Publié le Laisser un commentaire

IL Y A UN AN, JE PUBLIAIS « LE BÉBÉ DE FRANCESCA »

Salut à toi, Fidèle Lecteur ! Le 22 novembre dernier, mon dernier livre a fêté sa première année de sortie. Il s’agit de la novella « Le Bébé de Francesca », qui est toujours disponible au format numérique sur Amazon et au format papier (sur mon site auteur ou également sur Amazon). Comme j’aime le faire habituellement, je vais donc te dresser un petit bilan de cette année écoulée, où je vais te parler en toute transparence des ventes et du bénéfice que j’ai pu faire (ou pas) et des retours que vous m’avez faits sur ce livre.


Il y a un peu plus d’un an, je publiais mon dernier livre en date : la novella « Le Bébé de Francesca ». Je te l’ai déjà expliqué plusieurs fois mais en tant qu’auteur indépendant, je trouve qu’il est important de faire des bilans comme celui-ci. D’ailleurs, j’aime bien être transparent et je vais évoquer pour toi les points positifs et négatifs concernant ce livre. Pour rappel, « Le Bébé de Francesca » est un thriller, un roman court centré autour d’un personnage : un bébé d’une dizaine de mois, doté d’un don de télékinésie. Ce livre m’a également permis d’introduire le personnage du capitaine Charras, un flic plus tout jeune que tu retrouveras dans d’autres romans… Si tu souhaites l’acquérir, tu peux toujours te rendre sur Amazon pour l’acheter ; ou m’envoyer un mail, en privé, si tu le veux au format broché ou relié avec une dédicace.

Combien de livres j’ai vendu et est-ce que je suis rentré dans mes frais ?

La réponse est simple : non, je ne suis pas encore rentré dans mes frais, même si je n’en suis pas loin. Il me reste un tiers du chemin à parcourir pour rembourser l’argent investi dans la création de cette novella. Ainsi, j’ai bon espoir d’y parvenir dans le courant de l’année 2023, surtout si tu m’y aides en parlant de ce livre autour de toi. Quoi qu’il en soit, je me suis rendu compte avec le temps que cela prend en moyenne deux à trois ans pour rembourser l’argent investi dans un livre en auto-édition. Je parle de mon expérience, bien entendu. En terme de ventes, j’ai écoulé à ce jour 128 livres. Cela fait une moyenne de 11 livres chaque mois. Ce qui n’est pas si mal, avec un taux de 2 e-books vendus pour un livre papier ou relié. Le point positif, ce sont vos retours !

La barre des 100 évaluations bientôt franchie

Quant aux évaluations, c’est là où je suis le plus satisfait. On récolte ce que l’on sème et, dans la version numérique de ce livre, je t’ai directement mis le lien pour laisser une évaluation sur Amazon. Ainsi, à ce jour, j’en ai récolté 91 ! Nous ne sommes pas loin de franchir la barre des 100 et surtout, « Le Bébé de Francesca » est le livre qui en a récolté le plus. En revanche, la note gloable est moins bonne que sur les autres livres : 3,6/5. Mais je me dis que plus on a d’avis, moins la note est importante car on ne peut pas plaire à tout le monde. Et c’est très bien ainsi, je n’ai aucun mal à vivre avec cette idée. Ce qui ne m’empêche pas de te remercier si tu as laissé une petite note à mon livre, qu’elle soit bonne ou mauvaise.

Par ailleurs, je donne une mention spéciale à celles et ceux qui ont pris le temps de rédiger un avis constructifs ! Et comme il y en a qui marquent plus que d’autres, je vais t’en partager deux qui me donnent la force de continuer à écrire, même si cela reste difficile de se faire connaître quand on est indépendant. « Un roman, une histoire, comme je n’avais encore jamais lu jusqu’à maintenant. L’auteur à su jouer avec mes nerfs jusqu’à la fin, une fin qui soit dit en passant m’a fait frémir… » (Signé : Sonia). « La lecture est fluide et l’auteur a rectifié le fait de faire moins de répétitions. Ce qui rend le livre plaisant à lire. » (Signé : David). Merci à ces deux lecteurs d’avoir laissé leur avis, je t’encourage à faire de même si tu lis « Le Bébé de Francesca » ! 


Si tu n’as pas encore découvert « Le Bébé de Francesca », voici où tu peux aller te le procurer : au format ebook, sur Amazon (https://amzn.to/34gNHuy) ou au format papier et relié, sur ma boutique en ligne (https://bit.ly/3ugyMKa). Je t’encourage à en parler autour de toi, surtout si tu as lu cette novella et qu’elle t’a plu…

Publié le Laisser un commentaire

LE GRAND BLA BLA DU BLACK FRIDAY, MAYDAY MAYDAY !

Comme moi, tu n’as pas pu passer à côté de cet énorme coup marketing, joué par les plus grandes marques… et les autres ! Eh oui, je veux bien sûr parler du Black Friday, nouvelle arnaque trouvée par les plus grands publicitaires pour nous faire croire qu’ils nous offrent des promotions exceptionnelles, alors que c’est juste un prétexte de plus pour nous pousser à la surconsommation. Et tu sais quoi ? J’ai été pris par cette fièvre dans mon activité d’auteur, et je n’en ai même pas honte !


1/ Les origines du Black Friday et son arrivée en France

À l’origine, le Black Friday n’existait pas en France. Ce sont les Américains qui ont créé ce concept. Le terme de Black Friday désigne le vendredi qui suit Thanksgiving, donc le lendemain du quatrième jeudi de novembre. Ils ont décidé que ce serait un grand jour de soldes qui lancerait la saison des achats de fin d’année. Ce terme est apparu pour la première fois dans la presse en 1951. Il désignait, pour les employeurs, le long week-end que prenaient leurs employés. Ainsi, ils avaient un jour de congé le vendredi, ce qui provoquait de gros embouteillages. Quelques années plus tard, les achats du lendemain de Thanksgiving permettaient de sortir du rouge et d’écrire à l’encre noire les nouveaux chiffres positifs, d’où l’expression « vendredi noir ». Cependant, c’est dans les années 1970 que les enseignes américaines ont décidé d’adopter cette expression pour désigner le début des achats de Noël.

