Publié le Laisser un commentaire

IL Y A CINQ ANS, JE ME LANÇAIS DANS L’AUTO-ÉDITION…

Je ne vous en ai pas encore parlé : cette année, ça fait cinq ans que je me suis officiellement lancé dans l’auto-édition. En effet, j’ai publié mon tout premier livre en mai 2017 et j’ai, pour l’occasion, ouvert mon auto-entreprise pour pouvoir toucher l’argent des ventes réalisées. Même si le travail autour de ce premier projet avait démarré l’année précédente, c’est bien cette date que je retiens officiellement pour parler du lancement de mon activité d’auteur indépendant.


Certains d’entre vous me suivent peut-être depuis le début. Mais tu as peut-être pris le train en marche. Peu importe. Dans cet article, je souhaite faire le bilan de mes cinq années dans l’auto-édition, enrichissantes mais aussi loin d’être faciles. Pour moi, le point de départ se situe en 2017, au mois de mai, quand j’ai publié mon premier livre : un recueil de trois nouvelles intitulé « Des Aventures Hors du Commun ». Mon premier roman est arrivé un an et demi après, en décembre 2018, suivi d’un second en juin 2020. Par ailleurs, j’ai publié deux nouvelles gratuites (« Selfie », sur Amazon et « Un Meurtre Presque (Im)Parfait » sur mon site internet), ainsi qu’un deuxième recueil de nouvelles, « Le Train de l’Angoisse », en février 2021. Enfin, ma dernière sortie en date est la novella « Le Bébé de Francesca », publiée en novembre dernier.

Si je dois tirer un bilan de ces cinq premières années d’auto-édition, je dirais d’abord que mon activité m’a permis de rencontrer des gens intéressants, venus d’horizons différents. Que ce soit à travers mes lecteurs mais aussi des collègues auteurs, notamment quand je faisais partie de l’association des Plumes Indépendantes. Les interactions sont beaucoup moins présentes depuis le Covid, mais je n’ai aucun doute. Je continuerai de rencontrer des gens formidables grâce à ma passion. Je pense notamment aux salons et aux dédicaces, même si j’en fais assez peu depuis environ deux ans. Par ailleurs, je suis très heureux d’avoir pu toucher les gens qui me laissent régulièrement des messages (sur les réseaux sociaux, par mail ou Amazon). Il n’y a pas mieux comme retour que d’avoir votre avis sur mes livres ou ce que je raconte dans ces articles, voire dans mes newsletters. MERCI À VOUS D’ÊTRE LÀ.

D’un autre côté, je me remets souvent en question, surtout cette année. Je suis loin de vivre de cette passion, qui ne me rapporte pas de véritable salaire. Les revenus sont irréguliers et mis à part ma famille et quelques fidèles lecteurs, il m’est difficile d’aller chercher un nouveau lectorat. Je sais que la route est encore longue, que je ne dois rien lâcher, mais ce n’est pas toujours facile de garder la même motivation. En ce moment, par exemple, c’est même difficile. Cependant, quand je vois que mon dernier livre (« Le Bébé de Francesca ») continue à faire parler, à faire des ventes et possède déjà 55 évaluations en six mois de durée de vie, je suis rassuré. Je pense que je devrais peut-être avoir une approche plus originale en terme de promotion de mon travail, et j’ai déjà quelques idées en tête pour la rentrée de septembre…

Ce que je veux te montrer à travers cet article, c’est qu’il y a du positif dans cette activité que je n’ai aucunement envie d’arrêter. Écrire, c’est toujours une passion. Je prends plaisir à construire des histoires et à vous les laisser entre les mains. J’ai toujours plein d’idées dans la tête et quand je suis devant mon ordinateur, le plaisir est toujours le même. Cependant, comme tous les auteurs (enfin, j’imagine), j’aimerais vivre de cette passion et ne plus avoir à remplir le frigo avec une activité salariée. Ce que je ne peux pas encore faire. Voilà qui nourrit parfois ma frustration, car ce travail en plus de mon activité d’écriture me prend pas mal de temps… Ajoutez à cela que j’ai un bébé de désormais huit mois, et vous comprendrez pourquoi j’ai dit que cette année était peut-être plus difficile, en terme de motivation, que les autres !


Bref, toi qui lis cet article, sois rassuré : je ne viens pas t’annoncer la fin de mon travail d’auteur indépendant, après cinq années de dur labeur. Je vais m’accrocher et continuer à travailler sur mon prochain manuscrit. Je vais essayer de nouvelles approches pour essayer d’attirer l’attention de nouveaux lecteurs et, qui sait, peut-être qu’un jour je parviendrai à vivre de ma passion. En attendant, je continuerai à en rêver, tous les soirs, au moment de fermer les yeux pour m’abandonner dans les bras de Morphée.

Publié le Laisser un commentaire

QUE FAIRE DE CE FICHU SYNDROME DE L’IMPOSTEUR ?

Comme beaucoup d’artistes et d’auteurs, je ne suis pas épargné par ce compagnon qui, parfois, fait trop entendre le son de sa voix. Elle est agaçante et en plus, quand elle s’immisce dans votre cerveau, elle s’y sent bien au chaud et ne veut plus vous quitter… Bref, je vais te faire part ici, Fidèle Lecteur, de mes doutes, mais aussi des points positifs qui devraient (normalement) m’aider à les lever !


