Publié le Laisser un commentaire

LA TÉLÉKINÉSIE À TRAVERS LA LITTÉRATURE ET LE CINÉMA

La télékinésie est un thème exploité depuis fort longtemps, que ce soit dans la littérature ou même le cinéma. Moi-même, j’ai exploré ce thème dans mon dernier livre, la novella « Le Bébé de Francesca ». Peut-être que certains d’entre vous l’ont lu et s’en souviennent ? Le but ici n’est pas de parler de nouveau de ce livre publié en fin d’année dernière, mais de relever quelques films et quelques livres qui explorent également ce thème et qui m’ont marqué, en tant que lecteur et spectateur.


Qu’est-ce que le phénomène de télékinésie ?

Peut-être que vous n’avez jamais entendu parler de ce phénomène et que vous ne savez pas encore ce qu’est la télékinésie. De ce fait, vous avez cliqué sur cet article parce qu’il parle de cinéma et de littérature, sans savoir vraiment où vous alliez. Je vais donc m’empresser de vous donner la définition du Larousse. Elle dit que la télékinésie, ou encore psychokinésie, est la « faculté paranormale d’exercer une action directe de la pensée sur la matière ». En gros, et si vous avez lu mon dernier livre l’exemple sera beaucoup plus parlant, il s’agit d’un phénomène paranormal consistant à déplacer les objets par la simple force de la pensée. Comme le fait de voler dans les airs, je pense que c’est un fantasme que l’être humain continue de se construire depuis des décennies. Et qui a donné des idées à des auteurs et des scénaristes…

Stephen King et Roald Dahl, la télékinésie dans la littérature

Dans la littérature, deux livres qui m’ont principalement marqués ont exploré ce thème de la télékinésie. Tout d’abord, il y a « Carrie », de Stephen King, un des chefs-d’œuvre du maître de l’horreur, publié en 1974. Si vous me suivez, vous savez que je voue un culte à cet auteur, mais il faut dire qu’il avait fait fort avec ce personnage haut en couleurs (sans mauvais jeu de mots) ! Cependant, ce n’est pas le livre qui m’a le plus marqué, je vous en reparle dans quelques lignes… À côté de mon maître à penser, on trouve un auteur de livres pour la jeunesse, le Britannique Roald Dahl. En 1994, il a publié un livre intitulé « Matilda ». En effet, la petite fille qui porte le même prénom que dans le titre est très intelligente et elle peut contrôler toutes sortes d’objets à distance, rien qu’avec ses yeux.

Stranger Things, les X-Men et Lucy : la télékinésie au cinéma et à la télévision

Comme je vous le disais, concernant « Carrie », ce n’est pas le livre qui m’a le plus marqué. Comme de nombreuses œuvres de Stephen King, ce roman a été adapté au cinéma. Je me souviens encore des images choquantes de cette jeune fille capable de tuer… J’en ai des frissons ! Mis à part cela, beaucoup d’œuvres de fiction ont exploré le thème de la télékinésie. En vrac, on le retrouve avec certains personnages des X-Men, mais aussi dans les suites de Carrie, ainsi que dans le film Lucy, de Luc Besson. Je vous l’avoue, je ne les ai pas tous vus, et ma plus grosse influence actuelle sur ce thème est une série : Stranger Things. Je vous ai longuement parlé de la nouvelle saison à venir, la semaine dernière, donc je ne vais pas en rajouter. Mais vous comprenez désormais mieux pourquoi j’adore cette série !


Voilà, vous savez désormais d’où je peux tirer certaines de mes influences. En effet, les idées nous viennent souvent, quand on est auteur, du monde qui nous entoure et des fictions que l’on a vues et lues. Rien n’est laissé au hasard, même si parfois on n’y pense pas tout de suite ! Et vous, est-ce qu’un livre ou un film traitant du sujet de la télékinésie vous a particulièrement marqué ? Dites-moi tout !

Publié le Laisser un commentaire

CHRONIQUE – STEPHEN KING, APRÈS

Que vous me suiviez depuis longtemps ou pas, vous devez désormais le savoir : une de mes grandes sources d’inspiration en tant qu’auteur se nomme Stephen King. J’adore cet écrivain et j’attends toujours avec impatience chacun de ses livres. Voilà pourquoi, dans cet article, je vais vous faire un retour de lecture sur son dernier roman, intitulé « Après » (« Later » en version originale).


Ai-je été (trop) impatient de découvrir ce roman ?

Avant de vous livrer mon ressenti sur « Après », je dois vous dire que je suis un grand fan de Stephen King. J’ai rarement été déçu par l’auteur américain, qui est ma principale source d’inspiration en tant qu’auteur. Ces dernières années, j’ai adoré la trilogie « Mr Mercedes », le roman « L’Outsider » et le livre écrit à quatre mains avec son fils – Owen King –, « Sleeping Beauties ». Cependant, le dernier roman du maître de l’horreur m’avait moins marqué, sans forcément m’avoir déplu. Il s’agit de « L’Institut », publié en France courant 2020. Par conséquent, j’en attendais peut-être beaucoup de ce roman, sorti en France en fin d’année dernière : « Après ». Depuis près d’un an, j’ai pu lire des articles et des retours (suite à la sortie américaine) qui m’ont vraiment donné envie de découvrir ce livre de mon maître à penser.

La trilogie "Mr Mercedes", de Stephen King

Présentation du roman « Après », de Stephen King

Voilà un premier paragraphe qui vous aidera, je l’espère, à comprendre mon retour de lecture. Encore un peu de patience, cependant. J’y viens. Je veux d’abord vous présenter ce livre, au cas où vous n’en auriez jamais entendu parler. Le personnage principal est un enfant, prénommé Jamie, que l’on voit grandir tout au long de l’intrigue. Il possède un pouvoir : celui de pouvoir parler avec les morts. Un don qui va lui coûter bien des cauchemars, surtout quand une inspectrice de la police de New York va lui demander son aide pour traquer un tueur qui menace de frapper… depuis sa tombe. En lisant le résumé du livre, je dois vous dire que ça m’a donné envie. Plus que la couverture de la version française, à laquelle j’ai préféré celle de la version originale, titrée « Later », que je vous partage ci-dessous.