En France, le Black Friday prend principalement son essor sur Internet. Quelques enseignes profitent de l’occasion pour proposer des remises importantes, valables seulement vingt-quatre heures ou parfois pendant tout le week-end qui suit. C’est là une particularité française car, aux États-Unis lors du Black Friday, les grosses promotions ont directement lieu dans les magasins. Mais il ne faut pas se leurrer : de plus en plus de promotions commencent à émerger dans les magasins aussi chez nous… D’ailleurs, si le Black Friday a démarré timidement en 2013 en France, il a largement pris son envol depuis environ 2016. Aujourd’hui, de grandes enseignes comme Auchan, la Fnac, Darty, La Redoute, Leroy Merlin et Géant Casino pratiquent désormais de grosses réductions lors du Black Friday. Et, avec l’augmentation du coût de la vie, on remarque que l’intérêt des Français pour l’événement augmente chaque année.

2/ Une période ultra commerciale que les marques ne veulent plus manquer

Comme moi, tu dois avoir entendu partout des offres spéciales Black Friday. Depuis quelques jours, elles pullulent à la radio, à la télévision et sur les panneaux publicitaires. Si ce n’est pas du matraquage en masse pour nous pousser à la surconsommation, je ne sais pas ce que c’est ! Et c’est ça que je reproche à cet événement commercial. Qu’on le joue un peu, que certaines enseignes proposent des remises durant une journée, pourquoi pas. Mais j’ai l’impression qu’on est dans une course à celui qui proposera la meilleure offre pour qu’on aille dépenser le peu d’argent qu’on a chez lui. Certaines marques vont même jusqu’à faire durer le Black Friday tout le week-end, voire une semaine. Trop, c’est trop ! La semaine dernière, j’ai arrêté d’écouter la radio dans ma voiture, avec une phobie d’entendre ces pubs à répétition avec les mots black et friday dans chaque phrase…

3/ Et pourtant, je me suis laisser prendre par le mouvement…

Tu as bien lu : je me suis laissé prendre par le mouvement. En terme marketing, pour un auteur indépendant, le Black Friday est une bonne occasion de baisser ses prix pour espérer vendre plus de livres et se faire connaître. Cependant, je n’avais rien anticipé, trop occupé à peaufiner mon prochain bouquin et à préparer sa sortie. Cependant, quand vendredi j’ai entendu une publicité de plus sur le Black Friday, je me suis dit : « Pourquoi pas moi ? » Ainsi, je me suis laissé prendre et j’ai créé une promotion gratuite sur Amazon, sur deux ebooks. Je l’ai fait sur un coup de tête, juste pour voir ce que ça allait donner. Ainsi, depuis samedi et jusqu’à mercredi, mes deux derniers livres (« Le Bébé de Francesca » et « Le Train de l’Angoisse ») sont gratuits. Je suis faible mais si tu veux en profiter, dépêche-toi…

Publié le Laisser un commentaire

LES ANONYMOUS, GRANDE INSPIRATION POUR MON TROISIÈME ROMAN

Dans mon troisième roman – que tu pourras découvrir en début d’année prochaine –, j’ai glissé plusieurs références au groupuscule des Anonymous. Ainsi, je vais t’expliquer d’où vient ce collectif d’activiste, et quelles sont justement leurs activités. Puis, dans un deuxième temps, je te révèlerai quelles sont ces références que j’ai évoquées. Histoire de te faire patienter avant la sortie de mon prochain livre…


Qui sont les Anonymous ?

Tout d’abord, il faut noter que les membres du groupuscule Anonymous sont décrits comme des activistes menant leurs activités sur Internet. Ils sont ainsi ce que l’on appelle plus communément des hackers, et il semblerait qu’il soit difficile de les identifier, encore aujourd’hui. Par ailleurs, les membres de ce collectif se présentent comme des défenseurs du droit à la liberté d’expression sur Internet et en dehors. Mais d’où vient ce nom, vas-tu alors me demander ? D’après ce que j’ai pu lire, le nom Anonymous est considéré comme un mot fourre-tout désignant des membres de certaines communautés d’internautes agissant de manière anonyme dans un but particulier, généralement pour défendre la liberté d’expression. Tu as peut-être déjà vu les Anonymous lors de manifestations, notamment grâce à un signe distinctif dont je te parlerai plus tard. Mais attention : les Anonymous n’étant pas une organisation officielle, il est impossible de les rejoindre.

Quelles sont les actions menées par les Anonymous ?

Les Anonymous sont des activistes et ils ne sont pas tendres. Par exemple, il leur est déjà arrivé de participer à des attaques contre des pays dans lesquels la cybercensure était forte. Je peux citer une cyberattaque des Anonymous en Tunisie, en 2011, pour soutenir des manifestants. Cependant, les membres du collectif sont plus connus pour manifester et dénoncer ce qu’ils considèrent être des atteintes à la liberté d’expression, encourageant à la désobéissance civile. Une de leur plus grande action s’est déroulée en 2008, face à l’Église de scientologie. C’était ce qu’ils avaient appelé le « Projet Chanology ». Celui-ci avait mobilisé un bon nombre de manifestations et fait l’objet de propagandes à travers le monde. C’est là qu’on avait pu voir de nombreux manifestants porter un masque à l’effigie du personnage de V, dans la bande dessinée V pour Vendetta (qui a été influencé par l’histoire de Guy Fawkes).

C’est à partir de là qu’a émané l’idée de porter un masque, que l’on peut voir un peu partout désormais. Plus récemment, le 24 février 2022, le groupe Anonymous avait annoncé sur Twitter son entrée en cyberguerre contre le gouvernement russe, à la suite de l’invasion de l’Ukraine. Ils ont notamment piraté le site du Kremlin. Cependant, il y a un mauvais côté au fait que les activistes du collectif veuillent rester anonymes. En effet, les membres d’Anonymous ne font pas partie d’un groupe précis ; n’importe qui peut se réclamer de leur mouvement. Ainsi, les actions de personnes qui revendiquent une appartenance à Anonymous sont parfois confondues avec celles de pirates malintentionnés, surnommés « black hats » (chapeaux noirs en français). Le fait que n’importe qui puisse se revendiquer être un Anonymous pose problème au groupe, qui est contre certaines idées comme celles véhiculées par l’extrême-gauche ou encore l’extrême-droite.