Commençons par mes doutes. J’en ai déjà parlé, je suis en pleine écriture de mon prochain roman. Il s’agit d’un premier jet qui avance bien mais je n’arrive pas à m’en satisfaire. Après tout, ça reste un premier jet et je ferai tout pour le perfectionner. Quitte à devoir en réécrire de nombreuses scènes… Deuxième chose sur laquelle je doute : la direction à suivre concernant ce site. Je me demande si je dois continuer à publier des articles tous les 15 jours, pour une trentaine de personnes (ou alors, je devrais mieux choisir mes sujets…). Par ailleurs, ma boutique ne fonctionne pas. Je n’ai aucune notion de gestion d’une boutique sur le web, je l’ai un peu créée à l’arrache et j’ai vendu un seul livre depuis que je l’ai ouverte. Cela coûte de l’argent et prendrait du temps de la retravailler, alors à quoi bon la garder ?

Enfin, j’ai également des doutes concernant les autres projets que je prépare pour 2022. Je me demande s’il est utile que je publie une nouvelle gratuite pour tenter d’étendre mon lectorat ; par ailleurs, j’ai du mal à me projeter sur ce que j’ai appelé mon projet secret. Je ne sais pas si je dois me lancer là-dedans ou dans un autre projet sur lequel j’aimerais travailler : un thriller historique, avec une enquête qui se déroulerait il y a plusieurs siècles, au Moyen-Âge, par exemple. Et puis il y a cette idée de faire un nouveau podcast, après l’échec de Thriller, que j’ai décidé d’arrêter parce qu’il ne fonctionnait pas et que l’idée de départ n’était pas la bonne. Comme tu vois, je suis en plein questionnement. Ce fichu syndrome de l’imposteur bat son plein dans ma tête et il me met le doute sur pleinde choses.

Pourtant, j’ai relevé plusieurs points de satisfaction qui montrent que mon activité progresse, que je ne dois pas lâcher ! Au mois de janvier, six nouvelles personnes ont rejoint ma newsletter. Ensuite, si on compare mon chiffre d’affaire de janvier 2022 avec janvier 2021, il y a un net progrès : plus de 50 € contre… rien ! Si je vais plus loin, j’ai réalisé mes deux meilleurs mois en novembre et décembre. De quoi me pousser à continuer quand j’ai des doutes… Enfin, j’en suis déjà à 34 évaluations sur la novella « Le Bébé de Francesca ». Et même si la note a du mal à dépasser les 4/5 sur Amazon, c’est super, non ? En plus, je devrais faire de nouvelles séances de dédicaces, notamment au Cultura de Bègles (je devrais avoir une date pour mars) et un salon dans le sud de la Gironde en août.


Pour conclure et ne pas t’embêter plus longtemps avec mes états d’âme, mes livres ne se vendent pas si mal que cela pour un auteur indépendant, mais j’aimerais vraiment passer à l’étape supérieure (et à terme, vivre de ma plume). Ce qui passe par des séances de dédicaces, bien sûr, mais aussi des choix à faire parce que je n’ai pas le temps, pour l’instant, de réaliser tout ce que je souhaiterais…

Publié le Laisser un commentaire

QUELS SONT MES PROJETS POUR L’ANNÉE 2022 ?

Avant toute chose, je voulais t’adresser un message à toi, Fidèle Lecteur ! Bonne année, qu’elle t’apporte le meilleur côté lecture mais aussi sur le plan personnel. Comme j’ai pris l’habitude de le faire tous les mois de janvier, je vais te dresser un bilan de mes projets d’écriture réalisés sur l’année 2021, avant de te présenter tous les projets que j’ai pour l’année 2022. Est-ce qu’ils aboutiront tous ? Mystère…


1/ Bilan 2021

Une fois n’est pas coutume, nous allons principalement parler de projets d’écriture. Je préfère mettre de côté les salons et dédicaces, car avec la pandémie il est encore difficile d’en faire (j’espère développer cette partie de mon activité en 2022). Si je reprends le planning des publications établi début 2021, une fois de plus mes objectifs ont été atteints. Enfin, presque tous… Concernant les livres publiés, j’ai tenu mon calendrier : le recueil de nouvelles « Le Train de l’Angoisse » est sorti en février, comme prévu, et la novella « Le Bébé de Francesca » – bien qu’elle ait été prévue plus tôt dans mon calendrier – a bien été publiée en 2021. En revanche, je n’ai pas tenu mon calendrier d’écriture. Je pensais écrire le premier jet de mon prochain roman, mais un heureux événement (la naissance de ma fille) m’a fait prendre du retard dans mon planning.

J’ai tout de même écrit le premier jet de quelques nouvelles lors de l’année écoulée, et j’ai réussi à tenir mon objectif de vous publier deux articles par mois sur mon site officiel. Ce qui n’est pas si mal ! Là où je remarque une grande réussite par rapport à ce que j’avais planifié, c’est concernant la newsletter, qui commence à bien se développer. Ainsi, je pensais vous envoyer un mail par mois mais depuis quelques temps, je suis passé à un mail par semaine. Cela me permet de garder le contact avec vous, mes Fidèles Lecteurs, et de vous parler de plein de sujets différents. À croire que cela vous plaît car, comme je le disais, mon audience s’accroît petit à petit.