Couverture de la version originale du roman "Après"

Mon avis : un bon livre, mais qui ne laissera pas un trace indélébile

Que les choses soient claires : ce livre est vraiment bien écrit. Stephen King a une longue expérience d’écrivain, on ne peut pas lui reprocher de ne pas savoir construire une intrigue capable de happer le lecteur. Mais, et j’ai du mal à expliquer pourquoi, je n’ai pas autant accroché qu’avec les livres cités dans le premier paragraphe. Je n’ai pas réussi à m’attacher à Jamie, à sa mère, ni à tout autre personnage. Mis à part le grand-père dont la femme meurt au début du roman. Jamie voit sa femme défunte, et partage la peine de ce vieil homme. Bref, je me suis parfois demandé où Stephen King voulait en venir dans l’enchaînement des différentes scènes. Je ne me suis pas ennuyé, mais je n’ai pas totalement accroché. Peut-être que ce livre n’était pas pour moi ou que j’en attends trop du maître, en étant un très grand fan.


Pour conclure, comprenez bien que ce ressenti est très personnel. Je ne dénigre pas les qualités d’écriture de Stephen King, qui ne sont plus à prouver. Qui suis-je, d’ailleurs, pour critiquer ce genre d’autre qui vend des millions de livres ? Ce que j’ai simplement voulu faire passer comme message ici, c’est que je n’ai pas accroché, là où d’autres lecteurs auront peut-être adoré ce livre. Au même titre, certains n’ont pas aimé la trilogie « Mr Mercedes », alors que personnellement j’ai adoré. Chacun a son ressenti et ses attentes quand il lit un livre. Les miennes étaient certainement trop fortes et, par conséquent, je me suis senti déçu à la fin de cette lecture. Ce qui n’engage que moi.

Publié le Laisser un commentaire

QUE FAIRE DE CE FICHU SYNDROME DE L’IMPOSTEUR ?

Comme beaucoup d’artistes et d’auteurs, je ne suis pas épargné par ce compagnon qui, parfois, fait trop entendre le son de sa voix. Elle est agaçante et en plus, quand elle s’immisce dans votre cerveau, elle s’y sent bien au chaud et ne veut plus vous quitter… Bref, je vais te faire part ici, Fidèle Lecteur, de mes doutes, mais aussi des points positifs qui devraient (normalement) m’aider à les lever !


Commençons par mes doutes. J’en ai déjà parlé, je suis en pleine écriture de mon prochain roman. Il s’agit d’un premier jet qui avance bien mais je n’arrive pas à m’en satisfaire. Après tout, ça reste un premier jet et je ferai tout pour le perfectionner. Quitte à devoir en réécrire de nombreuses scènes… Deuxième chose sur laquelle je doute : la direction à suivre concernant ce site. Je me demande si je dois continuer à publier des articles tous les 15 jours, pour une trentaine de personnes (ou alors, je devrais mieux choisir mes sujets…). Par ailleurs, ma boutique ne fonctionne pas. Je n’ai aucune notion de gestion d’une boutique sur le web, je l’ai un peu créée à l’arrache et j’ai vendu un seul livre depuis que je l’ai ouverte. Cela coûte de l’argent et prendrait du temps de la retravailler, alors à quoi bon la garder ?

Enfin, j’ai également des doutes concernant les autres projets que je prépare pour 2022. Je me demande s’il est utile que je publie une nouvelle gratuite pour tenter d’étendre mon lectorat ; par ailleurs, j’ai du mal à me projeter sur ce que j’ai appelé mon projet secret. Je ne sais pas si je dois me lancer là-dedans ou dans un autre projet sur lequel j’aimerais travailler : un thriller historique, avec une enquête qui se déroulerait il y a plusieurs siècles, au Moyen-Âge, par exemple. Et puis il y a cette idée de faire un nouveau podcast, après l’échec de Thriller, que j’ai décidé d’arrêter parce qu’il ne fonctionnait pas et que l’idée de départ n’était pas la bonne. Comme tu vois, je suis en plein questionnement. Ce fichu syndrome de l’imposteur bat son plein dans ma tête et il me met le doute sur pleinde choses.

Pourtant, j’ai relevé plusieurs points de satisfaction qui montrent que mon activité progresse, que je ne dois pas lâcher ! Au mois de janvier, six nouvelles personnes ont rejoint ma newsletter. Ensuite, si on compare mon chiffre d’affaire de janvier 2022 avec janvier 2021, il y a un net progrès : plus de 50 € contre… rien ! Si je vais plus loin, j’ai réalisé mes deux meilleurs mois en novembre et décembre. De quoi me pousser à continuer quand j’ai des doutes… Enfin, j’en suis déjà à 34 évaluations sur la novella « Le Bébé de Francesca ». Et même si la note a du mal à dépasser les 4/5 sur Amazon, c’est super, non ? En plus, je devrais faire de nouvelles séances de dédicaces, notamment au Cultura de Bègles (je devrais avoir une date pour mars) et un salon dans le sud de la Gironde en août.


Pour conclure et ne pas t’embêter plus longtemps avec mes états d’âme, mes livres ne se vendent pas si mal que cela pour un auteur indépendant, mais j’aimerais vraiment passer à l’étape supérieure (et à terme, vivre de ma plume). Ce qui passe par des séances de dédicaces, bien sûr, mais aussi des choix à faire parce que je n’ai pas le temps, pour l’instant, de réaliser tout ce que je souhaiterais…

Publié le Laisser un commentaire

« LE TRAIN DE L’ANGOISSE » FÊTE SES DOUZE MOIS !

Salut à vous, mes plus Fidèles Lecteurs, qui vous retrouvez parfois sur ce blog pour lire mes quelques articles… Il y a quelques jours, le recueil de nouvelles « Le Train de l’Angoisse » a fêté sa première année d’exploitation. L’occasion pour moi de dresser un bilan des ventes et des retours que vous avez pu me faire sur ce livre, qui semble continuer d’aller à la rencontre de son public…


Il y a tout juste un an, le 8 février 2021, je publiais un recueil de nouvelles intitulé « Le Train de l’Angoisse ». Comme tu le sais peut-être déjà, j’aime bien regarder dans le rétroviseur de temps à autre. Histoire de me rendre compte du chemin parcouru et de te montrer les dessous de mon métier d’auteur indépendant. Si tu ne me suivais pas encore à l’époque, sache que « Le Train de l’Angoisse » est un recueil de dix nouvelles avec un thème central : nos peurs et nos angoisses, qui peuvent resurgir d’une manière ou d’une autre dans chacun des textes que j’ai pu écrire. Et si tu souhaites l’acquérir, tu peux toujours te rendre sur Amazon pour l’acheter ; ou m’envoyer un petit mail en privé, si tu le veux au format broché avec une jolie dédicace réalisée avec ma plume.