Quel est le lien entre les Anonymous et mon troisième roman ?

Pour finir, évoquons le lien entre ce groupuscule et le roman que je publierai au début de l’année 2023. Comme tu dois t’en douter, on y retrouvera plusieurs références aux Anonymous, à commencer par le masque de Guy Fawkes, qui sera omniprésent dans ce livre. Ce symbole aura une grande importance, et mon petit doigt me dit qu’il apparaîtra même sur la couverture du roman. Par ailleurs, un groupe secret, comparable aux Anonymous, sera mis en scène dans ce qui sera mon troisième roman. Sans vouloir trop en dire ni vous spoiler, il s’agira d’une sorte de secte secrète, inconnue du grand public (si je puis m’exprimer ainsi). Seule une petite frange de la population connaît son existence et il s’agit d’une caste très particulière. La seule différence est qu’il n’y aura aucun lien avec les actions des Anonymous décrites plus haut. Tout cela te rend curieux, n’est-ce pas ?


Tu l’auras compris, le but de cet article est d’attiser ta curiosité et de te donner de quoi patienter jusqu’à la sortie du roman… Maintenant que tu en sais un peu plus sur les influences que l’on pourra y trouver, je vais te distiller, semaine après semaine, quelques petites informations à propos de ce livre : son titre, sa couverture, son synopsis et quelques informations sur les personnages principaux. Histoire d’entretenir ce climat d’attente jusqu’au jour de sortie.

Publié le Laisser un commentaire

TROIS (MAUVAISES) RAISONS DE NE PAS FÊTER HALLOWEEN

Si vous ne le savez pas, c’est que vous vivez sur une autre planète. Ce qui ne va pas m’empêcher de vous le répéter : ce lundi 31 octobre, c’est Halloween ! Personnellement, je ne participe pas à cette fête. Déjà, parce que je n’aime pas me déguiser. Mais j’ai trouver trois autres raisons de ne pas fêter Halloween. Trois raisons plus ou moins valables, que je vais te présenter tout de suite. À toi de te faire ta propre opinion.


1/ Les bonbons, il ne faut pas trop en manger…

Ce lundi soir, vous serez peut-être tranquillement installés chez vous, en train de siroter une bière en écoutant les informations ou à regarder votre série préférée sur Netflix. Quand soudain, on sonnera à votre porte… Et là, vous entendrez l’éternelle réplique : « Des bonbons ou un sort ! » Comme vous êtes sympas, vous en aurez chez vous (des bonbons, pas un sort…). Soit parce que vous adorez ça, soit parce que vous aurez anticipé le passage de ces petits monstres. Ainsi, vous vous sacrifierez pour en donner à ces chères petites têtes blondes, qui auront passé des heures à préparer leurs déguisements. Ils vous remercieront et partiront avec un grand sourire. Mais avez-vous pensé à leurs dents ? Vous ne vous sentez pas trop mal de participer à la formation des caries qui les feront tant souffrir ? Non ? Comme je vous comprends…

Par ailleurs, je me demande ce qu’il se passerait si quelqu’un répondait à ces chérubins : « Et si je choisis le sort ? » Je serais bien tenté de le faire… mais j’avoue que j’ai un peu peur des conséquences. Et si une sorte de Harry Potter se cachait parmi les enfants qui viendront sonner à la porte ? Et si l’un d’entre eux parvenait à me jeter un sort ? Lequel choisirais-tu, si tu avais ce pouvoir ? Est-ce que je serais transformé en vilain crapaud ou est-ce que ce serait pire… Ou alors, peut-être que les petits monstres à qui je dirais que je choisis le sort seront simplement déçus parce qu’ils savent qu’ils ne peuvent pas en jeter un. Ils se mettront à pleurer quand ils se rendront compte qu’ils n’auront pas de bonbons de ma part. C’est très tentant.

2/ Se déguiser et se maquiller, c’est surfait et ça pollue

Parlons un peu des déguisements. Si vous savez en fabriquer qui est réussi, pourquoi pas. Mais franchement, quand on sort dans la rue le soir de Halloween, il n’y a pas de quoi fouetter un chat ! Même à l’école primaire, avec du simple papier crépon, mon institutrice était capable de faire mieux que vous ! Et le pire, c’est que chacun pense que son costume est hyper réussi et qu’il va créer un vent de panique sur son passage. Alors que c’est tout le contraire : la plupat du temps, cela provoque le rire (voire les moqueries). Non, je ne dis pas, il y a parfois des gens qui savent faire. Une fois, un ancien collègue avait eu un déguisement des plus réussis. Il inspirait vraiment la crainte quand on le croisait dans la rue. Un vrai serial killer… Mais j’y pense, était-ce seulement un déguisement ?

Et puis, il y a aussi le maquillage. Honnêtement, oubliez. Surtout si vous avez prévu de sortir au cours de la soirée et d’aller dans un endroit où vous allez transpirer. Au bout de quelques minutes, votre maquillage – qui peut être bien fait, je ne dis pas – aura l’air ridicule. Comme vous, d’ailleurs. En plus, il faut savoir que le maquillage ça pollue et ce n’est pas bon pour la peau. Après, ça peut être une solution pour un déguisement réussi : d’année en année, si vous mettez trop de maquillage, votre peau va flétrir et au bout d’un moment, sans faire le moindre effort, vous ferez vraiment peur le soir de Halloween. Allez, un petit peu d’humour, ça ne fait jamais de mal ! Je sais bien que se déguiser en clown méchant, comme dans « Ça » de Stephen King, sans maquillage, c’est impossible…

3/ Pourquoi attendre Halloween pour jouer à se faire peur ?

Voilà ma dernière (mauvaise) raison de ne pas fêter Halloween. Je considère qu’une soirée pour se faire peur, ce n’est pas suffisant. Ayez un peu de bon sens, quand même ! Il y a tellement de bons films et de bons romans qui permettent de réveiller cette émotion ! Ce serait dommage de s’en priver, vous ne trouvez pas ? Et je ne dis pas ça parce qu’il m’arrive d’écrire des histoires qui ne rassurent franchement pas… Mais quand même, heureusement que je n’attends pas le 31 octobre pour me faire un petit film d’horreur ou pour lire un bon thriller. La crainte et la terreur, ça se vit toute l’année ou pas du tout ! Tel est mon crédo.