2/ Planning des publications 2022

Je vais désormais vous parler des livres que je prévois de publier en 2022. Certains projets sont encore flous, mais j’espère qu’ils verront le jour cette année. Je vais commencer par celui qui sera publié à coup sûr, car j’en ai déjà démarré l’écriture : mon troisième roman, dont le titre provisoire est « Anonymes ». Il sortira en novembre ou décembre. Il s’agira d’un nouveau thriller, qui arrivera après la sortie d’un livre gratuit, que je proposerai sur Amazon durant le premier semestre. Je n’ai pas encore commencé à l’écrire, mais il s’agira d’une nouvelle de quelques dizaines de pages. Enfin, je prévois aussi de démarrer une série de textes qui seront des détournements de contes pour enfant à la sauce thriller… Je ne vous en dis pas plus, ce projet est encore au stade d’ébauche mais vous serez les premiers informés quand il verra le jour !

3/ Planning d’écriture

Je vais enfin vous parler de mon planning d’écriture, comme je le fais habituellement. Il sera chargé, puisque je vais devoir écrire de A à Z cette nouvelle que je prévois de publier gratuitement (à moins qu’il ne s’agisse d’une nouvelle déjà écrite, auquel cas je n’aurais que la phase de correction/réécriture à faire). Par ailleurs, je me donne trois mois pour écrire le premier jet du roman « Anonymes », avant de passer à la phase de correction et de réécriture, avec l’aide de mes bêta-lecteurs. Enfin, je vais démarrer l’écriture du projet que j’ai appelé secret, mais dont je vous ai déjà parlé au paragraphe précédent. Concernant le site et les newsletters, je compte bien garder le même rythme que l’année dernière : deux articles par mois et un mail à mes abonnés par semaine. Ce rythme me convient et semble vous convenir, alors pourquoi en changer ?


Voilà pour mon planning annuel, vous savez TOUT ! Vous souhaitez être tenus au courant des évolutions de mes différents projets, et parler de différents sujets plus intimes avec moi ? Je vous encourage à me rejoindre via ma newsletter, en vous abonnant ICI ! Profitez-en, vous recevrez en plus quelques cadeaux de bienvenue…

Publié le Laisser un commentaire

LE SYNDROME DE LA PAGE BLANCHE, JE NE CONNAIS PAS, MAIS…

Salut à toi, Cher Lecteur ! Pour ce nouvel article, je voulais te parler d’un syndrome qui peut toucher tous les auteurs, à n’importe quel moment de leur carrière, sans qu’ils s’y attendent : le syndrome de la page blanche. Pour l’instant, j’y échappe. Dès que je me mets devant mon ordinateur et que j’ouvre une nouvelle page sur mon traitement de texte, les mots parviennent à sortir. Oui, mais… Récemment, un événement particulier me fait avoir du mal à enchaîner sur mon prochain livre, alors que j’en ai un qui sort dans deux semaines. Allez, suis-moi, je t’explique tout !


Page blanche, expression inconnue au bataillon !

Comme je le disais en introduction, je n’ai jamais réellement connu ce syndrome de la page blanche qui terrifie tant n’importe quel auteur en herbe. Voici comment je procède dès que j’ai une nouvelle idée pour écrire une nouvelle histoire. J’ouvre une nouvelle page sur mon traitement de texte sur mon ordinateur, je prends une tasse d’un bon café et j’écris. C’est aussi simple que cela ! Jamais, depuis que j’ai commencé à écrire, je n’ai été confronté à une véritable panne d’inspiration. Cependant, cela peut me prendre plus ou moins de temps pour coucher les idées qui se bousculent dans ma tête sur le papier. Je ne suis pas surhumain, non plus ! Pourtant, je suis toujours parvenu à les écrire sans trop de mal, et je ne suis jamais resté bloqué pendant des heures devant la page blanche, à me demander ce que j’allais bien pouvoir te raconter.

Le syndrome de la page blanche effraie tant d'auteurs...

Un heureux événement ralentit ma productivité

Je vais t’expliquer où je veux en venir. Depuis que je me suis lancé dans la promotion de la novella « Le Bébé de Francesca », publiée dans deux semaines, je n’ai encore rien écrit de concret. D’habitude, quand je me lance dans la promo d’un livre, je suis déjà en train d’écrire le suivant. Pas cette fois. J’ai bien écrit quelques nouvelles, comme je le fais régulièrement. Mais mon prochain roman, qui sera le troisième, en est au point mort. Pourquoi ? Parce qu’un heureux événement a chamboulé ma vie : la naissance de ma fille ! Depuis qu’elle est là, je n’ai pas eu une seconde à moi pour écrire. Un mal pour un bien, j’en suis conscient. Ce qui est marrant, d’ailleurs, c’est que « Le Bébé de Francesca », dont le personnage central est un bébé, je l’ai écrit avant de concevoir mon premier enfant. Bref.

Ai-je finalement trouvé le sujet de mon troisième roman ?

Finalement, où en suis-je dans mes projets ?

