Publié le 2 commentaires

PAUL GUÉRIN, PERSONNAGE CENTRAL DANS « LE BÉBÉ DE FRANCESCA », EN INTERVIEW !

Pour fêter le premier mois de la sortie de la novella « Le Bébé de Francesca », je suis allé interviewer un des personnages centraux de l’histoire : Paul Guérin, le père de Martin, ce bébé si particulier… Découvrez ci-dessous ces réponses à mes questions et la façon dont s’est déroulée la mise en place de l’intrigue, autour de quelques personnages hauts en couleur !


Bonjour Paul, comment vas-tu depuis la sortie de la novella « Le Bébé de Francesca » ?

Bonjour Yannick, je vais très bien, je te remercie. Je me remets petit à petit de cette belle aventure humaine. C’était un travail très intense pendant l’écriture de l’intrigue, tu as été très exigeant mais le résultat vaut le coup. Je suis heureux de ce premier mois de vie du livre, il a l’air de plaire aux premiers lecteurs qui ont eu la chance de le découvrir.

Comment était-ce de faire vivre cette histoire avec un bébé d’un an et demi ?

Je dois avouer que cela n’a pas été facile tous les jours. Travailler avec un enfant aussi jeune peut avoir des mauvais côtés. Il fallait respecter son rythme, que ce soit pour les repas ou le sommeil. Grâce à toi, on a pu s’adapter et construire l’intrigue autour de lui, au fil du temps. Mis à part cela, ce fut très intéressant d’être avec un bébé. Il ne parle pas, mais certaines scènes avec lui ont été géniales à jouer. Notamment la scène de fin, où il a fallu faire preuve de beaucoup d’imagination… Mais je ne vais rien en révéler ici, je ne voudrais pas spoiler ton livre !

Il y a tout de même une chose que l’on peut révéler : le personnage de Francesca est décédé, et elle est absente durant tout le livre. D’où ma question : Francesca existe-t-elle vraiment ?

Le personnage existe vraiment, oui ! Paul, c’est-à-dire moi-même, j’ai été marié à elle. Nous avons ensuite divorcé, quelques temps avant le début de l’intrigue, justement à cause de Martin. C’est un bébé particulier que tu as créé, puisqu’il possède un pouvoir… Hors du commun. En revanche, non il n’y a personne qui a joué son rôle. C’est un personnage fictif, et comme elle n’apparaît pas vivante dans ta novella, je pense que tu n’as pas jugé utile de faire intervenir quelqu’un pour jouer une défunte. Mais ça aurait pu être marrant de la faire vivre à travers quelques flashback, puisqu’il y en a dans le livres…

C’est vrai, oui. C’est une idée qui m’a traversé l’esprit mais j’ai préféré la laisser de côté. Parlons désormais du capitaine Charras, pour continuer avec les autres personnages du livre. Est-il un gentil flic, ou un flic bourru et désabusé ?

Dans le livre, ce personnage est plutôt brut de décoffrage, il agit un peu avant de réfléchir, je dirais. Il semble aussi désabusé après des années passées dans les forces de police. Par ailleurs, il va vite se retrouver perdu avec ce bébé aux capacités surnaturelles. N’y croyant pas au début, il ne saura pas vraiment quoi faire de lui et comment conclure son enquête. Cependant, le flic que tu as décrit dans ton livre n’a rien à voir avec le flic tel que je le connais dans la vraie vie. Le capitaine Charras semble être une personne normale, plutôt joviale d’après ce que j’ai pu voir de lui. Je l’ai un peu suivi dans son job, il le fait avec sérieux mais il est loin d’en avoir marre. Il peut même se montrer drôle, à faire des blagues à ses collègues !

Comment as-tu réussi à faire vivre les scènes d’horreur où on voit le pouvoir de Martin s’en prendre à toi physiquement ?