Bon, et ce bilan, ça donne quoi ?

Si on parle de ventes, tu dois savoir que j’ai écoulé un peu plus de 130 livres. Cela va te paraître peu. Dois-je te rappeler que je suis indépendant et qu’il est difficile de se faire connaître quand on n’est pas dans le circuit traditionnel de l’édition ? Voilà pourquoi j’ai besoin de toi pour parler de mes livres à ton entourage. 130 unités en douze mois, cela fait une moyenne de 11 livres chaque mois. Ce qui n’est pas si mal, avec un taux de 2 e-books vendus pour un livre papier. Le point positif, c’est qu’il continuera à se vendre en physique, en dédicaces ou en salon, car les gens aiment me découvrir à travers des nouvelles. J’en ai fait l’expérience lors de ma dernière journée passée dans un Cultura en décembre, où « Le Train de l’Angoisse » s’est plus vendu que tous mes autres livres !

Gloomy scenery with old rusty train, foggy forest and skulls

Bilan financier

Financièrement, je ne suis pas encore rentré dans mes frais avec ce livre mais en gros, j’ai fait 50% du chemin. J’ai donc bon espoir de rembourser ce que j’ai pu dépenser pour le publier. Quant aux retours des lecteurs de ce recueil, ils sont plutôt positifs ! Sur Amazon, j’ai obtenu 23 évaluations, avec une note totale de 4,3/5. Je te fais lire deux avis positifs pour te montrer que ce livre peut plaire ? « Super recueil où plusieurs genres se mélangent. Beaucoup d’inspirations que je connais et qui font plaisir à retrouver. Foncez vous passerez un bon moment. » (Signé : Nathalie). « Ma lecture a été plaisante : les nouvelles sont abouties, même les plus courtes, ce qui est loin d’avoir été facile pour l’auteur. Le style est fluide, les mots assez percutants lorsque c’est nécessaire. » (Signé : Corinne). Merci à ces deux lectrices d’avoir laissé leur avis !


Si tu ne connais pas encore « Le Train de l’Angoisse », voici où tu peux aller te le procurer : au format ebook, sur Amazon (https://amzn.to/34gNHuy) ou au format papier, sur ma boutique en ligne (https://bit.ly/3uvrnIb). Je t’encourage à en parler autour de toi, surtout si tu as lu ces nouvelles et qu’elles t’ont plu !

Publié le Laisser un commentaire

QUELS SONT MES PROJETS POUR L’ANNÉE 2022 ?

Avant toute chose, je voulais t’adresser un message à toi, Fidèle Lecteur ! Bonne année, qu’elle t’apporte le meilleur côté lecture mais aussi sur le plan personnel. Comme j’ai pris l’habitude de le faire tous les mois de janvier, je vais te dresser un bilan de mes projets d’écriture réalisés sur l’année 2021, avant de te présenter tous les projets que j’ai pour l’année 2022. Est-ce qu’ils aboutiront tous ? Mystère…


1/ Bilan 2021

Une fois n’est pas coutume, nous allons principalement parler de projets d’écriture. Je préfère mettre de côté les salons et dédicaces, car avec la pandémie il est encore difficile d’en faire (j’espère développer cette partie de mon activité en 2022). Si je reprends le planning des publications établi début 2021, une fois de plus mes objectifs ont été atteints. Enfin, presque tous… Concernant les livres publiés, j’ai tenu mon calendrier : le recueil de nouvelles « Le Train de l’Angoisse » est sorti en février, comme prévu, et la novella « Le Bébé de Francesca » – bien qu’elle ait été prévue plus tôt dans mon calendrier – a bien été publiée en 2021. En revanche, je n’ai pas tenu mon calendrier d’écriture. Je pensais écrire le premier jet de mon prochain roman, mais un heureux événement (la naissance de ma fille) m’a fait prendre du retard dans mon planning.

J’ai tout de même écrit le premier jet de quelques nouvelles lors de l’année écoulée, et j’ai réussi à tenir mon objectif de vous publier deux articles par mois sur mon site officiel. Ce qui n’est pas si mal ! Là où je remarque une grande réussite par rapport à ce que j’avais planifié, c’est concernant la newsletter, qui commence à bien se développer. Ainsi, je pensais vous envoyer un mail par mois mais depuis quelques temps, je suis passé à un mail par semaine. Cela me permet de garder le contact avec vous, mes Fidèles Lecteurs, et de vous parler de plein de sujets différents. À croire que cela vous plaît car, comme je le disais, mon audience s’accroît petit à petit.

2/ Planning des publications 2022

Je vais désormais vous parler des livres que je prévois de publier en 2022. Certains projets sont encore flous, mais j’espère qu’ils verront le jour cette année. Je vais commencer par celui qui sera publié à coup sûr, car j’en ai déjà démarré l’écriture : mon troisième roman, dont le titre provisoire est « Anonymes ». Il sortira en novembre ou décembre. Il s’agira d’un nouveau thriller, qui arrivera après la sortie d’un livre gratuit, que je proposerai sur Amazon durant le premier semestre. Je n’ai pas encore commencé à l’écrire, mais il s’agira d’une nouvelle de quelques dizaines de pages. Enfin, je prévois aussi de démarrer une série de textes qui seront des détournements de contes pour enfant à la sauce thriller… Je ne vous en dis pas plus, ce projet est encore au stade d’ébauche mais vous serez les premiers informés quand il verra le jour !

3/ Planning d’écriture

Je vais enfin vous parler de mon planning d’écriture, comme je le fais habituellement. Il sera chargé, puisque je vais devoir écrire de A à Z cette nouvelle que je prévois de publier gratuitement (à moins qu’il ne s’agisse d’une nouvelle déjà écrite, auquel cas je n’aurais que la phase de correction/réécriture à faire). Par ailleurs, je me donne trois mois pour écrire le premier jet du roman « Anonymes », avant de passer à la phase de correction et de réécriture, avec l’aide de mes bêta-lecteurs. Enfin, je vais démarrer l’écriture du projet que j’ai appelé secret, mais dont je vous ai déjà parlé au paragraphe précédent. Concernant le site et les newsletters, je compte bien garder le même rythme que l’année dernière : deux articles par mois et un mail à mes abonnés par semaine. Ce rythme me convient et semble vous convenir, alors pourquoi en changer ?