J’en parlais dans ma dernière newsletter, envoyée dimanche dernier à mes abonnés. Ce troisième roman, qui sera mon sixième livre au total, je prévois de le publier l’année prochaine. Et si je te dis qu’il en est encore au point mort, c’est que j’ai exploré plusieurs pistes sans pour autant m’en satisfaire. En effet, j’ai fait le plan pour deux idées de roman qui m’ont traversé l’esprit depuis quelques semaines. Cependant, une fois arrivé au bout, je ne le sentais pas. Et quand on ne sent pas les choses, je suis d’avis qu’il ne faut pas forcé. Là, j’en suis à ma troisième tentative. Et j’ai bien l’impression de toucher du doigt ce que j’ai envie d’écrire pour Toi, Fidèle Lecteur ! J’ai fait une nouvelle ébauche de roman, avec une idée général, et je suis en train de travailler sur les personnages… La suite au prochain épisode !


Comme tu le vois, l’écriture d’un roman, ce n’est pas toujours rose. J’aime bien partager avec toi les difficultés que je peux rencontrer. C’est une manière de te dire que, si tu aimes le livre que tu tiens entre les mains, tu dois aussi avoir conscience que pour l’écrire, l’auteur s’est souvent pris la tête à chaque étape de sa conception. Si l’idée sur laquelle je travaille actuellement aboutit, tu en seras le premier informé, ici ou sur mes réseaux sociaux.

Publié le Un commentaire

LES AUTEURS DE MA RÉGION – ALEXANDRA TRESSOS-LE DAUPHIN, UN TON DÉCALÉ ET PLEIN D’HUMOUR

Cette semaine, je reprends une chronique que j’avais démarrée sur mon ancien blog : il s’agit pour moi de vous parler d’auteurs de ma région, que je les connaisse de près ou non. Je vous parlerai d’auteurs girondins, et de toute la Nouvelle-Aquitaine ensuite pour élargir. Je vous dirai en quoi ils peuvent m’influencer dans mon propre travail d’écriture, et pourquoi vous devez vous intéresser à ces auteurs. Et pour inaugurer cette rubrique, je voulais commencer par une personne qui est une amie et que je connais depuis plusieurs années désormais : Alexandra Tressos-Le Dauphin.


Tout d’abord, laissez-moi vous dire où j’ai rencontré celle que l’on surnomme « Alex » : au club de tennis de la maison de quartier du Tauzin, à Bordeaux. En effet, il y a un peu plus d’une douzaine d’années, je me suis inscrit dans ce club et j’ai joué avec le mari d’Alex, qui comme moi s’appelle Yannick (en voilà, une coïncidence !). J’ai donc rencontré Alex assez vite, en fin de saison me semble-t-il lors d’un repas organisé par son mari, qui était capitaine d’équipe. Nous ne nous sommes pas tout de suite parlés et sommes devenus amis que petit à petit, au fil des années et du fait que nous nous côtoyions au sein du club de tennis. Là où j’ai vraiment découvert Alex, c’est quand j’ai su qu’elle écrivait des livres… En effet, Alexandra Tressos-Le Dauphin est une auteure émérite dont la reconnaissance n’est pas encore reconnue à la hauteur de son talent ! Avec un ton toujours léger et décalé, elle a déjà plusieurs livres à son actif, ainsi que les textes d’albums de jeunesse pour lesquels elle a grandement contribué. Laissez-moi donc vous présenter son travail !

Son premier livre, sorti en 2014 et intitulé « Au boulot, Chômette ! », met en scène un personnage dont vous aurez deviné le nom. Ce récit relève un peu de l’autobiographie quand on connaît le parcours quelque peu chaotique de l’auteure, qui est passée par la case chômage avant de monter son autoentreprise… Mais là n’est pas la question ! Chômette, avec le ton décalé d’Alexandra Tressos-Le Dauphin, va nous raconter sa recherche d’emploi, et tous les aléas qui vont avec : entretiens d’embauche, questions sur le fait d’y arriver ou non, etc… Si vous aimez l’humour vous serez servi !

Son deuxième roman, sorti en janvier 2016, voit Alex reprendre sa plume avec son humour désormais légendaire, et avec ce ton décalé qui la caractérise : elle sort « Célibataire ? Faut pas t’en faire ! » en mettant à nouveau en scène un personnage féminin, qui porte alors le nom de Célibette. Comme pour son premier livre, elle nous parle de la recherche de l’âme sœur, et des aléas qui vont avec. Elle se base sur des témoignages de ses proches, de son entourage ou de sa propre expérience, pour nous délivrer un livre plein de positive attitude.

Le troisième livre publié par Alexandra Tressos-Le Dauphin est totalement différent. Oublié son humour légendaire, en mai 2020, elle se livre à travers un témoignage très personnel intitulé « Toi, mon bébé prématuré ». Alex y raconte ce qu’elle a vécu lorsqu’elle était enceinte de son premier enfant, une fille née prématurée, ainsi que sur la façon dont elle et son mari ont dû gérer cet événement qui n’est pas anodin dans la vie de jeunes parents. Alexandra utilise parfaitement le « je » pour plonger le lecteur dans sa propre vie et pour lui faire ressentir ce qu’elle a pu ressentir elle-même au cours de cette période compliquée. A travers l’histoire d’Elina, elle a voulu aider les futurs parents à mieux vivre cette expérience qui peut parfois être douloureuse, et rendre hommage au corps médical qui l’a tant aidée. Je dois avouer que je n’ai pas encore lu ce livre, mais étant un futur papa, je pense m’y plonger dans les semaines à venir car à mon avis, c’est le moment ou jamais !

