Publié le Laisser un commentaire

JE LANCE MON PROGRAMME AUDIO : DÉCOUVRE « THRILLER, LE PODCAST »

Salut à toi qui me suis depuis quelques temps déjà, ou qui tombe sur cet article et sur mon site totalement par hasard… Ce lundi, je viens te présenter mon nouveau projet, en lien avec mon métier d’auteur : un podcast que j’ai voulu intituler « Thriller, le podcast ». Pourquoi ce nom et quel en sera le contenu ? Suis-moi, je t’explique tout et surtout, je te mets le lien du premier épisode qui présente en long, en large et en travers ce tout nouveau programme que je te propose de découvrir…


Depuis quelques temps, j’avais envie de partager autre chose que mes livres avec mes lecteurs. Je me suis donc demandé ce que je pourrais faire pour échanger sur mes genres de prédilection que sont le thriller, l’horreur et le policier. Des genres littéraires que j’aime lire avant tout, et qui sont les genres dans lesquels je m’éclate quand il s’agit d’écrire. Faisant de la webradio depuis quelques temps déjà, j’ai donc eu l’idée de créer un podcast et d’en passer par la voix pour pouvoir échanger avec toi, Chère Lectrice et Cher Lecteur. Cependant, comme je vais te partager le premier épisode de ce nouveau podcast, que j’ai voulu intituler « Thriller, le podcast », je ne vais pas te le présenter à l’écrit. Au lieu de ça, je vais te faire un court descriptif de ce premier épisode, qui sert à présenter ce programme audio que je viens de créer.

Épisode n°1 – Présentation :

1/ Dans ce premier épisode, je commence par vous présenter ce nouveau podcast, en vous expliquant ce qui m’a poussé à le créer.

2/ Puis, je vous parle succinctement des genres thriller/horreur/policier, qui feront partie des thèmes principaux de ce programme.

3/ Ensuite, je vous fais étalage de tout ce que vous ne trouverez pas dans ce podcast. C’est aussi une façon pour vous de savoir si vous êtes au bon endroit…

4/ Je vous présente également tout ce que vous pourrez trouver dans ce podcast « Thriller », sachant que ce sera aussi à vous de m’aider à l’alimenter en échangeant sur les sujets proposés !

5/ Enfin, je vous donne toutes les billes pour pouvoir communiquer avec moi, via le podcast, mon mail perso ou les réseaux sociaux… Pas d’hésitation possible, d’autant plus que le fond musical devrait vous donner quelques frissons.

Allez, je vois que vous trépignez d’impatience alors voici le moment que vous attendez tous : le premier épisode de « Thriller, le podcast » !


Bien entendu, je vous encourage à me laisser un petit message pour me dire ce que vous avez pensé de ce premier épisode ! Je vous invite également à me donner des sujets que nous pourrions traiter dans ce podcast, en rapport avec cette petite présentation. Je te dis à bientôt, Toi qui a écouté ce programme et qui a déjà hâte d’entendre la suite !

Publié le Un commentaire

LES AUTEURS DE MA RÉGION – ALEXANDRA TRESSOS-LE DAUPHIN, UN TON DÉCALÉ ET PLEIN D’HUMOUR

Cette semaine, je reprends une chronique que j’avais démarrée sur mon ancien blog : il s’agit pour moi de vous parler d’auteurs de ma région, que je les connaisse de près ou non. Je vous parlerai d’auteurs girondins, et de toute la Nouvelle-Aquitaine ensuite pour élargir. Je vous dirai en quoi ils peuvent m’influencer dans mon propre travail d’écriture, et pourquoi vous devez vous intéresser à ces auteurs. Et pour inaugurer cette rubrique, je voulais commencer par une personne qui est une amie et que je connais depuis plusieurs années désormais : Alexandra Tressos-Le Dauphin.


Tout d’abord, laissez-moi vous dire où j’ai rencontré celle que l’on surnomme « Alex » : au club de tennis de la maison de quartier du Tauzin, à Bordeaux. En effet, il y a un peu plus d’une douzaine d’années, je me suis inscrit dans ce club et j’ai joué avec le mari d’Alex, qui comme moi s’appelle Yannick (en voilà, une coïncidence !). J’ai donc rencontré Alex assez vite, en fin de saison me semble-t-il lors d’un repas organisé par son mari, qui était capitaine d’équipe. Nous ne nous sommes pas tout de suite parlés et sommes devenus amis que petit à petit, au fil des années et du fait que nous nous côtoyions au sein du club de tennis. Là où j’ai vraiment découvert Alex, c’est quand j’ai su qu’elle écrivait des livres… En effet, Alexandra Tressos-Le Dauphin est une auteure émérite dont la reconnaissance n’est pas encore reconnue à la hauteur de son talent ! Avec un ton toujours léger et décalé, elle a déjà plusieurs livres à son actif, ainsi que les textes d’albums de jeunesse pour lesquels elle a grandement contribué. Laissez-moi donc vous présenter son travail !