Après, je sais que c’est un prétexte supplémentaire pour faire la fête. Dans ce cas, ne me dites pas que pour vous Halloween c’est une fête pour s’amuser à se faire peur. Parce que si c’est vraiment ça votre objectif, ouvrez un bon livre de Stephen King, plongez-vous dans le noir et vous verrez, vous aurez de vrais frissons ! L’effet est garanti, sans trucage. Même chose avec un bon film d’horreur, comme L’Exorciste ou même Shining, réalisé par Stanley Kubrick. Même en plein été, au beau milieu de la nuit dans une pièce plongée dans la pénombre, l’effet escompté sera bien là. Vous aurez la trouille et vous regarderez s’il n’y a pas un monstre sous votre lit avant de vous endormir.


Maintenant que tu as lu cet article, si tu me dis que je suis de mauvaise foi, je te jette un sort ! Plus sérieusement, on peut être d’accord ou ne pas être d’accord avec ce que j’ai expliqué ici. Le tout, c’est de me dire pourquoi. Alors je t’encourage à me laisser un petit commentaire pour lancer le débat et répondre à la question suivante : est-ce que tu aimes fêter Halloween ou pas ? À ton clavier !

Publié le Laisser un commentaire

DÉCOUVREZ LE MEILLEUR CONSEIL D’ÉCRITURE QUE L’ON M’AIT JAMAIS DONNÉ

Dans ce nouvel article, je voulais partager avec toi une chose qui me paraît essentielle. Il s’agit d’un conseil que je m’efforce de suivre dans mon quotidien d’auteur indépendant. Certes, il tient dans une phrase. Cependant, je vais développer en t’expliquant quels principes j’essaie de suivre, qui découlent de cette phrase. De ce conseil qui parfois change la vie d’un écrivain en herbe. Même s’il n’est pas facile à suivre tout le temps, surtout quand on a une vie de famille à gérer.


Après avoir lu cette introduction, je suis sûr qu’il te tarde de savoir quel est ce fameux conseil qu’il m’a été donné de lire. Et que je suis depuis quelques temps maintenant, même si ce n’est pas toujours évident. Ce conseil, je pense que tous les écrivains devraient le suivre, bien que nous ne soyons pas tous pareils. Chacun a ses habitudes de travail et peut-être que certains auteurs aiment écrire avec de la musique, d’autre dans le calme complet. Quoiqu’il en soit, je reste convaincu que tout un chacun devrait suivre ce précepte. Alors, quel est-il ? Je crois que je t’ai assez fait attendre… Ce conseil, très simple, se résume en une phrase : pour rester concentré sur son travail, il vaut mieux se couper de toutes formes de distractions. C’est simple mais je vais te donner quelques détails pouvant aider à appliquer ce précepte au quotidien.

Ce précepte te paraît bateau ? C’est tout à fait normal : il l’est. Cependant, à l’heure des réseaux sociaux, des notifications à gogo et de la vie de famille pour certains auteurs – à gérer en même temps que leur métier d’écrivain – il est essentiel de l’avoir en tête. Le grand Stephen King lui-même en parlait dans son livre « Écriture : Mémoires d’un métier ». C’est là que j’ai lu ce conseil pour la première fois, avec une ligne directrice à suivre. Pour le maître de l’horreur, il suffit de se couper de tout et de s’enfermer dans son bureau pour ne pas être sujet aux distractions de la vie. Cela vaut surtout quand l’écrivain écrit le premier jet de son histoire. À cet instant, il doit se retrouver seul avec lui-même et ses idées. D’où le précepte, pour être efficace, de s’affranchir de toutes ces distractions.

Il y a une autre personne qui, récemment, m’a aidé dans l’application de ce conseil dont je te parle depuis le début. Il s’agit d’un auteur auto-édité, comme moi. Il s’appelle Jérôme Vialleton et publie des livres remplis de conseils pour les écrivains en herbe. Selon lui, à l’heure actuelle, il faudrait appliquer plusieurs préceptes pour pouvoir toujours suivre la même ligne directrice et se sentir efficace quand on écrit. Pour résumer, selon Jérôme, il faudrait couper toutes les notifications sur son ordinateur et son téléphone, mais aussi couper internet pour éviter les distractions. Pas facile dans la société actuelle. De plus, il faudrait se couper du monde extérieur, ce qui rejoint l’idée de Stephen King de s’enfermer dans son bureau. En somme, ce qu’il nous propose est simple : si on décide d’écrire pendant une heure, on ne fait que ça et on remet le reste à plus tard.


Je dois t’avouer qu’il n’est pas toujours facile d’appliquer tous ces bons conseils. Couper sa connexion internet, je suis d’accord mais parfois on en a besoin pour travailler. Éteindre son téléphone portable, pourquoi pas mais cela reste difficile de nos jours. Quoique le plus dur pour moi, depuis bientôt un an, c’est de travailler en ayant une vie de famille et un petit bébé à mes côtés. Mais le maître mot est de s’adapter, en permanence. Pour ne pas perdre l’objectif de vue : rester efficace dans mon travail d’auteur indépendant.

Publié le Laisser un commentaire

CHRONIQUE – LA SAIGNÉE, CÉDRIC SIRE

Salut à toi, Fidèle Lecteur ! Comme tu dois t’en douter, avant d’être un écrivain je suis un lecteur. Et pour ce nouvel article, je voulais chroniquer le dernier livre que j’ai lu : « La Saignée », de Cédric Sire. Pourquoi ce choix ? Parce que j’ai découvert cet auteur avec « Vindicta », que j’avais beaucoup apprécié. J’avais donc d’énormes attentes sur ce nouveau thriller, dont je vais te parler tout de suite. Et sans tout te spoiler, je vais te révéler ce qui m’a plu dans ce livre, et ce qui m’a moins conquis. Prêt ? C’est parti !


Synopsis : âmes sensibles, s’abstenir !

Avant de vous livrer mon avis sur ce livre que beaucoup ont déjà dû lire, je vais partager avec vous le résumé de l’histoire de Cédric Sire que j’ai pu trouver sur Amazon. Un synopsis qui démarre de la plus belle des manières, par la phrase suivante : une plongée dans un monde où chacun doit affronter ses démons. Ce résumé n’en dit pas trop et j’espère qu’il donnera envie à celles et ceux qui n’auraient pas encore lu ce roman de se plonger dedans !