Voilà pour mon planning annuel, vous savez TOUT ! Vous souhaitez être tenus au courant des évolutions de mes différents projets, et parler de différents sujets plus intimes avec moi ? Je vous encourage à me rejoindre via ma newsletter, en vous abonnant ICI ! Profitez-en, vous recevrez en plus quelques cadeaux de bienvenue…

Publié le Un commentaire

UN SUCCÈS À LA SQUID GAME EST-IL SOUHAITABLE EN AUTO-ÉDITION ?

Squid Game, c’est la série que tout le monde – ou presque – a regardé récemment sur Netflix. Au point d’effacer les autres sorties de la rentrée, tant le buzz autour de ce programme original est énorme. Comme beaucoup d’entre vous, je pense, je n’ai pas résisté : j’ai regardé Squid Game. Et même si la fin m’a quelque peu déçu, cela m’a amené à me poser une question : un succès comme celui rencontré par cette série est-il souhaitable pour un auteur auto-édité ? Je vais vous donner mon point de vue qui, bien entendu, n’engage que moi…


Le succès, oui, mais pas trop vite

Ma première réflexion est la suivante : certes, nous souhaiterions que nos livres se vendent à des milliers d’exemplaires, mais sommes-nous prêts à un succès immense comme l’a connu Squid Game ? En effet, qui avait entendu parler de ce programme avant qu’il ne sorte et que tout le monde en parle ? Personne ne s’attendait à une telle mise en avant. Les acteurs coréens qui ont joué dans la série n’étaient pas prêts. Ce qui m’amène à une autre réflexion : un succès qui arrive trop vite peut être néfaste. Nous n’y sommes pas préparés. Personnellement, je préférerais que mes livres se fassent connaître petit à petit, qu’ils ramènent de plus en plus de lecteurs, oui, mais au fil des mois et des années. Il vaudrait mieux avoir le temps de le voir venir que de se le prendre en pleine figure au moment où on ne s’y attend pas.

LEs masques et le costume rose sont devenus les symboles de Squid Game

Une mise en lumière venue de nulle part

Comme je le disais, personne ou presque n’avait entendu parler de Squid Game. La stratégie marketing a été rondement bien menée par Netflix. Ils ont fait le pari de faire confiance à des scénaristes coréens pour envahir les petits écrans du monde entier. Le moins que l’on puisse dire, c’est que cela a marché en France. Selon moi, il y a une démarche à suivre pour les auto-édités : souvent, nous voulons conquérir le marché français avec nos livres, mais ne seraient-ils pas adaptés pour un autre marché, à l’étranger ? Nous le savons, les habitudes de lectures ne sont pas les mêmes en France et dans d’autres pays du monde, comme les États-Unis. De mon côté, je me dis qu’il serait intéressant d’essayer de faire connaître mes livres à l’étranger. Comment ? Je ne sais pas encore, mais il y a matière à réfléchir. Pourquoi pas dès le prochain ?

Qui connaissait Lee Jung Jae avant Squid Game ?

Squid Game : un succès immédiat, et après ?

Ma dernière réflexion porte sur la durée de vie de cette série. Après la première saison, le public a été conquis, voire choqué par la violence de certaines scènes. Ce qui a contribué à faire parler de Squid Game. Et la suite ? S’il y a une deuxième saison, aura-t-elle autant de succès ? Pas sûr. On pourrait faire la comparaison avec la Casa de Papel, qui a perdu de l’audimat au fil des saisons. Pourquoi ? Il y avait trop d’attente. C’est en cela qu’un succès trop rapide peut être néfaste, selon moi. Après être monté si vite en haut de l’affiche, les gens en attendent toujours plus. Ce qui est naturel, mais pas facile à assumer. On ne peut pas toujours être au top et plaire à tout le monde. Des auteurs qui ont connu le succès ont aussi reçu les pires critiques. Et ça aussi, il faut y être préparé.

Rond, ; triangle ; carré : trois symboles forts de Squid Game


Pour conclure, je dirai que si un auteur auto-édité connaît un énorme succès, et c’est déjà arrivé, j’en serai le premier heureux pour lui. Mais je lui conseillerai de faire gaffe au retour de bâton, qui peut faire très mal. Bien entendu, vous pouvez être en désaccord avec mes arguments, mais dans ce cas je vous invite à argumenter en commentaire pour me dire ce que vous en pensez. Je vous répondrai avec plaisir, car je sais que tout le monde ne peut pas partager mon point de vue.

Publié le Un commentaire

JE TE RÉVÈLE TOUT SUR LA COUVERTURE DU RECUEIL DE NOUVELLES « LE TRAIN DE L’ANGOISSE »

Lectrices, Lecteurs, bien le bonjour ! Dans quelques jours, cela fera six mois que mon dernier recueil de nouvelles, « Le Train de l’Angoisse », a été officiellement publié. Six mois après, j’avais envie de te parler des choix que j’ai faits concernant cette couverture qui, je dois l’avouer, vous a beaucoup plu. Suis-moi, je vais te livrer tous les secrets de création de cet élément indispensable à une œuvre littéraire !


D’où provient l’image de la couverture ?

Je vais d’abord t’expliquer d’où sort cette image d’une locomotive, qui semble sortir d’une forêt hantée, que j’ai utilisée pour la couverture de ce recueil. Plusieurs sites proposent d’acheter des images libres de droit. C’est le cas de 123RF, que j’utilise depuis mon premier livre, en 2017. Pour quelques euros, j’achète des crédits qui me permettront d’acheter des images totalement libres. Je ne vole le travail de personne, je fais tout cela dans la légalité. Pour ce recueil de nouvelles, je voulais une image d’un train qui fasse peur. En tout cas, elle augure du côté angoissant que j’ai voulu donner aux nouvelles qui le composent. Je pense avoir réussi mon coup : je plonge tout de suite le lecteur dans cet univers du train délabré. Comme un train-fantôme qui provoque des frissons. On retrouvera d’ailleurs ce thème du train dans les titres des nouvelles, du wagon 1 au wagon 10.

Une tâche que je confie à une graphiste

Deuxième chose dont je voulais te parler : ce n’est pas moi qui ai réalisé cette couverture. J’ai tenté le coup une fois, pour le roman « Zoé ». Et je me suis promis de ne jamais recommencer. Pourquoi ? Je me suis rendu compte que c’est un vrai métier. D’autres le font bien mieux que moi. Comme pour mes deux premiers livres, j’ai confié cette tâche à une vraie graphiste. Elle s’appelle Virginie Wernert. J’ai toujours été content de son travail. Ce fut à nouveau le cas pour « Le Train de l’Angoisse ». Virginie commence à me connaître, elle sait où sont mes exigences. On échange par mail. Je peux lui dire honnêtement ce que je pense de son premier jet. Elle fait ensuite les modifications que je lui demande. Au final, elle réalise toujours des couvertures efficaces, qui attirent l’œil du lecteur. Je la remercie pour son formidable travail.