En 2015, elle met en scène un nouveau personnage, mais cette fois-ci dans un album de jeunesse, pour sensibiliser les enfants au tri sélectif. Cet album, « Matéli fait son tri », voit un petit ourson, Matéli, nous montrer comment et surtout pourquoi il faut trier nos déchets. Sous les traits de Jean-Philippe Jourdain, l’aspect écolo d’Alexandra prend forme et elle défendra ce projet avec autant d’ardeur que son premier livre… En septembre 2020, l’auteure et l’illustrateur ont par ailleurs édité un deuxième volume mettant en scène le personnage de Matéli, intitulé « Matéli rencontre Léa ». Il s’agit là de sensibiliser les parents de bébés nés prématurément, et qui ont déjà eu un premier enfant, à la façon dont ils peuvent aborder ce sujet sensible avec leur aîné(e). Un sujet qui touche particulièrement Alexandra, qui en a fait le sujet de son troisième roman, comme vous l’avez déjà vu un peu plus tôt… Notez qu’en janvier 2018, Alex s’était unie avec une autre illustratrice, Christelle Briat, pour sortir un autre album de jeunesse intitulé « Les lunettes de Mattéo ». Cette histoire pour enfant a été créée pour mettre à l’aise nos petits chérubins qui, du jour au lendemain, doivent s’adapter au port de lunettes et surtout aux regards des autres enfants, qui parfois sont loin d’être tendres entre eux. Encore une fois, cette histoire et largement liée à ce qu’a pu vivre Alexandra dans sa vie personnelle avec son propre fils.

Pour la connaître dans la vie, je peux vous certifier qu’Alexandra est aussi pleine d’humour et de peps que son écriture laisse paraître. Découvrez vite ses livres pour vous en rendre compte, vous ne serez pas déçus ! Côté professionnel, Alexandra Tressos-Le Dauphin a monté son autoentreprise, et elle rédige en freelance des textes divers pour des entreprises ou des particuliers (CV, lettres de motivation, etc…). En ce qui me concerne, Alex a été la première à me conseiller lorsque je me suis lancé dans l’autoédition. Elle m’a parlé de sa propre expérience, m’a aiguillé dans ce qu’il fallait faire ou ne pas faire, et c’est un peu grâce à elle que j’ai sauté le pas pour écrire et publier mon premier recueil de nouvelles en 2017, « Des aventures hors du commun ». Je ne peux donc que la remercier, elle qui a aussi été la première à m’offrir une interview sur son propre blog (que vous pouvez lire ICI).


Alexandra Tressos-Le Dauphin est donc une auteure de grand talent, à découvrir pour tous si vous ne la connaissez pas encore. Elle est très active sur les réseaux sociaux, et vous pourrez la retrouver facilement pour suivre son actualité. Dans quelques semaines, je vous présenterai une nouvelle auteure de ma région, qui écrit dan un tout autre registre que celui d’Alex ou même que du mien… A bientôt !

Publié le 6 commentaires

Je vous sers un café ? Bienvenue dans ma journée d’auteur indépendant

Pour ce nouvel article, j’avais envie de vous faire plonger dans mon quotidien d’auteur, de vous parler un peu de mes rituels et de mes journées d’écrivain indépendant. Alors, je vais prendre pour exemple mes journées du lundi, puisque c’est un jour fixe où je suis en repos, chaque semaine. Eh oui, je fais tout de suite tomber un mythe : je ne vis pas (encore) de ma plume et j’ai un travail salarié, qui fait que je dois constamment m’adapter à ms horaires… Mais ça aussi, nous allons en parler, tiens ! Bon, avant toute chose, un passage obligé et hyper important pour moi : je vous sers un café ?


Commençons donc par le commencement : comme je le disais en introduction, auteur n’est pas (encore) mon métier à temps plein. J’en rêverais, je le souhaite vraiment, mais il faut être réaliste et ce n’est pas cela qui remplit mon frigo tous les mois. Pas encore. J’exerce donc un autre métier, à temps plein, qui a pour conséquence que je dois tout le temps m’adapter à des horaires qui changent toutes les semaines. En effet, je travaille dans le commerce (pour une grande enseigne de sport, si vous avez la musique en tête, vous l’aurez reconnue) et le seul jour de repos fixe que j’ai dans la semaine, c’est le lundi. Il m’arrive même régulièrement de travailler le dimanche, puisque pour l’instant je vis en région parisienne ! Cette journée du lundi est donc primordiale dans mon travail, et si je pouvais la reproduire au quotidien en ne faisant que cela, j’en serais le plus heureux. Bon, le café est servi, buvez-le tant qu’il est chaud et suivez-moi, cette précision étant apportée, je vais vous dévoiler comment se déroule une journée dans ma vie d’auteur indépendant !