Son premier livre, sorti en 2014 et intitulé « Au boulot, Chômette ! », met en scène un personnage dont vous aurez deviné le nom. Ce récit relève un peu de l’autobiographie quand on connaît le parcours quelque peu chaotique de l’auteure, qui est passée par la case chômage avant de monter son autoentreprise… Mais là n’est pas la question ! Chômette, avec le ton décalé d’Alexandra Tressos-Le Dauphin, va nous raconter sa recherche d’emploi, et tous les aléas qui vont avec : entretiens d’embauche, questions sur le fait d’y arriver ou non, etc… Si vous aimez l’humour vous serez servi !

Son deuxième roman, sorti en janvier 2016, voit Alex reprendre sa plume avec son humour désormais légendaire, et avec ce ton décalé qui la caractérise : elle sort « Célibataire ? Faut pas t’en faire ! » en mettant à nouveau en scène un personnage féminin, qui porte alors le nom de Célibette. Comme pour son premier livre, elle nous parle de la recherche de l’âme sœur, et des aléas qui vont avec. Elle se base sur des témoignages de ses proches, de son entourage ou de sa propre expérience, pour nous délivrer un livre plein de positive attitude.

Le troisième livre publié par Alexandra Tressos-Le Dauphin est totalement différent. Oublié son humour légendaire, en mai 2020, elle se livre à travers un témoignage très personnel intitulé « Toi, mon bébé prématuré ». Alex y raconte ce qu’elle a vécu lorsqu’elle était enceinte de son premier enfant, une fille née prématurée, ainsi que sur la façon dont elle et son mari ont dû gérer cet événement qui n’est pas anodin dans la vie de jeunes parents. Alexandra utilise parfaitement le « je » pour plonger le lecteur dans sa propre vie et pour lui faire ressentir ce qu’elle a pu ressentir elle-même au cours de cette période compliquée. A travers l’histoire d’Elina, elle a voulu aider les futurs parents à mieux vivre cette expérience qui peut parfois être douloureuse, et rendre hommage au corps médical qui l’a tant aidée. Je dois avouer que je n’ai pas encore lu ce livre, mais étant un futur papa, je pense m’y plonger dans les semaines à venir car à mon avis, c’est le moment ou jamais !

En 2015, elle met en scène un nouveau personnage, mais cette fois-ci dans un album de jeunesse, pour sensibiliser les enfants au tri sélectif. Cet album, « Matéli fait son tri », voit un petit ourson, Matéli, nous montrer comment et surtout pourquoi il faut trier nos déchets. Sous les traits de Jean-Philippe Jourdain, l’aspect écolo d’Alexandra prend forme et elle défendra ce projet avec autant d’ardeur que son premier livre… En septembre 2020, l’auteure et l’illustrateur ont par ailleurs édité un deuxième volume mettant en scène le personnage de Matéli, intitulé « Matéli rencontre Léa ». Il s’agit là de sensibiliser les parents de bébés nés prématurément, et qui ont déjà eu un premier enfant, à la façon dont ils peuvent aborder ce sujet sensible avec leur aîné(e). Un sujet qui touche particulièrement Alexandra, qui en a fait le sujet de son troisième roman, comme vous l’avez déjà vu un peu plus tôt… Notez qu’en janvier 2018, Alex s’était unie avec une autre illustratrice, Christelle Briat, pour sortir un autre album de jeunesse intitulé « Les lunettes de Mattéo ». Cette histoire pour enfant a été créée pour mettre à l’aise nos petits chérubins qui, du jour au lendemain, doivent s’adapter au port de lunettes et surtout aux regards des autres enfants, qui parfois sont loin d’être tendres entre eux. Encore une fois, cette histoire et largement liée à ce qu’a pu vivre Alexandra dans sa vie personnelle avec son propre fils.