Estel Rochand a été écartée de la police à la suite d’une terrible bavure qui a causé la mort d’une innocente. Sa vie est en miettes, son couple à la dérive. Désormais garde du corps de seconde zone, cette ancienne championne de boxe se fraie un chemin dans l’existence comme elle l’a toujours fait : à coups de poing. Prise dans un engrenage infernal, Estel a de plus en plus de mal à contrôler ses accès de violence. Quentin Falconnier, policier spécialisé en cybercriminalité, enquête sur un site du Dark Web, qui propose des vidéos de torture et de mise à mort en direct. Qui peut bien se cacher derrière cette « red room » appelée La Saignée, diffusant des meurtres à la perversité absolue ? Le jeune homme se lance corps et âme dans cette nouvelle croisade. Coûte que coûte. Un terrible compte à rebours a commencé.

Points positifs : la plume de l’auteur et le suspense

Déjà, il faut savoir que j’ai découvert la plume de Cédric Sire seulement l’année dernière, quand j’ai lu son best-seller, « Vindicta ». J’avais beaucoup apprécié ce livre, que j’avais d’ailleurs chroniqué sur ce blog. C’était une belle découverte pour moi, et ce roman dont j’avais entendu beaucoup de bien m’avait rapidement conquis. Voilà pourquoi j’ai eu envie de lire « La Saignée ». D’ailleurs, j’ai été très heureux de retrouver la façon d’écrire de cet auteur, qui nous emmène toujours dans une direction qui n’est pas la bonne à suivre. Je pense qu’il prend un malin plaisir à semer de faux indices, qui vont nous faire croire qu’un personnage peut être coupable d’un délit ou d’un meurtre, alors qu’en fait il nous prend à contre-pied à la fin du roman. Sur ce plan-là, Cédric Sire a plutôt réussit son travail, selon moi, dans son dernier roman.

De plus, il y a autre chose que j’apprécie beaucoup quand je lis cet auteur. En effet, il nous amène à réfléchir. Rien n’est jamais acquis dans ses histoires. On doute de la culpabilité de certains personnages et ce n’est qu’au fur et à mesure qu’on peut les innocenter pour découvrir qui sont les vrais coupables. Il y a du sang et c’est parfois violent, ce qui a pu gêner certains lecteurs dont j’ai pu lire les commentaires ici ou là (après ma lecture, je ne voulais pas me faire spoiler…). Pour ma part, cela ne me dérange pas du tout, car je suis un grand amateur de thriller. Et, comme quand j’écris dans ce genre littéraire, j’aime quand il y a de l’action et du sang, donc c’est encore une autre raison qui m’a fait apprécier « La Saignée », du début à la fin !

Faiblesses : beaucoup de personnages et d’histoires parallèles

Comme rien n’est parfait, il y a cependant quelques petites choses que j’ai moins apprécié dans ce roman de Cédric Sire. Dans « La Saignée », je trouve qu’il y a trop de personnages et qu’il ne sont pas assez exploités en profondeur. On connaît leur caractère général, mais leurs histoires personnelles – et notamment leur passé, qui est souvent évoqué en quelques mots seulement – ne sont pas assez développées à mon goût. Je vais illustrer cela avec deux exemples. Les deux flics sont des personnages centraux de l’histoire, dirait-on, mais j’ai eu l’impression de les connaître sans vraiment les connaître à la fin de ma lecture. Par ailleurs, le personnage d’Estel a une histoire qui est explorée plus en profondeur, mais on ne connaît pas tous les éléments de son histoire (même si on découvre son passé avant la fin du roman).

Enfin, j’ai trouvé que l’on se perdait un peu dans les histoires parallèles à l’intrigue principale. Il y a quelques longueurs qui, à mon sens, auraient peut-être pu être évitées. Cela donne parfois une impression d’inachevé. Ou alors, on pourrait croire que l’auteur n’a pas voulu développer certaines mini intrigues pour ne pas perdre le lecteur. Cependant, si elles ne servaient pas l’intrigue principale, pourquoi les garder ? Je n’ai pas de réponse à apporter à cette question, seulement j’ai trouvé cela dommage même si ces faiblesses dont je parle ne m’ont pas empêché de passer un bon moment quand j’ai lu « La Saignée ».


Pour conclure, j’ajouterai que « La Saignée » reste à mon goût un très bon roman, grâce à la plume aiguisée de Cédric Sire. Qui, s’il faut le préciser, reste un grand auteur de thrillers. Cependant, et cela ne reste que mon avis personnel (je préfère le préciser avant de recevoir des tonnes de messages incendiaires), j’ai préféré « Vindicta » à ce roman. Et toi, tu as lu « La Saignée » ? Qu’en as-tu pensé ? Je t’invite à me laisser un petit commentaire, ton avis m’intéresse maintenant que tu as lu le mien !

Publié le Laisser un commentaire

UNE RENTRÉE LITTÉRAIRE ACTIVE : UNE NOUVELLE ET UN ROMAN EN PRÉPARATION

Bonjour à toi, Fidèle Lecteur ! Je sais, les vacances sont (déjà) terminées et c’est bien triste… Mais tu as quand même de quoi te réjouir : la plupart de tes auteurs préférés ont travaillé et ils ne sont pas restés complètement inactifs pendant l’été. Et je dois t’avouer une chose : je fais partie de ceux-là. Du coup, j’espère que si tu lis cet article, cela veut dire que je fais partie de ces écrivains dont tu raffoles ! Sans aller jusque-là, tu as peut-être lu un ou plusieurs de mes livres et tu attends la suite avec une petite pointe d’impatience… C’est permis de rêver, non ? Allez, trêve de galéjades, voici ce que je t’ai préparé pour une rentrée littéraire qui s’annonce active, de mon côté, d’ici la fin de l’année.