Comme je le disais tout à l’heure, c’était tout sauf évident, mais c’était plutôt marrant à jouer. En fait, j’avais Martin en face de moi. C’est-à-dire un bébé tout à fait normal, assis dans sa chaise haute, qui me regardait et qui parfois me souriait. Puis, j’ai dû imaginer ce que tu voulais qu’il me fasse vivre. J’ai dû faire abstraction du joli petit chérubin que j’avais en face de moi et imaginer les pires horreurs. Il faut dire que j’ai une bonne imagination, tout comme le capitaine Charras, d’ailleurs. Pour la scène finale, nous sommes parvenus à nous mettre en adéquation. On savait exactement où on voulait aller, l’un comme l’autre. Le résultat est réussi. Enfin, je pense. On a fait plusieurs tentatives, qui ont nécessité plusieurs réécritures de ta part. Au final, quand on a lu le rendu avec toi, tout le monde était satisfait ! Même toi, c’est pour dire…

Justement, cela amène à ma dernière question : comment m’as-tu trouvé pendant tout ce temps où nous avons travaillé ensemble ? Dirais-tu que je suis un écrivain sympa, qui te donnais la bonne direction à suivre ?

Ah oui, tu es très sympa, il n’y a rien à dire. On a toujours travaillé dans une bonne ambiance, malgré toutes les questions que tu as pu te poser pour maintenir la cohérence du récit et intéresser tes lecteurs. En même temps, je t’ai trouvé exigeant. Ce qui a parfois du bon, et parfois du moins bon. Tu as enlevé des passages du livre que j’aurais peut-être gardé, parce que je trouvais qu’on – les personnages – avait fait du bon boulot. Après, tu as su être à l’écoute, notamment des conseils de tes bêta-lectrices. Non, franchement si je devais à nouveau travailler avec un auteur comme toi, ce serait avec plaisir. En plus, pour répondre à la fin de ta question, oui tu donnais bien la direction à suivre. Quand c’était clair dans ta tête, tu savais nous expliquer où tu voulais en venir. On en discutait un jour avec le capitaine Charras, qui n’a pas toujours un rôle évident dans cette histoire. Grâce à toi, nous avons réussi à créer un bon rendu.


Je tiens à remercier Paul Guérin, qui a bien voulu se prêter au jeu des questions/réponses. Bien entendu, vous aurez compris que cette interview est fictive, et que les réponses n’engagent que moi. J’ai bien aimé me prêter à cet exercice, qui je l’espère vous donnera envie de découvrir « Le Bébé de Francesca ». Je vous encourage d’ailleurs à me dire ce que vous en avez pensé, et si vous aimeriez avoir une interview d’un autre personnage du livre (le capitaine Charras, par exemple ?).

Publié le Laisser un commentaire

CHRONIQUE – CÉDRIC SIRE, VINDICTA

Ma dernière chronique de livre, qui portait sur le thriller « Urbex Sed Lex » de Christian Guillerme, vous a partagé. Avec celle-ci, je pense que nous serons tous d’accord : « Vindicta » de Cédric Sire est un pur chef-d’œuvre ! Et je ne mâche pas mes mots, ce roman étant un de mes coups de cœur de l’année. Allez, suivez-moi je vous explique pourquoi je l’ai tant aimé…


Une belle découverte

Comme pour Christian Guillerme, je ne connaissais pas Cédric Sire avant de découvrir « Vindicta ». D’une part, je me suis laissé porter par les publications que j’ai pu voir sur des groupes Facebook sur lesquels je suis. Par ailleurs, j’ai beaucoup vu passer ce roman sur Instagram, donc je me suis dit que j’allais devoir m’y intéresser. D’un autre côté, Céline Spreux (une collègue auteur mais aussi une bêta-lectrice de ma dernière novella) m’avait conseillé ce livre, je l’ai donc suivi presque les yeux fermés. Après avoir été déçu par « Urbex Sed Lex », pour des raisons qui n’engagent que moi, j’avais peur de ne pas me laisser emporter par la plume de Cédric Sire. Mais bon, je me suis dit qu’il fallait bien découvrir de nouveaux auteurs, notamment dans ce genre que j’affectionne tant et dans lequel j’écris moi-même. Pour la bonne cause, si je puis dire.