Le titre du livre et le nom de l’auteur

Pour cette partie, je laisse en général carte blanche à Virginie Wernert. Je lui demande juste une chose : de préciser s’il s’agit d’un roman ou d’un recueil de nouvelles. Ainsi, elle me fait une première proposition. Si elle me plaît, je valide. Sinon, on retravaille le sujet ensemble. Pour ce recueil de nouvelles, j’ai demandé quelques modifications, que Virginie a bien voulu apporter. Mais c’est elle qui a été force de proposition quant à la police d’écriture du titre. C’est bien grâce à Virginie que les lettres sont un peu effacées. Ce qui ajoute, selon moi, un côté mystérieux à ce livre et à sa couverture. Qu’en pensez-vous ? Pour moi, le job est réussi. Bravo, Virginie !

La quatrième de couverture

Enfin, quelques mots sur la quatrième de couverture. Si Virginie Wernert est une excellente graphiste, elle n’est pas l’auteur de ce livre. C’est bien moi qui ai rédigé la quatrième de couverture. Tout comme j’ai rédigé ma biographie. En revanche, c’est bien Virginie qui a effectué la mise en page de ce tout. C’est elle qui a décidé de mettre la biographie sur un bandeau orange, pour rappeler le code couleur de la couverture. Pour ma part, je lui ai juste envoyé les textes pour qu’elle puisse réaliser la couverture complète. C’est d’ailleurs bien normal qu’on retrouve son nom en bas de la quatrième de couverture. Il faut bien rendre à César ce qui appartient à César ! Enfin, à Virginie… Alors, vous pensez que cette couverture est réussie ? Vous donne-t-elle envie d’en découvrir un peu plus sur ce recueil de nouvelles ?


Comme d’habitude, je vous encourage à réagir à cet article et à répondre, en commentaire ou par mail, à la question que je vous pose à la fin de l’article. Et puis, s’il vous a plu et que vous ne voulez pas louper les prochains que je rédigerai, vous pouvez aussi vous inscrire à ma newsletter !

Publié le Laisser un commentaire

JE LANCE MON PROGRAMME AUDIO : DÉCOUVRE « THRILLER, LE PODCAST »

Salut à toi qui me suis depuis quelques temps déjà, ou qui tombe sur cet article et sur mon site totalement par hasard… Ce lundi, je viens te présenter mon nouveau projet, en lien avec mon métier d’auteur : un podcast que j’ai voulu intituler « Thriller, le podcast ». Pourquoi ce nom et quel en sera le contenu ? Suis-moi, je t’explique tout et surtout, je te mets le lien du premier épisode qui présente en long, en large et en travers ce tout nouveau programme que je te propose de découvrir…


Depuis quelques temps, j’avais envie de partager autre chose que mes livres avec mes lecteurs. Je me suis donc demandé ce que je pourrais faire pour échanger sur mes genres de prédilection que sont le thriller, l’horreur et le policier. Des genres littéraires que j’aime lire avant tout, et qui sont les genres dans lesquels je m’éclate quand il s’agit d’écrire. Faisant de la webradio depuis quelques temps déjà, j’ai donc eu l’idée de créer un podcast et d’en passer par la voix pour pouvoir échanger avec toi, Chère Lectrice et Cher Lecteur. Cependant, comme je vais te partager le premier épisode de ce nouveau podcast, que j’ai voulu intituler « Thriller, le podcast », je ne vais pas te le présenter à l’écrit. Au lieu de ça, je vais te faire un court descriptif de ce premier épisode, qui sert à présenter ce programme audio que je viens de créer.

Épisode n°1 – Présentation :

1/ Dans ce premier épisode, je commence par vous présenter ce nouveau podcast, en vous expliquant ce qui m’a poussé à le créer.

2/ Puis, je vous parle succinctement des genres thriller/horreur/policier, qui feront partie des thèmes principaux de ce programme.

3/ Ensuite, je vous fais étalage de tout ce que vous ne trouverez pas dans ce podcast. C’est aussi une façon pour vous de savoir si vous êtes au bon endroit…

4/ Je vous présente également tout ce que vous pourrez trouver dans ce podcast « Thriller », sachant que ce sera aussi à vous de m’aider à l’alimenter en échangeant sur les sujets proposés !

5/ Enfin, je vous donne toutes les billes pour pouvoir communiquer avec moi, via le podcast, mon mail perso ou les réseaux sociaux… Pas d’hésitation possible, d’autant plus que le fond musical devrait vous donner quelques frissons.

Allez, je vois que vous trépignez d’impatience alors voici le moment que vous attendez tous : le premier épisode de « Thriller, le podcast » !


Bien entendu, je vous encourage à me laisser un petit message pour me dire ce que vous avez pensé de ce premier épisode ! Je vous invite également à me donner des sujets que nous pourrions traiter dans ce podcast, en rapport avec cette petite présentation. Je te dis à bientôt, Toi qui a écouté ce programme et qui a déjà hâte d’entendre la suite !

Publié le Laisser un commentaire

RENCONTRE AVEC DARYL DELIGHT, AUTEUR DE THRILLER

Cher Toi, me revoilà pour une nouvelle interview ! En effet, je suis allé à la rencontre d’un collègue autoédité, qui comme moi écrit des thrillers et de l’horreur. Un échange sanglant, qui n’en est pas moins intéressant ! Laissez-moi donc vous présenter Daryl Delight, auteur à succès qui compte déjà quatre romans à son actif, dont « Amalia » ou encore son petit dernier, « Une Nuit au Funérarium ». Attention, si vous le croisez la nuit, changez de trottoir, conseil d’ami…


Fan de Stephen King, amateur de frissons et d’histoires à suspense… Daryl Delight avait tout pour me plaire, puisqu’il évolue dans la même catégorie que moi ! Certes, et je ne m’en cache pas, il rencontre beaucoup plus de succès que votre hôte. Mais est-ce que cela doit nous empêcher de passer un bon moment ? Armé d’un couteau que je gardais discrètement derrière mon dos (je ne crois pas qu’il l’ait vu, mais bizarrement je n’ai pas eu le loisir de voir sa main droite), je suis allé à sa rencontre. Qui est restée virtuelle, certes, mais pas moins ultra intéressante ! Je vous laisse découvrir ça, je ressens comme des picotements dans la nuque…

Bonjour Daryl, peux-tu d’abord te présenter et nous parler de ton parcours ? Qu’est-ce qui t’a mené vers l’écriture et le métier d’écrivain ?