En gros, je vais vous parler de mes petits rituels, puisque c’est presque tous les lundis la même chose ! Depuis quelques temps, ma journée commence par la promenade du chien, rituel auquel on ne peut pas couper, au risque de voir la SPA venir chercher cette gentille petite bête (et au risque de le voir se lâcher sur le tapis ou sur le linoléum, si on attend trop…). Il peut arriver que ma compagne ait déjà sorti le chien, mais en général le lundi elle commence tôt son travail, donc je m’en occupe. Une fois que cela est fait, hop, j’allume l’ordinateur et je me mets au travail ! Il faut savoir que je suis féru de tennis et que j’écris régulièrement de petits articles sur un blog dédié à ce sport, donc souvent le lundi je passe une heure à rédiger un article que je partage dans la foulée. C’est aussi un travail d’écriture, mais qui n’a rien à voir avec mon travail d’auteur… Ensuite, je me concentre sur mon activité d’écrivain. Selon les périodes et les projets sur lesquels je travaille, je ne m’organise pas de la même façon. Si je suis en période d’écriture, je passe une heure ou plus à avancer sur l’écriture du projet en cours, en essayant de couper le téléphone portable (et ce n’est pas chose facile) ainsi que les réseaux sociaux (encore moins facile…) pour être tranquille. En général, je suis seul chez moi et je peux me concentrer sur cette phase de création. Si je suis en période de relecture et de corrections, je vais passer une heure, là aussi, dédiée à cette tâche. Je préfère faire cela le matin car je me sens plus efficace, et c’est l’occasion de boire mon café, pendant ce temps, ce qui m’aide à trouver l’inspiration et à mieux me concentrer. En parlant de café… vous mettez un sucre ou deux ? Ou vous le buvez noir, peut-être ?

Ensuite, avant le déjeuner, je vais m’atteler à une autre tâche, qui peut changer selon les semaines. Une semaine sur deux, comme je le fais en ce moment, je vais rédiger un article sur mon site d’auteur : http://yannickgiammona.fr ! Je le partage souvent entre 12h30 et 13h, avant d’aller m’occuper du repas et parfois du ménage de notre petit nid douillet. Si je n’ai pas d’article à rédiger, je vais m’occuper de mes mails, des réseaux sociaux, ou alors je vais aller faire un tour sur le site Simplement Pro pour voir si j’ai des services presse à envoyer ou si je peux en demander (ça, c’est quand je prévois de sortir un nouveau livre ou quand il vient juste d’être publié). Enfin, une fois par mois, je m’occuper de la newsletter. J’aime bien commencer à la rédiger le dimanche pour être plus tranquille mais le lundi, une fois par mois, je dois la peaufiner, y mettre des couleurs et des photos, et enfin planifier son envoi (pour le lendemain, en général, car j’aime bien l’envoyer le premier mardi de chaque mois).

D’ailleurs, si vous voulez vous inscrire à cette newsletter, il n’y a rien de plus simple ! Pourquoi vous y inscrire, allez-vous me demander ? D’une part, vous serez tenus au courant de toute mon actualité (sortie de livres, événements, etc…) et ensuite, vous aurez accès à du contenu exclusif, comme des nouvelles inédites et gratuites ou encore un point sur l’avancée de mes différents projets. Allez, vous avez l’air d’apprécier mon café alors je vous facilite la tâche et vous mets de quoi rentrer votre adresse mail ci-dessous…

Traitement en cours…
Terminé ! Vous figurez dans la liste.

Bon, revenons-en à nos moutons (même si je n’ai jamais compris cette expression, que je trouve un peu étrange…) ! Que se passe-t-il dans ma vie d’auteur indépendant au cours de l’après-midi ? Si j’ai pris du retard dans mes tâches de la matinée, je les termine : consultation de mails, articles, newsletter, relecture/correction… Mais je m’occupe aussi de mes réseaux sociaux et de tout ce qui touche au marketing de mes livres ! C’est là que je vais, par exemple, m’occuper de confectionner et commander les marques-pages quand je sors un nouveau livre. C’est là, également, que je vais préparer les livres que je dois envoyer à mes clients (j’espère et je pense que je vais en avoir un petit peu plus, maintenant que ma boutique en ligne est ouverte !). C’est également à ce moment-là que je vais travailler sur les idées de projet qui me viennent en tête. Pour cela, j’ai un carnet où je note tout ce qui me passe par la tête. Ces idées vont ensuite se transformer en nouvelles, en novella ou en romans. Tout dépend de la manière dont elles vont se développer dans mon petit cerveau, qui parfois n’est pas tout à fait normal (je ne sais même pas de quelle normalité je parle, mais bon…). Une fois que tout cela est fait, en milieu/fin d’après-midi en général, je vaque à d’autres occupation, qui relèvent plus du loisir que de ce métier d’auteur. Par exemple, je fais de la radio et du podcast donc je vais me concentrer sur cela. Ou alors, je vais apprendre à jouer du piano, faire du sport, écouter de la musique. Bref, une fois mon travail effectué, place aux loisirs !


Bon, maintenant que vous avez terminé votre café et que vous savez comment se déroule une journée idéale dans ma vie d’auteur, je vous invite à me dire ce que vous en pensez. Si vous êtes lecteurs, pensiez-vous que je m’organisais de cette façon ? Quant à vous, amis auteurs, comment organisez-vous vos journées de travail ? Avec quelles contraintes (personnellement, j’ai un chien, mais j’en connais qui ont des enfants…) ? Dites-moi tout !