« Vindicta » m’a rapidement conquis

Au bout de quelques pages, à peine plus d’une centaine, j’ai envoyé un message à ma collègue Céline. Pour la remercier de son conseil, car j’adorais déjà le livre de Cédric Sire ! Il faut savoir que Céline m’avait conseillé de le lire pour me permettre de progresser, suite à la bêta-lecture de ma dernière novella. Mission accomplie, et en plus j’y ai pris du plaisir. Dans ce roman, il y a tout ce que j’aime dans un thriller : du suspense, des rebondissements, du sang, des personnages forts et parfois sarcastiques. Que dire de plus ? Pour un livre qui fait quasiment 800 pages, on ne s’ennuie jamais et il est impossible de prévoir à l’avance ce que Cédric Sire nous prépare. Je n’ai qu’une chose à lui dire : chapeau, vous avez réussi votre coup et je comprends pourquoi tout le monde adore « Vindicta » !

Cédric Sire, un auteur à découvrir

Sur la couverture de « Vindicta », Cédric Sire est encensé par Franck Thilliez. Un autre auteur de thriller que j »affectionne. Si je ne me range pas encore dans la même catégorie que ces deux créateurs de best-sellers, je souhaiterais les rencontrer un jour dans le cadre de mon métier d’écrivain, et échanger avec eux. Je ne veux pas rentrer plus dans le détail concernant « Vindicta », à part pour vous encourager vivement à le lire. Pour ma part, j’attends impatiemment les fêtes pour me faire offrir « La Saignée », le dernier thriller de Cédric Sire. Pour finir, je dirais que ces deux auteurs que je viens d’évoquer sont une vraie source d’inspiration pour mon écriture, et même si je suis encore loin de leur talent, j’espère un jour pouvoir rivaliser avec eux et offrir à mes lecteurs autant de suspense et de joie de lire.


Toi aussi tu as lu « Vindicta » ? Je t’invite à me dire pourquoi tu as aimé ce livre et à échanger avec moi pour en savoir plus suite à ma petite chronique. Et si tu as également lu « La Saignée », tu peux aussi m’en parler, sans me spoiler l’histoire, bien sûr !

Publié le Laisser un commentaire

TOUT CE QUE TU DOIS SAVOIR SUR « LE BÉBÉ DE FRANCESCA »

Si tu me suis, tu sais que ce lundi 22 novembre 2021 est une date particulière pour moi. Eh oui, c’est aujourd’hui que sort officiellement mon cinquième livre, une novella intitulée « Le Bébé de Francesca ». Je me suis demandé ce que je pourrais faire pour te donner envie de la découvrir, et j’ai eu l’idée de te dire tout ce que tu dois savoir, sans trop t’en dévoiler non plus…


Les principaux personnages

Il y a trois personnages au cœur de cette histoire. Ils se côtoient tout au long de l’intrigue et tu n’es pas à l’abri que l’un d’eux te fasse un petit peu peur…

  1. Martin, un bébé de dix-huit mois. Tu le découvriras rapidement, il n’est pas un enfant comme les autres. Pas seulement aux yeux de Paul, son père. Le capitaine Charras va l’apprendre à ses dépens mais… Chut, je ne t’en dirai pas plus, pas de spoiler non plus !
  2. Paul Guérin, le père de Martin. Plusieurs fois convoqué par la police, il va se retrouver perdu, à devoir s’occuper seul de son fils. Dans un premier temps, il va être dépité de voir que le capitaine Charras ne l’écoute pas et je tienne pas compte de ses avertissements concernant Martin. Jusqu’au moment où il sera trop tard…
  3. Le capitaine Maxime Charras, un capitaine de la police de Bordeaux. Ce policier est amené à enquêter sur une affaire qui le fera rencontrer Paul Guérin et son fils. Il croira d’abord que Paul est son principal suspect, mais un événement surnaturel le fera changé d’avis. Il assistera enfin à une scène d’une violence inouïe, qui le changera à tout jamais.