Pour la connaître dans la vie, je peux vous certifier qu’Alexandra est aussi pleine d’humour et de peps que son écriture laisse paraître. Découvrez vite ses livres pour vous en rendre compte, vous ne serez pas déçus ! Côté professionnel, Alexandra Tressos-Le Dauphin a monté son autoentreprise, et elle rédige en freelance des textes divers pour des entreprises ou des particuliers (CV, lettres de motivation, etc…). En ce qui me concerne, Alex a été la première à me conseiller lorsque je me suis lancé dans l’autoédition. Elle m’a parlé de sa propre expérience, m’a aiguillé dans ce qu’il fallait faire ou ne pas faire, et c’est un peu grâce à elle que j’ai sauté le pas pour écrire et publier mon premier recueil de nouvelles en 2017, « Des aventures hors du commun ». Je ne peux donc que la remercier, elle qui a aussi été la première à m’offrir une interview sur son propre blog (que vous pouvez lire ICI).


Alexandra Tressos-Le Dauphin est donc une auteure de grand talent, à découvrir pour tous si vous ne la connaissez pas encore. Elle est très active sur les réseaux sociaux, et vous pourrez la retrouver facilement pour suivre son actualité. Dans quelques semaines, je vous présenterai une nouvelle auteure de ma région, qui écrit dan un tout autre registre que celui d’Alex ou même que du mien… A bientôt !

Publié le Laisser un commentaire

CHRONIQUE – FRANCK THILLIEZ, IL ÉTAIT DEUX FOIS

Salutations, chers lecteurs ! Ce lundi, j’avais envie de vous faire le bilan d’une lecture que j’ai achevée récemment. Une fois n’est pas coutume, ce n’est pas aux autres de chroniquer un de mes ouvrages, mais à moi de parler d’un livre qui m’a bien plu. Suivez-moi et plongeons ensemble dans l’univers de Franck Thilliez et de son dernier roman, « Il était deux fois »


Il y a quelques jours, j’ai terminé la lecture du roman « Il était deux fois », de Franck Thilliez. Il s’agit d’un beau pavé d’environ 500 pages, qui ne m’a pas laissé indifférent. Attention, je n’ai pas tout aimé, ce serait trop beau ! J’avais tout de même envie de vous en parler un peu. Mais avant tout, je vous propose de lire la quatrième de couverture, qui donnera peut-être envie à certains d’entre vous de plonger dans l’univers de cet auteur à succès.

En 2008, Julie, dix-sept ans, disparaît en ne laissant comme trace que son vélo posé contre un arbre. Le drame agite Sagas, petite ville au cœur des montagnes, et percute de plein fouet le père de la jeune fille, le lieutenant de gendarmerie Gabriel Moscato. Ce dernier se lance alors dans une enquête aussi désespérée qu’effrénée.

Jusqu’à ce jour où ses pas le mènent à l’hôtel de la Falaise… Là, le propriétaire lui donne accès à son registre et lui propose de le consulter dans la chambre 29, au deuxième étage. Mais exténué par un mois de vaines recherches, il finit par s’endormir avant d’être brusquement réveillé en pleine nuit par des impacts sourds contre sa fenêtre…

Dehors, il pleut des oiseaux morts. Et cette scène a d’autant moins de sens que Gabriel se trouve à présent au rez-de-chaussée, dans la chambre 7. Désorienté, il se rend à la réception où il apprend qu’on est en réalité en 2020, et que ça fait plus de douze ans que sa fille a disparu…

Alors, pour commencer, je voudrais vous parler de ce résumé. Je ne sais pas si cela a été fait exprès, mais il ne révèle rien de l’histoire, si ce n’est les toutes premières pages. Ce qui laisse un goût amer une fois cette partie passée. On est tout le temps dans l’inconnu et quasiment rien, dans ce synopsis, nous donne d’indices sur ce qu’il pourrait se passer tout au long des 500 pages de ce roman. J’avoue que cela m’a un peu désarçonné au départ, mais une fois cette « difficulté » passée, je me suis plongé dans ma lecture sans revenir en arrière. Autre élément que j’ai un peu moins aimé, c’est la complexité de l’intrigue, avec plusieurs branches qui se croisent dans l’histoire mise sur pied par Franck Thilliez, et qui parfois nous perd un peu. Il faut sans cesse se rappeler de ce qu’il s’est passé, parfois quelques dizaines de pages auparavant, pour ne pas perdre le fil de ce roman. Par ailleurs, les personnages secondaires sont très nombreux, ce qui personnellement me gêne car je n’aime pas trop quand ils se multiplient. Je n’ai pas toujours compris ce que certains venaient faire là, pour moi leur utilité n’est pas forcément avérée et Franck Thilliez aurait pu se passer d’eux. Mais chacun a ses propres sensibilités et cela n’enlève rien à la qualité globale du récit, selon moi.