Publié le 4 commentaires

RENCONTRE AVEC MES PARTENAIRES : MORGANE ROCHER

Ce lundi, j’avais envie d’inaugurer une nouvelle rubrique sur mon blog ! Vous le savez peut-être si vous me suivez régulièrement : cette année, j’ai fait appel à plusieurs partenaires pour m’épauler dans mon travail d’auteur. Certain(e)s sont des bêta-lecteurs, d’autres sont partenaires pour m’aider à promouvoir mes livres dès leur sortie (notamment à travers des articles sur leur blog). Pour cette grande première, j’ai demandé à une de mes collègues de l’association Les Plumes Indépendantes de répondre à quelques questions, afin de vous la présenter et de vous parler de ce qu’elle fait, que ce soit en tant que partenaire ou dans son quotidien. Voici donc une rencontre très agréable avec Morgane Rocher, qui comme moi est auteur en auto-édition.


Quand j’ai pensé à cette nouvelle catégorie d’articles pour mon blog, je me suis dit : et si j’innovais un peu ? L’idée m’est ensuite venue de vous présenter mes partenaires, puisque pour moi cette relation doit être donnant-donnant. Je veux dire par là qu’ils m’aident dans mon travail d’auteur et me donnent de la visibilité lorsque je publie un livre. A moi de leur rendre la pareille et de les mettre en lumière auprès de mes lecteurs et des gens qui me suivent. Pour la forme, vous allez vite le voir, j’ai voulu écrire cet article comme une interview, la première concernant ma collègue auteur Morgane Rocher. J’ai donc fait tout mon possible pour qu’elle se présente, nous parle de ses projets et nous explique pourquoi elle écrit des romans policiers. J’ai également dirigé notre entretien pour amener Morgane à parler de notre partenariat et de ce qu’elle en retire de son côté. J’espère avoir bien mené cette interview, n’hésitez pas à me donner vos retours en commentaire pour que je puisse m’améliorer pour la prochaine fois…

Bonjour Morgane, peux-tu tout d’abord te présenter en quelques mots et nous dire d’où tu viens ?

Bonjour Yannick ! Tout d’abord, je tiens à te remercier pour cette interview et c’est avec grand plaisir que j’y réponds ! Pour répondre à ta question, je me prénomme Morgane Rocher, je vis dans le Sud-Ouest de la France. Je suis auteure mais avant tout, une grande lectrice !! Je lis quasiment de tout mais surtout, des romans policiers et des mangas ! J’ai une bibliothèque qui déborde donc je ruse en mettant des livres ailleurs (comme dans différents placards), ce qui fait croire que je n’en ai pas autant que je le dis mais ça, ça reste entre nous…

Tu te définis, sur ton site, comme une auteur de romans policiers. Peux-tu nous en dire plus sur ton travail et ce genre qui a l’air d’être ton genre de prédilection ?

J’ai commencé à écrire en 2011 mais j’ai autoédité mon premier roman qu’en décembre 2018 ! Pour moi, ça a été le début d’une grande aventure !! Le style policier a toujours été mon genre de prédilection : je regardais déjà des séries policières, qu’elles soient françaises ou étrangères comme « Alerte Cobra », « Rex, chien flic », « NCIS »… Puis, un peu plus tard,  j’ai découvert « Motive : le mobile du crime ». Je suis toujours à la recherche de séries policières car j’aime découvrir de nouvelles choses. Mais ce qui m’a donné envie de rentrer dans le milieu de l’écriture, ce sont les livres de Christian Grenier avec les enquêtes de Logicielle ! J’ai eu un profond coup de cœur pour cette série, qui m’a fait aimer la lecture et démarrer l’écriture !

Peux-tu nous parler des ouvrages que tu as publiés à ce jour ?

À l’heure actuelle, j’ai publié 6 romans policiers, destinés à la jeunesse, sauf un qui est plus pour les jeunes adultes (car il est plus « sanglant » que les autres…). J’ai donc démarré l’aventure de l’autoédition en décembre 2018 avec « Lou B », j’ai enchaîné en mai 2019 avec « Meurtre à Albi » puis « Un quatorze août : Panique au centre commercial ! » en août 2019. L’année 2020 a commencé avec « Un bâtiment d’agents secrets » qui est sorti en janvier. Ensuite, au mois de mai, il y a eu « Crimes en Occitanie » et la dernière sortie de l’année a été pour juillet, avec « Homicide à Narbonne ».

J’ai l’impression que tes histoires et tes personnages sont souvent dans le Sud de la France (Albi ou encore Narbonne, par exemple), pourquoi ce choix ? N’aurais-tu pas envie de les emmener ailleurs ?

Très bonne remarque et c’est tout simple ! J’ai vécu une grande partie de ma vie à Albi donc je voulais vraiment mettre la ville a l’honneur ! Mais maintenant, j’ai déménagé et je suis à Narbonne. Cela va faire un an que j’y habite dans quelques jours ! Donc j’ai naturellement changé le lieu de résidence de certains personnages en faisant une transition avec « Crimes en Occitanie ». Je ne dis rien de plus, juste que j’ai réussi à faire quelque chose de logique ! Et pour le moment, ce n’est pas prévu au programme de les emmener en dehors de l’Occitanie… Mais je n’exclue rien !

Quels sont tes projets pour 2021 et où en es-tu de ce(s) projet(s) ?

Pour 2021, j’ai déjà bouclé les deux romans qui sont prévus de sortir ! J’ai décidé de faire sortir la suite (qui est aussi la fin) de deux séries, « Meurtre à Albi » et « Un quatorze août : Panique au centre commercial ! ». Du coup, je me laisse un peu de temps avant de reprendre l’écriture pour me concentrer sur d’autres choses comme des DVD à regarder, lire des livres (car j’ai du retard), par exemple !