Quid de Francesca dans tout cela ? Car son nom est bien dans le titre, me direz-vous ! Je vous laisse découvrir qui est ce personnage et surtout, ce qu’il lui est arrivé…

Les thèmes

Le premier d’entre eux est la relation tendue entre un père et son fils d’un an et demi. Le père, Paul Guérin, se retrouve seul à s’occuper d’un enfant qui lui fait peur. Pourquoi le craint-il ? Je te laisse le découvrir mais il faut retenir que ce thème est au cœur du livre.

Autre thème de ce livre : la télékinésie. Il s’agit d’un pouvoir surnaturel, qu’un des personnages détient. Tu vas découvrir les tenants et les aboutissants d’un tel pouvoir, qui peut s’avérer être désastreux, notamment pour l’entourage de celui qui le possède.

Enfin, le dernier thème est l’enquête policière, qui pourtant n’est pas centrale dans cette novella. Cependant, elle est bien là, menée par le capitaine Charras et les trois autres policiers qui forment son équipe. Sur quoi porte cette enquête ? Va-t-elle être résolue ? Pour répondre à ces questions, rendez-vous dans « Le Bébé de Francesca ».

Les lieux

L’intrigue de mon nouveau livre se passe en Gironde. Le capitaine Charras travaille au poste de police de Meriadeck, qui se trouve en plein centre-ville. Quant à Paul Guérin, il habite une maison dans la ville de Bouliac, qui fait partie de la communauté urbaine de Bordeaux. Elle se situe sur la rive droite, à quelques kilomètres de la capitale girondine. Enfin, une partie de l’intrigue se situe dans une petite maison à Bègles, autre ville de la CUB. Mais je ne peux pas te dire a qui elle appartient, au risque de trop t’en dire et de te gâcher la surprise concernant ce livre.


Voilà, j’ai tout fait pour te donner envie de lire ma nouvelle parution. J’espère avoir réussi… Si tu es convaincu, je t’invite à te rendre sur Amazon en cliquant SUR CE LIEN pour acheter « Le Bébé de Francesca ». Tu feras partie de ces heureux lecteurs qui auront découvert ma novella, ainsi que le capitaine Charras, un personnage qui sera à nouveau au cœur d’un de mes prochains romans (attention, cette fois-ci c’en est une : SPOILER ALERT !!).

Publié le Laisser un commentaire

LE SYNDROME DE LA PAGE BLANCHE, JE NE CONNAIS PAS, MAIS…

Salut à toi, Cher Lecteur ! Pour ce nouvel article, je voulais te parler d’un syndrome qui peut toucher tous les auteurs, à n’importe quel moment de leur carrière, sans qu’ils s’y attendent : le syndrome de la page blanche. Pour l’instant, j’y échappe. Dès que je me mets devant mon ordinateur et que j’ouvre une nouvelle page sur mon traitement de texte, les mots parviennent à sortir. Oui, mais… Récemment, un événement particulier me fait avoir du mal à enchaîner sur mon prochain livre, alors que j’en ai un qui sort dans deux semaines. Allez, suis-moi, je t’explique tout !


Page blanche, expression inconnue au bataillon !

Comme je le disais en introduction, je n’ai jamais réellement connu ce syndrome de la page blanche qui terrifie tant n’importe quel auteur en herbe. Voici comment je procède dès que j’ai une nouvelle idée pour écrire une nouvelle histoire. J’ouvre une nouvelle page sur mon traitement de texte sur mon ordinateur, je prends une tasse d’un bon café et j’écris. C’est aussi simple que cela ! Jamais, depuis que j’ai commencé à écrire, je n’ai été confronté à une véritable panne d’inspiration. Cependant, cela peut me prendre plus ou moins de temps pour coucher les idées qui se bousculent dans ma tête sur le papier. Je ne suis pas surhumain, non plus ! Pourtant, je suis toujours parvenu à les écrire sans trop de mal, et je ne suis jamais resté bloqué pendant des heures devant la page blanche, à me demander ce que j’allais bien pouvoir te raconter.

Le syndrome de la page blanche effraie tant d'auteurs...