Mais passons à ce que j’ai plutôt apprécié dans ce roman. J’ai bien aimé le côté enquête policière, étant un amateur de ce type de roman et écrivant moi-même des histoires où parfois il y a une enquête à résoudre. Je me suis pris au jeu, au point de suivre moi-même l’enquête, par moments, à la place des personnages. Par ailleurs, le personnage de Gabriel Moscato m’a beaucoup plu. Ce père écorché à vif par la perte de sa fille, sa quête de vérité pour savoir si elle est encore vivante ou bien si elle est morte, le fait qu’il ait perdu la mémoire (ce qui m’a rappelé mon premier roman, « Double Face »). J’aime ces personnages qui ont une vie loin d’être facile et qui font face, même si parfois il leur prend l’envie de baisser les bras. Ce personnage est loin d’être lisse, contrairement à d’autres du roman qui m’ont moins touché. Cependant, l’intrigue est très bien ficelée. Même si elle est très complexe, avec – comme je le disais – beaucoup de choses qui se croisent, elle est super bien menée. Ceci étant dit, je me suis fait une réflexion par rapport à ce que l’on me dit parfois de mes thrillers. En effet, certains de mes lecteurs pensent que j’ai un petit grain de folie pour inventer des histoires où les assassins font preuve d’imagination pour venir à bout de leurs victimes… J’ai envie de leur répondre aujourd’hui en leur disant d’aller lire « Il était deux fois » de Franck Thilliez ! Vous verrez, je ne suis pas le seul à avoir des idées folles, et cet auteur est peut-être pire que moi !

Enfin, il y a une petite surprise à la fin du roman, révélée dans les remerciements par l’auteur. Il s’agit d’un petit jeu, d’une petite enquête à mener pour le lecteur en relisant les premières lignes de chaque chapitre. Bon, je vous révèle la règle du jeu sans vous spoiler : en fait, il s’agit de prendre la première lettre de chaque chapitre pour former une phrase qui est… très intrigante, au point de donner envie de relire l’œuvre de Franck Thilliez pour résoudre une ultime énigme ! Je trouve que c’est un tour de force formidable, qui est totalement réussi par l’auteur. J’ai bien envie de relire ce livre pour trouver le fin mot de cette énigme, même si je ne le ferai pas tout de suite car j’ai déjà plusieurs autres livres à lire… Mais si cela vous intéresse, faites le jeu, vous verrez c’est une idée de génie !


En bref, même si je n’ai pas tout aimé dans ce livre, je vous conseille de le lire si vous aimez Franck Thilliez. Pour ma part, je n’avais lu que deux œuvres de l’auteur, toutes des enquêtes du fameux Sharko. Là, j’ai été agréablement surpris de le retrouver dans un registre quelque peu différent, et cela me donne envie de lire d’autres œuvres de Franck Thilliez. D’ailleurs, si vous en avez à me conseiller, je suis preneur ! Et je vous invite aussi à me dire quelles sont vos romans préférés de l’auteur, qu’on puisse échanger sur le sujet. À bientôt pour une nouvelle chronique !

Publié le 2 commentaires

« GAME OVER », UNE NOUVELLE TRUFFÉE DE RÉFÉRENCES AUX ANNÉES 90

Hello tout le monde ! Aujourd’hui, j’avais envie de vous parler un peu plus en détail d’une nouvelle présente dans le recueil « Le Train de l’Angoisse ». Pourquoi ? Parce qu’elle est truffée de références aux années 90, décennie durant laquelle j’ai grandi et qui m’a laissé pas mal de souvenirs. Je vous invite à plonger avec moi dans l’univers de « Game Over », cette nouvelle qui au final est très sombre, mais qui peut vous faire sourire à l’évocation de ces références… dont nous allons parler sans plus attendre !


Quand j’ai écrit la nouvelle « Game Over », j’ai tout de suite eu envie d’y mettre tout un tas de références aux années 90. Déjà, l’idée même du titre et d’un personnage masculin qui joue régulièrement à la Game Boy – cette console typique de la décennie dont nous parlons – a été un fil conducteur quand j’ai créé l’univers de ce texte. Si vous vous demandez pourquoi la Game Boy et pas un autre jeu vidéo, c’est parce que j’en ai eu une quand j’étais enfant. Je reprends là la publication que j’ai faite ce vendredi sur les réseaux sociaux, où j’expliquais que, sans être un gamer, je jouais un peu aux jeux vidéos quand j’étais enfant et adolescent. J’ai eu une Game Boy et une console Nintendo première génération et, même si je ne passais pas mon temps devant ces jeux (et que je m’énervais régulièrement quand je perdais…), ça m’a tout de même laissé un bon souvenir. Bon, je vous passe l’endroit où je jouais le plus à la Game Boy, comme il s’agit d’une console portative ça laisse le choix !