J’ai toujours été attiré par l’écriture. À l’école primaire, lorsqu’on me demandait ce que je voulais faire plus tard, je répondais écrivain. J’écrivais des petites histoires déjà à l’époque, rien de bien original, mais j’adorais ça. Je me suis ensuite passionné pour le cinéma. Je voulais devenir scénariste au collège et lycée, pour voir les images que j’avais dans la tête sur grand écran. J’adore le septième art, encore aujourd’hui. Plus tard, je suis revenu aux romans plutôt qu’aux scénarios. Mais l’écriture a toujours été là, d’une façon ou d’une autre. L’envie de poser les mots sur le papier, de raconter des histoires ne m’a jamais quitté.

Tu te définis, sur ton site, comme un auteur de Thriller/Horreur/Suspense ? Qu’est-ce qui t’a mené à écrire dans ces genres ? Pourquoi te plaisent-ils tant ?

J’ai adoré ça très jeune. Quand j’ai commencé à avoir l’âge, ou peut-être un peu plus jeune, vers douze ans, je me suis rapidement intéressé aux films d’horreur. Les premiers devaient être les Freddy Krueger. J’ai ensuite découvert des films plus tournés thriller comme Seven, Psychose ou Taxi Driver. J’aime ce genre pour l’ambiance, que ce soit horreur ou thriller. La pluie qui tombe. La nuit. Les orages. Les manoirs isolés. Les enquêtes policières. Le suspense. J’aime essayer de deviner la fin, de trouver le meurtrier. J’adore tout simplement ça. J’aurais pu ajouter les cadavres et les scènes de meurtres, mais ça ferait un peu psychopathe de dire que j’adore ça aussi.

Peux-tu nous parler des ouvrages que tu as publiés à ce jour ? Si je ne m’abuse, tu as sorti quatre romans, c’est ça ?

C’est bien ça, quatre, même si le premier « La légende de Spellman » est très court. Je le considère plus comme une envie de me faire plaisir au départ. Je l’ai écrit avec mon âme d’adolescent, et ça se ressent dans l’écriture. Ce n’est pas celui que je conseillerai pour débuter même s’il est le favori de certains de mes lecteurs et lectrices. « Amalia », le second, voilà celui par lequel je conseille de commencer quand on me demande. Il ne fait que 210 pages, mais il se passe beaucoup de choses. Je voulais que le suspense soit omniprésent, et qu’il y ait des révélations et de l’action à chaque chapitre. Je pense avoir réussi. « La famille Nilsen » est un peu spécial. Il vaut mieux avoir lu « Amalia » avant pour comprendre la raison de l’existence du livre. Les deux sont liés. « Une nuit au funérarium » est mon dernier. J’adore Jasper, le personnage principal. C’est un thanatopracteur qui nous invite dans son funérarium et nous raconte les récits des cadavres qui passent sur sa table. On peut très bien débuter avec celui-ci également. J’espère retourner au funérarium très vite, d’ailleurs !

D’où te viennent toutes ces idées d’histoires terrifiantes et surtout, ces personnages atypiques, comme par exemple Jasper dans « Une nuit au funérarium » ou encore Amalia dans le roman du même nom ?

Les personnages sont le plus importants dans une histoire. C’est les personnages qui font l’histoire. Leurs manières de réagir, leurs décisions à chaque situation dont laquelle je les mets qui détermine la suite du récit. Je puise mon inspiration de partout. De ce que j’ai lu. Des films que j’ai vus. De la musique que j’écoute. Je nourris mon imagination avec l’art des autres pour ensuite créer quelque chose de nouveau, ma version des choses.

Quels sont tes futurs projets et où en es-tu de ce(s) projet(s) ?

Je suis en train d’écrire mon prochain livre. Je n’ai encore rien donné à mes bêta-lecteurs, alors je ne sais pas si c’est bon. S’ils sont très enthousiastes, c’est que le livre sortira, sinon, je passerai à un nouveau projet. C’est difficile de commencer un nouveau roman. On aimerait écrire un chef-d’œuvre, avoir l’idée parfaite, mais en réalité, on ne peut pas savoir à l’avance. Dans l’écriture d’un roman, il y a toujours des hauts, des moments où l’idée nous paraît géniale, et des bas, où l’on doute de ce que l’on fait. Il ne faut pas trop réfléchir et écrire. Plus facile à dire qu’à faire.

Si je ne me trompe pas, tu es un auteur autoédité, qui rencontre le succès puisque tu le dis sur ton site : déjà plus de 15 000 lecteurs ont été conquis ! Quelle est, selon toi, la clé de ce succès ?

Je n’ai eu que dix lecteurs en plusieurs mois pour mon premier livre. Ce n’est qu’après plusieurs romans publiés que les lecteurs ont réellement commencés à venir. Petit à petit. Il n’y a pas de clé du succès. Il faut écrire pour soi, par passion, publier pour son public déjà acquis et les nouveaux lecteurs viendront au fur et à mesure. Cela peut être moins long pour certains, un livre, un succès immédiat, ou beaucoup plus long pour d’autres. Ce qui est important c’est de comprendre ce qui ne va pas. Mon texte contient-il des fautes ? Ma couverture est-elle attirante ? Mon résumé donne-t-il envie ? Est-ce que mon livre est visible ? Il faut toujours se poser des questions, tenter de voir ce qu’on peut améliorer et tester plusieurs choses. Apprendre, encore et toujours.

Tu as d’ailleurs entre 260 et plus de 550 avis sur tes différents livres… Ces chiffres semblent difficiles à atteindre à beaucoup d’auteurs qui débutent, comment tu fais ?

Oh oui, c’était très dur au début. Je ne pensais pas en avoir autant. Cent me paraissait incroyable quand j’en avais que deux. Mais ce n’est pas non plus extraordinaire. Marjorie Levasseur par exemple, qui est une auteure talentueuse (ou autrice comme vous voulez) autoéditée, a atteint les 900 commentaires avec un livre publié il y a sept mois à peine. J’espère atteindre ce nombre un jour. Il n’y a pas de secret. Et personne ne peut prévoir un succès ou un échec. Un très bon livre peut ne pas être apprécié et finir aux oubliettes. Au contraire, un livre assez basique peut parfois atteindre des sommets. Il suffit de voir l’engouement pour « Cinquante Nuances de Grey ». C’est tout de même mieux quand on écrit un bon livre et qu’il a le succès qu’il mérite, j’en conviens. Il ne s’agit pas d’attendre bêtement, bien sûr, mais comme dit précédemment, il faut être patient, tester des choses, gagner ses lecteurs petit à petit et conquérir leurs cœurs. Si on donne tout ce qu’on a, les lecteurs et lectrices aimeront, ils se pencheront sur les précédentes productions et reviendront pour les suivants. Ils ne le font pas pour vous faire plaisir, mais parce qu’ils aiment ce que vous faites.