Un heureux événement ralentit ma productivité

Je vais t’expliquer où je veux en venir. Depuis que je me suis lancé dans la promotion de la novella « Le Bébé de Francesca », publiée dans deux semaines, je n’ai encore rien écrit de concret. D’habitude, quand je me lance dans la promo d’un livre, je suis déjà en train d’écrire le suivant. Pas cette fois. J’ai bien écrit quelques nouvelles, comme je le fais régulièrement. Mais mon prochain roman, qui sera le troisième, en est au point mort. Pourquoi ? Parce qu’un heureux événement a chamboulé ma vie : la naissance de ma fille ! Depuis qu’elle est là, je n’ai pas eu une seconde à moi pour écrire. Un mal pour un bien, j’en suis conscient. Ce qui est marrant, d’ailleurs, c’est que « Le Bébé de Francesca », dont le personnage central est un bébé, je l’ai écrit avant de concevoir mon premier enfant. Bref.

Ai-je finalement trouvé le sujet de mon troisième roman ?

Finalement, où en suis-je dans mes projets ?

J’en parlais dans ma dernière newsletter, envoyée dimanche dernier à mes abonnés. Ce troisième roman, qui sera mon sixième livre au total, je prévois de le publier l’année prochaine. Et si je te dis qu’il en est encore au point mort, c’est que j’ai exploré plusieurs pistes sans pour autant m’en satisfaire. En effet, j’ai fait le plan pour deux idées de roman qui m’ont traversé l’esprit depuis quelques semaines. Cependant, une fois arrivé au bout, je ne le sentais pas. Et quand on ne sent pas les choses, je suis d’avis qu’il ne faut pas forcé. Là, j’en suis à ma troisième tentative. Et j’ai bien l’impression de toucher du doigt ce que j’ai envie d’écrire pour Toi, Fidèle Lecteur ! J’ai fait une nouvelle ébauche de roman, avec une idée général, et je suis en train de travailler sur les personnages… La suite au prochain épisode !


Comme tu le vois, l’écriture d’un roman, ce n’est pas toujours rose. J’aime bien partager avec toi les difficultés que je peux rencontrer. C’est une manière de te dire que, si tu aimes le livre que tu tiens entre les mains, tu dois aussi avoir conscience que pour l’écrire, l’auteur s’est souvent pris la tête à chaque étape de sa conception. Si l’idée sur laquelle je travaille actuellement aboutit, tu en seras le premier informé, ici ou sur mes réseaux sociaux.

Publié le Un commentaire

TU VEUX CONNAÎTRE LA DATE DE SORTIE DE MON NOUVEAU LIVRE ?

Fidèle Lecteur, cet article est pour toi ! Tu veux connaître la date de sortie de mon nouveau livre ? Et avoir un peu plus d’informations à son sujet ? Ne bouge plus, tu es au bon endroit ! Enfin si, tu peux bouger… mais pas avant d’avoir lu cet article. Et si tu penses que j’aurais pu me contenter d’une publication sur les réseaux sociaux, je te prie de lire attentivement cet article. Je vais t’expliquer pourquoi je fais le choix de ne pas lâcher cette information capitale n’importe comment dans la nature.


Le Bébé de Francesca

Si tu me suis sur les réseaux sociaux, tu dois te souvenir que j’ai commencé à écrire le manuscrit de ce nouveau livre en fin d’année dernière. Chaque lundi, pendant dix semaines, je partageais l’avancée de ce récit. Je te donnais le nombre de mots écrits et te livrais mon sentiment sur cette histoire. Cette partie-là, je l’ai partagée sur les réseaux sociaux pour t’habituer à ce qui va être une novella (ou roman court) : « Le Bébé de Francesca ». Le titre doit déjà te parler si tu me suis régulièrement. Pour ce qui est de la date de sortie, je ne pouvais pas me fendre d’une petite publication. Cela aurait été redondant et je voulais t’en dire un peu plus, à toi qui fais l’effort de venir sur mon site pour lire cet article. Voilà pourquoi j’ai fait ce choix.

