Publié le 4 commentaires

UN MEURTRE PRESQUE(IM)PARFAIT, UNE MICRONOUVELLE À DÉCOUVRIR

Cette semaine, j’avais envie d’écrire un texte très court, pour vous en dévoiler plus sur ma plume (surtout si vous ne me connaissez pas encore…). Quoi de mieux qu’une micronouvelle, par définition plus courte qu’une nouvelle et facile à partager via un article de blog ? Je vous laisse ainsi découvrir un personnage haut en couleurs, dont on ne connaît pas le nom mais qui vous décrit ses sensations après avoir commis son premier meurtre…


Quand on observe les serial killer dans les séries télévisées, on peut penser qu’il est aisé d’ôter une vie. Je me suis toujours dit que grâce à Dexter Morgan et Hannibal Lecter, j’étais fin prêt. Les voir agir m’avait en quelque sorte servi de formation. Je me visualisais déjà jubiler au moment de planter la lame de mon couteau à cran d’arrêt dans le cœur de ma première victime. Je m’imaginais la regarder droit dans les yeux. Je désirais tant que mon visage soit la dernière chose qu’elle puisse voir avant de mourir…

Mais je peux vous l’avouer aujourd’hui : ON NOUS MENT ! On ne doit pas se contenter de mettre des bâches en plastique dans la pièce où on prévoit de perpétrer son crime. Il ne suffit pas non plus de protéger ses vêtements et de mettre des chaussures de sécurité pour éviter de glisser. Vouloir tuer et passer à l’acte sont deux choses bien différentes. Assassiner un homme – car mon choix s’est porté sur ce moins que rien – n’est pas de tout repos. C’est même très salissant. Voilà ce que l’on évite de nous montrer, pour ne pas faire sombrer ces fictions dans l’horreur : le sang.

Il y en a partout ! Cela fait à peine deux minutes que j’ai planté mon couteau dans la poitrine de ce vaurien que le sol et les murs en sont recouverts. Il faut que je vous avoue quelque chose : cet homme n’est pas mort sur le coup. Là aussi, il y a une erreur dans la fiction : les gens ne semblent pas mourir en un claquement de doigt ! Quand j’ai donné le coup fatal à ma victime, elle s’est relevée d’un bond. J’ai arraché le couteau de sa poitrine, pour me défendre, et elle a bien failli me frapper d’un coup de poing dans la tempe ! Je l’ai évité de justesse… mais au passage, dans un geste brusque et non maîtrisé, j’ai tranché la gorge de l’homme que j’avais grièvement blessé. Résultat : il y a de l’hémoglobine partout !

En plus, le sang passe à travers les bâches en plastique que j’ai mis plus de deux heures à installer dans toute la pièce. Je dois inspirer profondément, pour me calmer, et expirer d’un coup sec. Sans quoi je vais paniquer. Si vous pouviez me voir… J’ai été littéralement arrosé. Si quelqu’un entrait dans la pièce où je me trouve, il ne lui serait pas difficile de désigner un coupable.

J’avais tout préparé. Je pensais tout maîtriser. Je suis méticuleux. Je ne laisse jamais rien au hasard. Et pourtant, mon plan n’a pas fonctionné comme je l’avais imaginé. Je dois trouver des solutions. Déblayer ce capharnaüm. Agir le plus rapidement possible, sans quoi l’alerte pourrait être donnée. Que vais-je faire de ce corps ? Je ne peux pas le découper, comme le ferait Dexter ; ni le manger, comme le ferait Hannibal… J’avais prévu de le transporter dans la remorque accrochée à ma voiture. Mais je ne peux pas déplacer ce corps sans vie avant d’avoir nettoyé les lieux. Je ne dois laisser aucun indice derrière moi. Je ne peux pas laisser cette pièce dans un état aussi lamentable !

Je n’ai pas le choix : je vais devoir aseptiser cet endroit avant d’approcher mon véhicule. J’ai prévu des produits pour effectuer cette tâche, mais seront-ils suffisants vu l’ampleur des dégâts ? Il faut que je m’y mette. Je dois retrousser mes manches. Quel bazar ! La prochaine fois – car il y en aura une, je me connais – il faudra que je réfléchisse à la méthode et à tous ces mensonges que l’on trouve dans les œuvres de fiction. Je me dirige vers le lavabo qui se trouve dans le coin de la pièce où j’ai tué ce bon à rien et…

Voilà que je glisse, à cause de tout le sang qui s’est déversé à terre ! Je ne contrôle pas ma chute. En une fraction de seconde, mon corps tout entier est projeté en arrière. Ma tête heurte violemment le coin de la table sur laquelle ma victime est encore allongée. Je ressens une douleur intense à l’arrière du crâne, avant que mon visage ne vienne heurter le sol. J’ai la tête dans le sang. Je suis paralysé.

Mes yeux se ferment et se rouvrent avec beaucoup de difficultés. Je sens que l’hémoglobine coule à travers la blessure que je me suis faite à l’arrière de la tête. Mon sang se mêle-t-il à celui de ma victime ? Quelle incroyable destinée ! Tomber et se blesser à cause du manque d’expérience… Tous mes sens sont en alerte. Mon cerveau m’ordonne de me retourner et de me relever. Je dois nettoyer, charger la carcasse de cet homme dans la remorque et partir loin d’ici pour le faire disparaître. Seulement, mon propre corps ne répond plus.

Je fais tout pour sortir la tête de la mare de sang où elle se trouve. Impossible de bouger. La douleur est de plus en plus intense. J’ai du mal à respirer. Je tousse. Je m’étouffe dans cette flaque d’hémoglobine. Au bout de quelques secondes, mes yeux se ferment. Ils ne se rouvriront plus jamais.