Un nouveau roman pour le mois de décembre

Tout d’abord, je vais te parler d’un projet qui devrait voir le jour au mois de décembre, si tout va bien : mon prochain roman ! J’avais peur d’être en retard par rapport à mon planning annuel, mais j’ai bien avancé durant l’été. Tout d’abord, j’ai passé plusieurs semaines à corriger mon manuscrit, à ajouter des éléments et à en enlever d’autres. Cependant, depuis bientôt trois semaines, il est parti en bêta-lecture ! Je t’avais d’ailleurs partagé cette information via mes différents réseaux, le 16 août dernier pour être précis. Tu l’as probablement vu passer… Dès qu’il sera revenu, je te dirai si j’ai beaucoup de travail pour parfaire ce futur roman, dont j’ai déjà le titre (même s’il n’est peut-être pas encore définitif). Ensuite, il y aura une autre étape primordiale à effectuer : la correction professionnelle, mais ça aussi je t’en reparlerai en temps voulu !

Si j’ai déjà ce qui sera probablement le titre de ce troisième roman, j’ai tout de même de quoi m’occuper en attendant le retour de bêta-lecture. Tout d’abord, je vais devoir réfléchir à la couverture et contacter la graphiste qui confectionne celles de mes livres depuis cinq ans. J’accorde beaucoup d’importance à cette étape, puisque c’est ce que tu verras en premier de mon nouveau livre. D’ailleurs, je ferai peut-être divers essais et te demanderai ton aide pour choisir. Et puis, il y a la partie marketing, qui se prépare plusieurs mois à l’avance. J’ai déjà une phrase d’accroche, que tu as dû voir passer ici ou là… Par ailleurs, je dois rédiger une quatrième de couverture et préparer mon plan marketing pour le jour J. Comme tu le vois, je ne risque pas m’ennuyer jusqu’au mois de décembre, en espérant ne pas prendre de retard !

Le retour de la newsletter pour une rentrée active

Si tu es abonné à ma newsletter, tu n’as reçu aucun mail durant les deux mois d’été. En effet, j’ai décidé de faire une pause pendant les vacances. Pourquoi ? J’avais besoin de trouver de nouvelles idées pour tenter de t’intéresser à mon quotidien d’auteur indépendant. Sois rassuré : je suis prêt à reprendre le rythme d’un mail par semaine, qui te sera envoyé tous les lundis ! Si tu es déjà abonné, tu as l’habitude de ce que j’y raconte. Je te parle de mon quotidien, bien sûr, mais aussi de tout ce qui tourne autour de mon travail d’auteur. J’évoque également mes doutes et mes réussites. Et, si tu veux en avant-première toutes les exclus concernant mes livres, c’est sur la newsletter que cela se passe. Alors, si ce n’est déjà fait, qu’attends-tu pour t’abonner ?

En plus, si tu rejoins ma petite communauté, tu recevras plusieurs cadeaux lors de ton inscription. En effet, je t’enverrai une nouvelle inédite (pour les gourmands de thriller), une nouvelle extraite de mon dernier recueil (publié en février 2021) et un code promo à utiliser sur ma boutique (si ma plume t’a plu…). Si avec ça je ne te donne pas envie de rejoindre les autres personnes qui sont déjà abonnées, je ne sais plus quoi faire ! Si tu es ici, tu as déjà vu la fenêtre pop-up qui te permet de t’inscrire. Cependant, comme on le fait tous très souvent, tu as peut-être cliqué sur la petite croix en haut à gauche. Je t’invite donc à te rendre ICI si désormais tu souhaites rejoindre ma newsletter.

La surprise du chef : une nouvelle à 0,99 € !

Celle-là, je pense que tu ne t’y attendais pas ! En effet, si j’ai passé mon été à travailler sur mon prochain roman, je t’ai également préparé une surprise… de taille ! Tu veux savoir de quoi il s’agit ? Il faut d’abord que tu saches que les abonnés à ma newsletter ont déjà eu cette information il y a une bonne semaine. Tu sais donc ce qu’il te reste à faire si tu veux toi aussi avoir des exclusivités avant les autres… Quant à la surprise, je ne vais pas te faire languir plus longtemps. Il s’agit d’une nouvelle, que je publierai uniquement au format numérique, sur Amazon et sur Kobo au tarif unique de 99 centimes. Oui, je sais : ce n’est pas cher du tout ! En même temps, cette nouvelle ne fera que quelques pages, il ne faut pas exagérer non plus.

Et ce n’est pas tout. Ainsi, cette nouvelle sera publiée le 17 septembre prochain – jour de mon anniversaire, si ça t’intéresse. Et je te dis cela sans arrière-pensée… Bref, il s’agira en fait du premier volume d’une série qui sortira tous les mois, au moins jusqu’à la fin de l’année. Chaque volume sera au même prix de 99 centimes et quand vous aurez acheté et lu chacun de ces volumes, vous aurez la nouvelle complète, avec son dénouement final. Alors, ça ne vous donne pas envie d’en savoir plus ? Dans les douze prochains jours, je vous révélerai le titre et la couverture du premier volume de la série, en attendant le lien pour l’acquérir sur Amazon ou sur Kobo. Je t’avais prévenu : c’est la surprise de la rentrée !

Et toujours des articles réguliers sur ce blog

Enfin, en cette rentrée 2022 – après quelques mois de pause –, je vais reprendre de l’activité sur ce site. Ainsi, je publierai des articles, deux fois par mois, que je partagerai sur les réseaux sociaux. Tu pourras les retrouver, comme d’habitude, dans la section blog de mon site. Je t’invite d’ailleurs à t’abonner à ce blog si tu veux être sûr de ne louper aucun article. Les sujets de ces articles porteront tout d’abord sur mes projets à venir, comme je le fais régulièrement. Cependant, je continuerai à écrire des chroniques des livres que j’ai lus (à partager tout autour de vous). La première, dans environ quinze jours, sera sur le dernier roman de Cédric Sire que je viens de terminer. Pour finir, j’écrirai également des articles de fond sur mon genre de prédilection : le thriller et l’horreur. Pas mal, non ?


Comme tu peux le voir, la rentrée va être active pour moi. J’ai pas mal travaillé durant l’été et entre la nouvelle en différents volumes et mon prochain roman, tu vas entendre parler de moi d’ici la fin de l’année ! Bien entendu, il ne sera peut-être pas évident de tenir le rythme. Je te rappelle que j’ai un travail salarié à côté de mon activité d’auteur indépendant et que j’ai aussi une famille dont je dois m’occuper. Cependant, le roman est presque terminé et je ne me fais pas de souci pour la série de nouvelles, qui devrait trouver son public. Rendez-vous est donc pris pour le début d’année prochaine, afin de faire le bilan de tous ces projets !