L’introduction du Capitaine Charras

Il y a deux façons de me montrer que tu es fidèle et d’en être récompensé. T’abonner à ma newsletter (d’ailleurs, ils sont déjà quelques-uns à connaître la date de sortie de mon prochain livre…) ou lire les articles sur mon site, comme celui-ci. De cette façon, tu as quelques informations avant les autres, que je partagerai peut-être ensuite via les réseaux sociaux. Voilà d’ailleurs une première exclusivité : la novella « Le Bébé de Francesca » me sert à introduire un personnage que tu retrouveras dans d’autres récits. Il s’agit du Capitaine Charras. Tu le comprendras vite, il travaille au poste de police de Meriadeck, dans la ville de Bordeaux. Ce personnage est présent dans une nouvelle parue dans le dernier recueil des Plumes Indépendantes, « Plumes Vagabondes ». Et, s’il n’est pas le seul personnage principal de ma novella à venir, je souhaiterais le développer dans d’autres histoires. Affaire à suivre, donc.

Rendez-vous dans trois mois

Allez, je vois que tu commences à trépigner sur ton siège ! Tu veux la connaître, la date de sortie de la novella « Le Bébé de Francesca » ? Sache qu’il va encore falloir un peu de patience. En effet, ce livre ne sera publié que le 22 novembre 2021. Je sais, ça fait un peu plus de trois mois à attendre ! Mais je préfère lancer la promotion de ce livre tout de suite, pour un meilleur lancement. Alors je compte sur toi pour partager les informations le concernant, au fur et à mesure qu’elles arriveront ! Quoiqu’il en soit, tu as l’information capitale concernant cette novella. Dans les semaines à venir, je te dévoilerai la couverture, le synopsis et je te parlerai plus en détails des principaux personnages. Je sais que tu voudrais tout savoir tout de suite, mais… patience !


Tu te demandes si les visuels de cet article sont en lien avec « Le Bébé de Francesca » ? Je ne vais pas te laisser réfléchir plus longtemps : oui, bien sûr ! Bon, je te laisse imaginer un peu ce que pourrait être la couverture, sachant que comme souvent, il s’agit d’un thriller (avec une pointe de fantastique…). Je te laisse là-dessus, à bientôt !

Publié le Un commentaire

JE TE RÉVÈLE TOUT SUR LA COUVERTURE DU RECUEIL DE NOUVELLES « LE TRAIN DE L’ANGOISSE »

Lectrices, Lecteurs, bien le bonjour ! Dans quelques jours, cela fera six mois que mon dernier recueil de nouvelles, « Le Train de l’Angoisse », a été officiellement publié. Six mois après, j’avais envie de te parler des choix que j’ai faits concernant cette couverture qui, je dois l’avouer, vous a beaucoup plu. Suis-moi, je vais te livrer tous les secrets de création de cet élément indispensable à une œuvre littéraire !


D’où provient l’image de la couverture ?

Je vais d’abord t’expliquer d’où sort cette image d’une locomotive, qui semble sortir d’une forêt hantée, que j’ai utilisée pour la couverture de ce recueil. Plusieurs sites proposent d’acheter des images libres de droit. C’est le cas de 123RF, que j’utilise depuis mon premier livre, en 2017. Pour quelques euros, j’achète des crédits qui me permettront d’acheter des images totalement libres. Je ne vole le travail de personne, je fais tout cela dans la légalité. Pour ce recueil de nouvelles, je voulais une image d’un train qui fasse peur. En tout cas, elle augure du côté angoissant que j’ai voulu donner aux nouvelles qui le composent. Je pense avoir réussi mon coup : je plonge tout de suite le lecteur dans cet univers du train délabré. Comme un train-fantôme qui provoque des frissons. On retrouvera d’ailleurs ce thème du train dans les titres des nouvelles, du wagon 1 au wagon 10.

Une tâche que je confie à une graphiste

Deuxième chose dont je voulais te parler : ce n’est pas moi qui ai réalisé cette couverture. J’ai tenté le coup une fois, pour le roman « Zoé ». Et je me suis promis de ne jamais recommencer. Pourquoi ? Je me suis rendu compte que c’est un vrai métier. D’autres le font bien mieux que moi. Comme pour mes deux premiers livres, j’ai confié cette tâche à une vraie graphiste. Elle s’appelle Virginie Wernert. J’ai toujours été content de son travail. Ce fut à nouveau le cas pour « Le Train de l’Angoisse ». Virginie commence à me connaître, elle sait où sont mes exigences. On échange par mail. Je peux lui dire honnêtement ce que je pense de son premier jet. Elle fait ensuite les modifications que je lui demande. Au final, elle réalise toujours des couvertures efficaces, qui attirent l’œil du lecteur. Je la remercie pour son formidable travail.