Mais revenons-en à nos moutons et à nos références aux années 90. Mis à part la console de jeu, j’en ai mis quelques autres dans la nouvelle « Game Over ». À commencer par les chewing-gum de la marque Malabar, avec son bonhomme blondinet sur le logo, qui je crois existe encore et doit toujours faire le bonheur des enfants (et des dentistes) ! Je me rappelle que, quand j’étais enfant, j’adorais aller chercher le pain à la boulangerie, avec mon petit vélo. Pourquoi ? Parce que ma maman me permettait de m’acheter quelques bonbons avec la monnaie du pain et que, surtout, la boulangère (très gentille) m’en donnait toujours un peu plus pour moi et mon grand frère. Il y a des choses comme ça qui laissent un souvenir impérissable… Par ailleurs, sans que ce soit une vraie référence, Kévin – le personnage principal de la nouvelle – boit du Coca-Cola, cette boisson qui a bercé l’enfance de beaucoup de générations (pas seulement la génération 90) et qui continue de faire plaisir à certains adultes accros aux boissons sucrées et gazeuses.

Si vous lisez cette nouvelle, vous découvrirez au fur et à mesure de votre lecture d’autres références, qui vous rappelleront peut-être votre enfance si vous êtes de la même génération que moi ! Je pense notamment aux billes, qui m’ont accompagné durant mon enfance, au point d’y jouer des heures, seul ou avec des copains, mais aussi aux Pog’s, qui sont arrivés alors que j’entrais doucement dans l’adolescence. Un peu plus loin, je parle des premiers téléphones portables que nous avons connus, à la fin des années 90 et au début des années 2000. Un des plus connus restant le Nokia 3310, avec son fameux jeu du Snake, ce serpent qui devait éviter de se mordre la queue… Sans oublier une série de livres qui m’a fait aimer la lecture : la collection Chair de Poule. Dans la nouvelle, j’ai d’ailleurs retrouvé un titre qui m’avait marqué et que je souhaitais évoquer : « Les vers contre-attaquent », de Robert Lawrence Stine. Je vous laisse admirer la couverture de ce livre qui, comme bien d’autres de la même collection, ont dû participer à forger l’auteur de thriller que je suis devenu aujourd’hui.

æ^ion¹å^»°è^ˆç^Ðó^

Enfin, je parle dans la nouvelle « Game Over » des cassettes vidéos, ces fameuses VHS que les moins de 20 ans ne doivent pas connaître, et d’une série qui passait à la télévision quand j’étais beaucoup plus jeune. Il s’agit de la série Friends, dont je ne suis bizarrement pas un très grand fan. Cependant, elle a marqué toute une génération et si j’ai voulu la mettre en avant dans ce texte, c’est parce que mon frère était un fan, lui, de cette série. C’est une sorte de petit clin d’œil, parce que je sais qu’il adorait la regarder pendant des heures, au point d’acheter les cassettes VHS (je crois même que nous en avons encore quelques-unes chez nos parents…). Notez enfin qu’il y a quelques références aux années 2000, comme l’arrivée de l’iPhone, mais elles sont bien moins présentes que celles faites aux années 90. D’ailleurs, un personnage comme Marion, qui – sans vous dévoiler ce qu’il se passe dans la nouvelle – tombe amoureuse de Kévin (n’ayez pas peur, je ne me suis pas mis à écrire de la romance !), va redécouvrir avec grand plaisir tous ces objets appartenant à un passé pas si lointain…


Cet article vous a donné envie de découvrir la nouvelle « Game Over », ainsi que les neuf autres qui composent le recueil « Le Train de l’Angoisse » ? Je vous encourage à vous connecter sur Amazon pour découvrir ce livre au format numérique, ou à aller directement sur ma boutique en ligne si vous désirez l’acheter au format papier (avec, pourquoi pas, une dédicace 😉). En tout cas, je vous invite à me dire si ces références aux années 90 vous parlent autant qu’à moi et à me dire, si vous le souhaitez, quels sont les objets qui ont marqué votre enfance !