Qu’aimes-tu lire ? Qui sont tes auteurs préférés ?

Je pense que tout le monde l’aura deviné, les romans policiers ! Mais j’ai aussi parlé des mangas et là, je lis presque tous les genres. Et dans le style policier en manga, il y a « Détective Conan », mon préféré ! Concernant mes auteurs préférés, j’en ai plusieurs mais si je devais juste en citer quelques-uns, je dirais : Christian Grenier, Fabien Clavel et Laurine Lavieille ! Après, il faut savoir que je suis toujours à la recherche de nouveaux auteurs, autoédités ou non !

Comme moi, tu fais partie de l’association Les Plumes Indépendantes. Peux-tu nous dire comment tu as connu cette association et depuis quand tu y es adhérente ?

J’ai connu l’association des Plumes Indépendantes en faisant des recherches sur Internet car je souhaitais rentrer dans une association d’auteurs ! Je suis adhérente depuis le début janvier 2019 !

Connais-tu physiquement et personnellement des membres de l’association ? D’ailleurs, qu’attends-tu en adhérant à une telle asso ?

Je connais l’auteure Christel Lacassin-Darre. On s’est connue à un Salon du Livre sur Albi. Ce jour-là, elle présentait son roman et moi… J’étais là en tant que lectrice ! On a discuté un moment ensemble et on s’est échangé nos coordonnées. Au fil des discussions, je lui ai proposé de rejoindre l’association car je pensais que ça pouvait l’aider à se faire connaître. En tout cas, on est vite devenues amies, on s’est revues plusieurs fois… Avant que je ne déménage ! Mais on est toujours en contact. Je connais aussi d’autres auteurs de l’association avec qui je suis devenue amie comme Flore Avelin et Emmanuelle Delouhans (illustratrice) par exemple, mais nous n’avons encore jamais eu la chance de nous rencontrer en vrai… En tant qu’adhérente à l’association, j’ai déjà fait de très belles rencontres et pour moi, c’est le principal ! J’ai déjà eu des conseils, surtout quand je suis rentrée dans l’association et ça, ça fait vraiment plaisir !

Peux-tu nous dire comment s’est faite notre rencontre (virtuelle) et comment tu es devenue une de mes partenaires cette année ?

Nous nous sommes rencontrés via l’association. On s’est abonnés mutuellement à nos comptes Twitter respectifs et un jour, j’ai vu passer un tweet : tu recherchais des partenaires pour l’année 2020. Comme je suis toujours en train de suivre l’actualité des membres de l’association, que j’adore aider et lire, je me suis naturellement proposée pour être une de tes partenaires !

En quoi a consisté ton « travail » dans ce partenariat ?

J’ai été une des lectrices de ton roman « Zoé » en avant-première pour en faire une chronique sur mon blog lecture. Tu m’as envoyé ton livre en ebook quelques temps auparavant et je devais publier ma critique le jour de la sortie officielle de ton roman ! Par mesure de précaution, je te l’ai envoyée en avant-première pour voir si tout était bon, histoire que je n’ai pas mélangé deux informations par exemple. Je sais aussi que ça peut paraître long d’attendre un retour donc dès que j’ai eu fini, tu l’as reçu ! J’ai partagé aussi ma chronique sur les réseaux sociaux et autres plateformes où le livre est disponible et où on peut mettre un avis (Amazon, Babelio…).

Qu’as-tu pensé, jusqu’à ce jour, de ce partenariat ? Serais-tu tentée de le renouveler l’année prochaine ?

C’est vraiment une belle expérience que d’être à ce point proche d’un écrivain, à quelques semaines de la sortie de son nouveau roman. Nous sommes les premiers et derniers lecteurs avant la publication finale, ce qui est un travail tout aussi important ! Avec ce partenariat, j’ai pu lire « Zoé » en avant-première et partager mon avis ! J’ai vraiment adoré faire ce travail et je serai ravie de renouveler l’histoire, une nouvelle fois !

As-tu envie d’ajouter quelque chose, de parler d’un autre sujet qui te tient à cœur ?

Avant de dire ce qui me tient à cœur, je souhaite encore une fois te remercier ! Merci pour l’interview, l’année que l’on vient de passer ensemble, merci pour tous nos échanges et ceux à venir. Merci Yannick et sache que je suis vraiment contente de te connaître ! Pour répondre et conclure à l’interview, je tiens à dire qu’à mes débuts quand j’ai commencé à écrire, je n’aurais jamais pensé qu’un jour, je publierais mes écrits ! Je suis vraiment heureuse d’avoir ouvert une nouvelle page de ma vie. Et le bonheur, c’est précieux ! Alors peu importe ce que l’on vous dit, si vous avez envie de faire quelque chose, faîtes-le !

Je tiens à remercier personnellement Morgane pour sa gentillesse et sa disponibilité, que ce soit dans nos échanges dans le cadre du partenariat ou pour répondre à cette interview. Je vous engage, Chers Lecteurs, à suivre son travail ! Vous pouvez aller consulter son site, en cliquant ICI. Ou bien, si ça vous dit, vous pouvez aussi découvrir son dernier roman, « Homicide à Narbonne », publié au mois de juillet dernier…

Découvrir le roman de Morgane Rocher, « Homicide à Narbonne »