle est d’abord apparue dans la nouvelle « Le Don », publiée dans le tout premier recueil que j’ai sorti en autoédition. Ce recueil, intitulé « Des Aventures Hors Du Commun », m’a permis de mettre en scène cette enfant dotée d’un pouvoir singulier : elle parvient à lire dans les pensées. Dans la nouvelle « Le Don », elle doit apprendre à vivre avec ce pouvoir. Accompagnée par le Dr Clarke et un ami de celui-ci, prénommé Tom, elle va y parvenir. Ce qui ne se fera pas sans quelques accrocs et péripéties mais à la fin de la nouvelle, Zoé a dompté son don. Elle a appris à vivre avec, au grand soulagement de ses parents.

Cette nouvelle t’intéresse ? Rendez-vous sur ma boutique, la réédition illustrée du recueil « Des Aventures Hors Du Commun » y est toujours disponible.

Suite des aventures de ce personnage particulier : le roman « Zoé » (2020)

Quelques temps après avoir sorti mon premier roman, qui a fait suite au recueil de nouvelles « Des Aventures Hors Du Commun », j’ai eu envie de donner une suite à la vie de ce personnage. Ainsi, j’ai voulu imaginer ce qu’il pourrait lui arriver quand elle entrerait dans l’âge adulte. Arriverait-elle toujours à gérer son pouvoir ? Ne deviendrait-il pas gênant, à plus d’un égard ? Voilà comment l’idée du roman « Zoé » est née. J’ai imaginé cette histoire d’adolescente séquestrée par un psychopathe, qui prie dans sa tête qu’on vienne la sauver. Zoé entend sa voix, même si plusieurs centaines de kilomètres les séparent. Vous l’aurez compris, elle se met ensuite en tête d’aller aider cette pauvre fille. Et je ne t’en dirai pas plus ! Si cela t’intrigue, je t’encourage à lire le roman.

Je voulais juste préciser une chose, qui a pu gêner quelques lecteurs de ce second roman. Une première partie, dans cette histoire, est consacrée à l’adolescence de Zoé. Il me semblait important – et c’est un choix que j’assume, même si cela crée quelques longueurs – de faire la transition entre l’enfance de Zoé et son entrée dans l’âge adulte, quand elle fête ses 18 ans. Voilà pourquoi plusieurs pages sont consacrées à ses années au collège et au lycée. Une fois cette partie passée, le lecteur entre directement dans l’action. Et je ne le lâche plus, jusqu’à une fin ouverte… qui laisse peut-être présager, un jour, une suite à ce manuscrit. Qui sait ? Et là, je te livre une exclu, Cher Lecteur !

Et le cadeau dont je t’ai parlé, dans tout ça ?

Doucement ! On y vient aux cadeaux que je souhaite t’offrir pour fêter cet anniversaire un peu spécial. Le premier concerne le format numérique, toujours disponible sur Amazon. Pour le trouver plus facilement, je t’invite à cliquer ICI. Jusqu’au 30 juin, le prix de l’e-book a été baissé à 0€99 au lieu de 2€99. Si tu lis en numérique, tu n’as plus le choix : profite de cette offre exceptionnelle ! L’autre cadeau concerne les gens qui préfèrent tenir un livre broché entre leurs mains. Sur ma boutique, tu trouveras un pack que j’ai créé spécialement pour l’anniversaire de « Zoé ». Pour le même prix que le roman, soit 15€ (au lieu de 20€), tu pourras acquérir le livre, un marque-pages et une carte postale reprenant une illustration réalisée par Emma Delouhans pour la réédition du recueil « Des Aventures Hors Du Commun », l’année dernière. Si ces goodies te font envie, rendez-vous directement ICI.


J’espère que tu en as appris un peu plus sur Zoé, ce personnage qui me tenait à cœur quand j’ai commencé à publier en tant qu’auteur indépendant. Parfois, quand j’écris des articles anniversaire, je te parle de chiffres de vente et des retours de mes lecteurs. Là, j’avais envie de changer un peu et de revenir sur la création de cette petite fille dans mon esprit d’écrivain. Peut-être est-ce parce que je vais être papa, moi aussi d’une fille, et que cela me met en joie de t’offrir des cadeaux en lien avec ce que j’écris. Tu aurais tort de ne pas en profiter, n’est-ce pas ?