As-tu déjà essayé d’être édité en maison d’édition traditionnelle ? Est-ce que cela te tenterait ou tu préfères gérer toi-même tes affaires ? Pourquoi ?

Je me suis tourné vers l’autoédition dès le départ et je n’ai jamais envoyé de manuscrit à une maison d’édition. Il y a des avantages et des inconvénients, même si de mon côté je m’y plais énormément. Est-ce que j’accepterais un contrat si on m’en proposait un ? Oui, sûrement, si une grande maison d’édition me propose un contrat qui me convient. Il y a beaucoup de paramètres à prendre en compte, la rémunération, la communication qu’ils comptent faire, quels droits sur mes livres et pour combien de temps… Mais évidemment, si un jour je pouvais avoir mes livres dans toutes les librairies de France, ce serait une victoire.

Parlons un peu de toi en tant que lecteur, désormais. Qu’aimes-tu lire ? Qui sont tes auteurs préférés, ceux qui t’inspirent aussi ?

Je suis en pleine lecture de « Psychose » de Robert Bloch, qui a inspiré le célèbre film que j’apprécie tant de Hithcock. Il est assez court donc il ne tiendra pas longtemps. Ensuite j’attaquerai « Vindicta » de Sire Cédric. Sinon, je suis un grand fan de Stephen King même si je n’ai pas lu toute sa bibliographie. En même temps, il y a de quoi faire.

Es-tu un grand lecteur ? Penses-tu, comme certaines personnes, qu’un auteur a besoin de lire beaucoup pour être inspiré et écrire de bons romans ?

Absolument, il faut lire pour s’inspirer. Pour les idées, oui, mais aussi pour trouver son style. De voir différentes manières de raconter une histoire. D’apprendre un peu de vocabulaire. En ce qui concerne l’inspiration, il n’y a pas que la lecture. On peut être inspiré de plein de choses, du cinéma entre autres. Regarder un film peut donner des tas d’idées. Il m’arrive souvent de voir une scène, et le cadrage d’une femme dans la nuit peut me donner des idées. Une simple image ou une ambiance peut amener l’imagination à produire quelque chose de totalement différent. Cela dit, la lecture est indispensable. Je ne dis pas qu’il faut lire dix livres par mois, mais il faut lire, oui !

As-tu envie d’ajouter quelque chose, de parler d’un autre sujet qui te tient à cœur ?

Je crois que non. Tes questions étaient pertinente. Mais je te remercie pour ce petit échange qui était sympathique.

À mon tour de te remercier d’avoir accepté de répondre à mes questions. Entre fans de Stephen King, je crois que l’on s’est bien compris !


Retrouvez toutes les informations sur Daryl Delight sur son site internet : https://daryldelight.com/ ! Quant à moi, je vous retrouver très vite pour un nouvel article, où il sera question d’une nouvelle activité que je compte lancer en lien avec mon métier d’auteur… Stay tuned !

Publié le Laisser un commentaire

QUELS ONT ÉTÉ MES CHOIX CONCERNANT LES PERSONNAGES DANS MES NOUVELLES ?

Cette semaine, alors que nous venons de fêter les trois mois de sortie de mon dernier recueil de nouvelles (intitulé « Le Train de l’Angoisse »), je voulais partager avec vous quelques choix que j’ai fait concernant les personnages qui peuplent les dix wagons de cet ouvrage. Pourquoi ai-je mis un homme dans telle nouvelle et une femme dans telle autre, pourquoi le choix de tel ou tel prénom, telle situation familiale, etc… Je vais tout vous expliquer, afin de vous permettre de mieux décrypter mes écrits !


1/ Homme ou femme ? Le choix du genre et des prénoms

Tout d’abord, je souhaiterais évoquer avec vous le choix du genre. Pourquoi faire vivre telle aventure à un homme plutôt qu’à une femme ; et au-delà du genre, pourquoi un ou une ado dans tel texte et pourquoi une personne âgée dans tel autre ? Prenons quelques exemples pour illustrer mes choix. Dans la nouvelle « La Faucheuse », j’évoque la mort et l’appréhension que tout un chacun peut avoir quand on s’approche de la fin de notre vie. Je ne pouvais donc pas mettre en scène des gens jeunes, qui sont loin de ces interrogations. Voilà pourquoi j’ai choisi un personnage en fin de vie, très âgé – dans ce que l’on pourrait appeler aujourd’hui le quatrième âge. Pourquoi avoir choisi une femme ? Tout simplement car selon les statistiques, elles vivent plus longtemps que les hommes, donc ce choix m’a paru logique. A l’inverse, lorsque j’ai commencé à mettre en place la nouvelle « Blue Whale Challenge », j’ai vite compris qu’elle devait mettre en scène des adolescents, qui plus est des collégiens. En effet, ce jeu a été rendu populaire sur les réseaux sociaux, comme beaucoup d’autres, et devinez qui utilise ces réseaux à longueur de journée : les adolescents et les jeunes adultes ! D’où ce choix… Mais pourquoi choisir une jeune fille plutôt qu’un jeune homme, allez-vous me demander. Là aussi, la décision s’est opérée naturellement : à cet âge-là, les jeunes filles sont souvent plus matures que les jeunes hommes, ce que j’ai essayé de montrer à travers mon texte. Il me semblait donc plus logique de mettre en scène une adolescente plutôt qu’un adolescent. Au contraire, et ce sera mon dernier exemple, j’ai fait le choix de mettre en scène un homme, trentenaire, dans la nouvelle « Game Over ». Il me semblait plus logique de prendre un homme timide et introverti, qui découvre le réel amour pour la première fois, et de lui faire commettre un meurtre sur la femme qu’il aime. Je trouve (mais ce n’est que mon avis) que cela a plus d’impact que si j’avais fait le choix inverse…

Parlons également du choix des prénoms : sachez que c’est toujours une galère pour moi ! Pourquoi ? Premièrement, j’ai du mal à donner un prénom d’une personne que je connais à un de mes personnages. J’ai toujours peur de faire la description (physique et mentale) de ladite personne, et d’être influencé par ce que je sais d’elle… Du coup, je prends généralement à peu près l’âge que je veux donner à mon personnage et je regarde sur internet les prénoms les plus donnés dans son année de naissance. Voilà comment s’opère mon choix, même s’il m’arrive parfois de trouver un prénom que je trouve adapté à l’histoire que je construis sans avoir recours à Google.