Avant de rendre mon dernier souffle, j’imagine déjà la Une des journaux.

Tel est pris qui croyait prendre : le meurtrier se tue lui-même en tombant dans le sang de sa victime. Est-ce ça, un meurtre presque (im)parfait ?


Qu’avez-vous pensé de ce meurtre presque (im)parfait ? Je vous encourage à me laisser un petit commentaire sous cet article pour m’expliquer votre ressenti à la lecture de ce court texte. Ou alors, si l’envie vous prend, je vous invite à m’envoyer un petit mail pour que l’on puisse échanger plus facilement : ygiammona@hotmail.fr ! N’ayez pas peur de m’écrire, je ne mords pas…

Publié le 3 commentaires

UN AN APRÈS AVOIR PUBLIÉ « SELFIE », L’HEURE EST AU BILAN !

Salut tout le monde ! Il y a un peu plus d’un an, je publiais une nouvelle gratuitement via Amazon Kindle Publishing. Comme vous le savez peut-être déjà, j’ai publié à ce jour trois livres en autoédition grâce à la plateforme d’Amazon. Seulement, l’année dernière, alors que j’écrivais toujours des nouvelles (je vous ai d’ailleurs expliqué pourquoi, dans mon article précédent, j’aimais tant en écrire), j’ai eu envie d’en mettre une gratuite pour essayer de gagner quelques lecteurs. Aujourd’hui, l’heure est au bilan. Ai-je réussi mon coup ? Est-ce que j’ai attiré durablement de nouveaux lecteurs ?


Si vous ne le savez pas encore, il est grand temps de vous mettre au courant… Et si vous ne savez pas quoi lire et que vous avez quelques minutes seulement devant vous, n’hésitez plus et foncez ! Car oui, il y a un peu plus d’un an, fin septembre 2019, j’ai publié une nouvelle gratuite en numérique sur Amazon. Comment la retrouver plus facilement ? Allez, comme je suis un mec sympa, je vous remets le lien ci-dessous :

TÉLÉCHARGER LA NOUVELLE « SELFIE » SUR MA KINDLE

Avant de passer au bilan de la première année d’exploitation de cette nouvelle, je vais m’empresser de vous partager à nouveau son synopsis, comme ça si vous n’êtes pas encore convaincu, vous le serez peut-être : « Avez-vous déjà pensé à ce que vous feriez si vous trouviez un téléphone par terre ? Le prendriez-vous ou le laisseriez-vous ? Feriez-vous tout votre possible pour en retrouver le propriétaire ou prendriez-vous le risque de vous l’approprier ? Imaginez maintenant que ce smartphone soit maléfique, et que des choses étranges surviennent dès qu’une personne prend un selfie avec. Si, malgré toutes ces mises en garde, vous vous sentez encore attirés par cette aventure, libre à vous… mais attention, ce sera à vos risques et périls ! »

Maintenant que le décor est planté, je vais – en toute transparence – vous parler du nombre de téléchargements et des avis que j’ai pu recevoir sur cette publication. Commençons par le bilan comptable. En tout et pour tout, c’est pas moins de 636 personnes qui ont lu « Selfie » ! Ce qui en fait, de loin, ma publication la plus lue. J’en suis extrêmement ravi, sachant que ce bilan compte les personnes qui ont chargé cette nouvelle sur leur Kindle ou leur tablette, pas le nombre de lecteurs dans l’absolu. Petite précision : j’ai également mis « Selfie » à disposition sur le site Kobo et j’ai envoyé quelques fichiers par mail à des gens qui me l’ont demandé. Ce qui m’a amené à construire un graphique pour voir la répartition des plateformes sur lesquelles cette nouvelle était lue. On voit tout de suite que c’est Amazon qui se dégage fortement, ce qui me réconforte dans mon choix de m’autoéditer via cette plateforme.

En ce qui concerne les retours que j’ai pu recevoir, encore une fois cela se passe principalement sur Amazon. À ce jour, « Selfie » a reçu 28 évaluations, pour un score total de quatre étoiles. Sachant que cette évaluation globale est plombée par deux notes plutôt négatives : une (pas plus) à une étoile, donc d’un lecteur qui n’a pas du tout aimé, et une à trois étoiles, d’un lecteur plutôt mitigé. Sinon, on en est à 45% de cinq étoiles et 30% de quatre étoiles, ce qui ma foi n’est pas si mal !

Enfin, laissez-moi vous parler des commentaires. Certains sont très positifs et donnent apparemment envie au lecteur de me suivre (allez savoir, cette personne a peut-être même acheté un de mes livres ?) alors que d’autres, comme celui de Morgane Rocher (une de mes partenaires, donc est-elle seulement objective ?) relate un véritable coup de cœur. Mais comme tout n’est pas rose et que l’on ne vit pas dans le monde des Bisounours, je vous partage aussi le commentaire le plus destructeur pour cette nouvelle et son auteur (moi-même, quoi), bien que je trouve cela facile de balancer une telle phrase sans argumentation derrière…

Voilà pour le bilan, un peu plus d’un an après la sortie de la nouvelle « Selfie ». J’espère que vous appréciez cette transparence de ma part. Je ne vous parle pas argent, puisque je n’en gagne pas avec cette publication, mais je trouve intéressant de voir que l’on peut toucher du monde en mettant une nouvelle gratuite sur Amazon. Et si en plus je peux donner envie à de nouveaux lecteurs de la découvrir et de la partager autour d’eux, parce que le thème principal me tient à cœur, j’en serai ravi !