Publié le Laisser un commentaire

IL Y A CINQ ANS, JE ME LANÇAIS DANS L’AUTO-ÉDITION…

Je ne vous en ai pas encore parlé : cette année, ça fait cinq ans que je me suis officiellement lancé dans l’auto-édition. En effet, j’ai publié mon tout premier livre en mai 2017 et j’ai, pour l’occasion, ouvert mon auto-entreprise pour pouvoir toucher l’argent des ventes réalisées. Même si le travail autour de ce premier projet avait démarré l’année précédente, c’est bien cette date que je retiens officiellement pour parler du lancement de mon activité d’auteur indépendant.


Certains d’entre vous me suivent peut-être depuis le début. Mais tu as peut-être pris le train en marche. Peu importe. Dans cet article, je souhaite faire le bilan de mes cinq années dans l’auto-édition, enrichissantes mais aussi loin d’être faciles. Pour moi, le point de départ se situe en 2017, au mois de mai, quand j’ai publié mon premier livre : un recueil de trois nouvelles intitulé « Des Aventures Hors du Commun ». Mon premier roman est arrivé un an et demi après, en décembre 2018, suivi d’un second en juin 2020. Par ailleurs, j’ai publié deux nouvelles gratuites (« Selfie », sur Amazon et « Un Meurtre Presque (Im)Parfait » sur mon site internet), ainsi qu’un deuxième recueil de nouvelles, « Le Train de l’Angoisse », en février 2021. Enfin, ma dernière sortie en date est la novella « Le Bébé de Francesca », publiée en novembre dernier.

Si je dois tirer un bilan de ces cinq premières années d’auto-édition, je dirais d’abord que mon activité m’a permis de rencontrer des gens intéressants, venus d’horizons différents. Que ce soit à travers mes lecteurs mais aussi des collègues auteurs, notamment quand je faisais partie de l’association des Plumes Indépendantes. Les interactions sont beaucoup moins présentes depuis le Covid, mais je n’ai aucun doute. Je continuerai de rencontrer des gens formidables grâce à ma passion. Je pense notamment aux salons et aux dédicaces, même si j’en fais assez peu depuis environ deux ans. Par ailleurs, je suis très heureux d’avoir pu toucher les gens qui me laissent régulièrement des messages (sur les réseaux sociaux, par mail ou Amazon). Il n’y a pas mieux comme retour que d’avoir votre avis sur mes livres ou ce que je raconte dans ces articles, voire dans mes newsletters. MERCI À VOUS D’ÊTRE LÀ.

D’un autre côté, je me remets souvent en question, surtout cette année. Je suis loin de vivre de cette passion, qui ne me rapporte pas de véritable salaire. Les revenus sont irréguliers et mis à part ma famille et quelques fidèles lecteurs, il m’est difficile d’aller chercher un nouveau lectorat. Je sais que la route est encore longue, que je ne dois rien lâcher, mais ce n’est pas toujours facile de garder la même motivation. En ce moment, par exemple, c’est même difficile. Cependant, quand je vois que mon dernier livre (« Le Bébé de Francesca ») continue à faire parler, à faire des ventes et possède déjà 55 évaluations en six mois de durée de vie, je suis rassuré. Je pense que je devrais peut-être avoir une approche plus originale en terme de promotion de mon travail, et j’ai déjà quelques idées en tête pour la rentrée de septembre…

Ce que je veux te montrer à travers cet article, c’est qu’il y a du positif dans cette activité que je n’ai aucunement envie d’arrêter. Écrire, c’est toujours une passion. Je prends plaisir à construire des histoires et à vous les laisser entre les mains. J’ai toujours plein d’idées dans la tête et quand je suis devant mon ordinateur, le plaisir est toujours le même. Cependant, comme tous les auteurs (enfin, j’imagine), j’aimerais vivre de cette passion et ne plus avoir à remplir le frigo avec une activité salariée. Ce que je ne peux pas encore faire. Voilà qui nourrit parfois ma frustration, car ce travail en plus de mon activité d’écriture me prend pas mal de temps… Ajoutez à cela que j’ai un bébé de désormais huit mois, et vous comprendrez pourquoi j’ai dit que cette année était peut-être plus difficile, en terme de motivation, que les autres !


Bref, toi qui lis cet article, sois rassuré : je ne viens pas t’annoncer la fin de mon travail d’auteur indépendant, après cinq années de dur labeur. Je vais m’accrocher et continuer à travailler sur mon prochain manuscrit. Je vais essayer de nouvelles approches pour essayer d’attirer l’attention de nouveaux lecteurs et, qui sait, peut-être qu’un jour je parviendrai à vivre de ma passion. En attendant, je continuerai à en rêver, tous les soirs, au moment de fermer les yeux pour m’abandonner dans les bras de Morphée.

Publié le Laisser un commentaire

POURQUOI JE PRÉFÈRE ÉCRIRE QUE CORRIGER MES ROMANS ?

Tu te demandes peut-être quelles sont les différentes phases par lesquelles passe un auteur quand il construit un de ses romans. Les principales sont l’écriture du premier jet, suivi de plusieurs phases de relecture/correction, puis de l’envoi en bêta-lecture, qui engendre souvent des recorrections. Dans cet article, je vais partager mon expérience et t’expliquer pourquoi je suis plus à l’aise à écrire le premier jet d’un roman qu’à travailler sur sa correction.


Les différentes phases de l’écriture d’un roman

Comme tous les auteurs, cela me prend plusieurs mois pour écrire un livre. Je dois passer par plusieurs étapes incontournables pour te proposer un produit final qui tienne la route. Il y a d’abord une phase de préparation, où on met l’intrigue et les personnages en place. Vient ensuite l’écriture du premier jet, qui ne doit pas être trop longue. Je suis convaincu que l’on doit laisser court à son imagination, sans se soucier de l’orthographe ni des incohérences qui se glissent dans le texte. En effet, la construction de l’histoire que l’on veut raconter doit être plus importante que ces éléments techniques. Parce qu’on va y retoucher lors de la phase suivante, celle que je vais détailler dans la suite de cet article : les corrections et les différentes réécritures de notre texte. D’ailleurs, je ne suis pas un grand fan de cette phase. Je vais t’expliquer pourquoi.