2/ L’origine sociale et l’âge donnés aux personnages

En ce qui concerne le choix de l’origine sociale et de l’âge de mes personnages, tout dépend encore une fois du contexte et de ce qui est raconté dans l’histoire que j’écris. Pour la nouvelle « Game Over », j’avais forcément besoin d’un homme célibataire, qui arrivé à la trentaine n’avait pas encore connu le grand amour. Cela me paraissait plutôt logique. Pour la nouvelle « Le Miroir Maléfique », il me fallait un jeune couple, avec deux personnages qui entraient dans la vie active après leurs études et qui se mettaient en ménage. Cela me paraissait là encore plus logique pour expliquer qu’ils obtiennent ce miroir qui, si vous n’avez pas encore lu la nouvelle, est plutôt spécial (je n’en dis pas plus…). La nouvelle « Ligne 9 » est différente, car n’ayant pu opérer de vrais choix, j’ai décidé de faire vivre la même action selon différents points de vue : trois pompiers, une banquière et enfin le personnage central de la nouvelle. Je ne voudrais pas vous assommer avec les exemples, mais pour la nouvelle « En Mémoire de Noël », j’ai fait le choix de prendre un enfant d’une dizaine d’années qui vit seul avec sa mère, pour que l’action puisse se mettre en place.

D’où viennent tous ces personnages que je crée ? La plupart du temps, ils sortent tout droit de mon imaginaire, mais certaines situations qu’ils vivent peuvent être inspirées de faits réels. Ce qui est le cas pour ce jeu stupide, le « Blue Whale Challenge », qui a réellement existé sur les réseaux sociaux (c’est qu’il a fait ses recherches, le petit !). D’autres personnages peuvent être largement inspirés par la vie réelle. Je vais vous parler là d’une nouvelle parue sur mon tout premier recueil, en 2017, intitulé « Des Aventures Hors du Commun ». Pour la nouvelle « Les Voisines », j’ai choisi de décrire le personnage de Pierre comme étant un instituteur, car j’avais besoin qu’il passe du temps chez lui pour pouvoir voir le manège de ses voisines. Là encore, comme j’ai moi-même exercé ce métier, je sais que l’on peut avoir pas mal de temps chez soi, même si c’est du temps où on travaille pour préparer sa classe ou corriger des copies. Mais l’action se passant pendant l’été, Pierre peut aisément rester chez lui pendant que sa femme est au travail. De plus, les deux voisines de ce pauvre Pierre sont inspirées par des voisines que j’ai moi-même eues, et qui déménageaient. Comme Louise et Joséphine, elles faisaient des aller-retour incessants en passant devant chez moi, et il m’arrivait de discuter avec elle. Même dans la description physique, on retrouve de vrais éléments. Bon, par contre, mes voisines n’étaient pas des tueuses en série et elles transportaient de vrais objets, pas des corps. Désolé si ce détail vient vous décevoir…

3/ Le caractère, un élément lié à l’action que je construis

Selon la longueur des nouvelles que j’écris (certaines sont plutôt courtes mais d’autres plus longues que des nouvelles classiques), je prends le temps de développer – ou non – le caractère de mes personnages. Si le texte est court, je préfère me concentrer sur l’action ainsi que sur leurs sentiments. Mais on peut tout de même déceler quelques traits de leur caractère ! Pour vous donner un exemple, dans la nouvelle « Dans la Tourmente », qui est peut-être une des plus courtes, on peut tout de même voir que le personnage de Mila est tête en l’air, tout en ayant peur de s’engager dans la vie, puisque les autres personnages pointent ce trait de caractère comme étant un de ses principaux défauts. Quant aux personnages secondaires, pas le temps de les développer dans une nouvelle qui reste courte. Ils peuvent avoir certains traits de caractère marqués, mais en général je ne m’attarde pas trop sur eux… ce qui ne m’empêche pas d’avoir parfois envie de les retrouver dans un autre texte pour les développer un peu plus !

Quant aux nouvelles qui dépassent le nombre de caractère classique de ce genre littéraire, comme « La Faucheuse », « Blue Whale Challenge » ou encore « Ragots », le fait d’écrire des textes plus longs permet de construire un peu plus les personnages, notamment ceux qui sont au premier plan. Dans « Ragots », où deux étudiants sont mis en scène – un jeune homme et une jeune femme -, j’ai pu faire évoluer le comportement de Xavier, qui au départ adore raconter des ragots sur les autres étudiants avec son amie Margot ; mais ensuite, à cause d’un élément dont je ne peux pas vous parler (au risque de tout vous spoiler), il va s’éloigner de son amie dont il est amoureux et avoir un comportement très malsain avec la gente féminine. Sur un texte court, je n’aurais jamais pu développer cela ! Pour prendre un dernier exemple, Noémie évolue elle aussi et s’affirme tout au long de la nouvelle « Blue Whale Challenge ». Si au début elle est désemparée suite au suicide de sa meilleure amie, elle va ensuite devenir la leader d’un mouvement de rébellion contre ce jeu stupide qui se développe dans les collèges et lycées de France via les réseaux sociaux. Elle parviendra à faire entendre sa voix et montrera qu’elle a un caractère fort et bien trempé.


Voilà, je ne voulais pas trop vous assommer avec les exemples, mais j’espère vous avoir aidé à mieux comprendre les choix que j’ai pu opérer tout au long des textes que j’ai écrits pour ce recueil de nouvelles publié il y a un peu plus de trois mois maintenant. Si vous avez déjà lu cet ouvrage, cet article vous aura donné quelques pistes supplémentaires pour mieux comprendre mes textes (enfin, je l’espère). Quant à ceux qui ne l’ont pas encore lu, peut-être que cet article vous rendra curieux ! Si tel est le cas, je vous invite à vous rendre sur ma boutique pour commander votre exemplaire au format broché, ou sur Amazon si vous lisez plutôt en numérique. Je vous encourage également à me dire en commentaire ce que vous avez pensé de ces explications concernant les choix que j’ai effectués sur les personnages de mes nouvelles.