Relire, corriger et réécrire son premier jet

Si j’ai choisi de te parler de cette phase plus en détail, à cet instant précis, c’est que je suis en plein dedans. En effet, je travaille actuellement sur mon prochain roman. J’ai terminé l’écriture du premier jet et me suis lancé dans la relecture et les premières corrections. Il s’agit de relever les traits physiques et le caractère des personnages que j’ai construits. Par ailleurs, je fais attention à toutes les autres incohérences qui auraient pu se glisser, concernant la temporalité, les lieux décrits etc… Enfin, je corrige les premières fautes d’orthographe, de grammaire et de typologie que je peux relever. En terme d’organisation, j’aime bien imprimer mon manuscrit, le corriger sur papier au stylo rouge (j’ai été prof, que veux-tu !) et enfin appliquer ces corrections sur mon fichier Word. Puis je fais un tableau des personnages et un autre pour détailler les différentes scènes de mes chapitres.

Pourquoi je préfère écrire que corriger mes romans ?

Je dois t’avouer une chose : je ne suis pas un grand fan de cette phase de relecture/corrections. En fait, je préfère largement écrire le premier jet, en laissant les idées sortir de mon imagination, que relire plusieurs fois mon manuscrit pour aller à la pêche aux incohérences, aux fautes et aux éléments qui ne vont pas dans l’histoire que je raconte. J’écris actuellement mon troisième roman, qui sera mon sixième livre. J’ai écrit pas mal de nouvelles et également une novella, qui est toujours disponible. À chaque fois, quand je suis dans cette phase de corrections, je trouve que j’ai du mal à avancer et je prends moins de plaisir. Cependant, cette phase est ô combien essentielle, sinon je vous livrerai un produit fini truffé d’incohérences et de fautes. Je dois donc prendre mon mal en patience, retrousser mes manches et me mettre au travail !


Le but de cet article était de te parler de mon ressenti par rapport à mon travail d’auteur. Tu auras compris que je te donne aussi un petit indice sur ce qui va arriver d’ici la fin de l’année : un nouveau roman. Si tu aimerais en découvrir plus et avoir des informations exclusives (que certaines de mes lecteurs les plus fidèles détiennent déjà), une solution existe : t’abonner à ma newsletter. Tu en apprendras plus sur moi, mon activité mais aussi ce futur roman qui sortira avant les fêtes de fin d’année…

Publié le Laisser un commentaire

LA TÉLÉKINÉSIE À TRAVERS LA LITTÉRATURE ET LE CINÉMA

La télékinésie est un thème exploité depuis fort longtemps, que ce soit dans la littérature ou même le cinéma. Moi-même, j’ai exploré ce thème dans mon dernier livre, la novella « Le Bébé de Francesca ». Peut-être que certains d’entre vous l’ont lu et s’en souviennent ? Le but ici n’est pas de parler de nouveau de ce livre publié en fin d’année dernière, mais de relever quelques films et quelques livres qui explorent également ce thème et qui m’ont marqué, en tant que lecteur et spectateur.


Qu’est-ce que le phénomène de télékinésie ?

Peut-être que vous n’avez jamais entendu parler de ce phénomène et que vous ne savez pas encore ce qu’est la télékinésie. De ce fait, vous avez cliqué sur cet article parce qu’il parle de cinéma et de littérature, sans savoir vraiment où vous alliez. Je vais donc m’empresser de vous donner la définition du Larousse. Elle dit que la télékinésie, ou encore psychokinésie, est la « faculté paranormale d’exercer une action directe de la pensée sur la matière ». En gros, et si vous avez lu mon dernier livre l’exemple sera beaucoup plus parlant, il s’agit d’un phénomène paranormal consistant à déplacer les objets par la simple force de la pensée. Comme le fait de voler dans les airs, je pense que c’est un fantasme que l’être humain continue de se construire depuis des décennies. Et qui a donné des idées à des auteurs et des scénaristes…

Stephen King et Roald Dahl, la télékinésie dans la littérature

Dans la littérature, deux livres qui m’ont principalement marqués ont exploré ce thème de la télékinésie. Tout d’abord, il y a « Carrie », de Stephen King, un des chefs-d’œuvre du maître de l’horreur, publié en 1974. Si vous me suivez, vous savez que je voue un culte à cet auteur, mais il faut dire qu’il avait fait fort avec ce personnage haut en couleurs (sans mauvais jeu de mots) ! Cependant, ce n’est pas le livre qui m’a le plus marqué, je vous en reparle dans quelques lignes… À côté de mon maître à penser, on trouve un auteur de livres pour la jeunesse, le Britannique Roald Dahl. En 1994, il a publié un livre intitulé « Matilda ». En effet, la petite fille qui porte le même prénom que dans le titre est très intelligente et elle peut contrôler toutes sortes d’objets à distance, rien qu’avec ses yeux.

Stranger Things, les X-Men et Lucy : la télékinésie au cinéma et à la télévision

Comme je vous le disais, concernant « Carrie », ce n’est pas le livre qui m’a le plus marqué. Comme de nombreuses œuvres de Stephen King, ce roman a été adapté au cinéma. Je me souviens encore des images choquantes de cette jeune fille capable de tuer… J’en ai des frissons ! Mis à part cela, beaucoup d’œuvres de fiction ont exploré le thème de la télékinésie. En vrac, on le retrouve avec certains personnages des X-Men, mais aussi dans les suites de Carrie, ainsi que dans le film Lucy, de Luc Besson. Je vous l’avoue, je ne les ai pas tous vus, et ma plus grosse influence actuelle sur ce thème est une série : Stranger Things. Je vous ai longuement parlé de la nouvelle saison à venir, la semaine dernière, donc je ne vais pas en rajouter. Mais vous comprenez désormais mieux pourquoi j’adore cette série !


Voilà, vous savez désormais d’où je peux tirer certaines de mes influences. En effet, les idées nous viennent souvent, quand on est auteur, du monde qui nous entoure et des fictions que l’on a vues et lues. Rien n’est laissé au hasard, même si parfois on n’y pense pas tout de suite ! Et vous, est-ce qu’un livre ou un film traitant du sujet de la télékinésie vous a particulièrement marqué ? Dites-moi tout !