Le titre du livre et le nom de l’auteur

Pour cette partie, je laisse en général carte blanche à Virginie Wernert. Je lui demande juste une chose : de préciser s’il s’agit d’un roman ou d’un recueil de nouvelles. Ainsi, elle me fait une première proposition. Si elle me plaît, je valide. Sinon, on retravaille le sujet ensemble. Pour ce recueil de nouvelles, j’ai demandé quelques modifications, que Virginie a bien voulu apporter. Mais c’est elle qui a été force de proposition quant à la police d’écriture du titre. C’est bien grâce à Virginie que les lettres sont un peu effacées. Ce qui ajoute, selon moi, un côté mystérieux à ce livre et à sa couverture. Qu’en pensez-vous ? Pour moi, le job est réussi. Bravo, Virginie !

La quatrième de couverture

Enfin, quelques mots sur la quatrième de couverture. Si Virginie Wernert est une excellente graphiste, elle n’est pas l’auteur de ce livre. C’est bien moi qui ai rédigé la quatrième de couverture. Tout comme j’ai rédigé ma biographie. En revanche, c’est bien Virginie qui a effectué la mise en page de ce tout. C’est elle qui a décidé de mettre la biographie sur un bandeau orange, pour rappeler le code couleur de la couverture. Pour ma part, je lui ai juste envoyé les textes pour qu’elle puisse réaliser la couverture complète. C’est d’ailleurs bien normal qu’on retrouve son nom en bas de la quatrième de couverture. Il faut bien rendre à César ce qui appartient à César ! Enfin, à Virginie… Alors, vous pensez que cette couverture est réussie ? Vous donne-t-elle envie d’en découvrir un peu plus sur ce recueil de nouvelles ?


Comme d’habitude, je vous encourage à réagir à cet article et à répondre, en commentaire ou par mail, à la question que je vous pose à la fin de l’article. Et puis, s’il vous a plu et que vous ne voulez pas louper les prochains que je rédigerai, vous pouvez aussi vous inscrire à ma newsletter !

Publié le Laisser un commentaire

RENCONTRE AVEC DARYL DELIGHT, AUTEUR DE THRILLER

Cher Toi, me revoilà pour une nouvelle interview ! En effet, je suis allé à la rencontre d’un collègue autoédité, qui comme moi écrit des thrillers et de l’horreur. Un échange sanglant, qui n’en est pas moins intéressant ! Laissez-moi donc vous présenter Daryl Delight, auteur à succès qui compte déjà quatre romans à son actif, dont « Amalia » ou encore son petit dernier, « Une Nuit au Funérarium ». Attention, si vous le croisez la nuit, changez de trottoir, conseil d’ami…


Fan de Stephen King, amateur de frissons et d’histoires à suspense… Daryl Delight avait tout pour me plaire, puisqu’il évolue dans la même catégorie que moi ! Certes, et je ne m’en cache pas, il rencontre beaucoup plus de succès que votre hôte. Mais est-ce que cela doit nous empêcher de passer un bon moment ? Armé d’un couteau que je gardais discrètement derrière mon dos (je ne crois pas qu’il l’ait vu, mais bizarrement je n’ai pas eu le loisir de voir sa main droite), je suis allé à sa rencontre. Qui est restée virtuelle, certes, mais pas moins ultra intéressante ! Je vous laisse découvrir ça, je ressens comme des picotements dans la nuque…

Bonjour Daryl, peux-tu d’abord te présenter et nous parler de ton parcours ? Qu’est-ce qui t’a mené vers l’écriture et le métier d’écrivain ?

J’ai toujours été attiré par l’écriture. À l’école primaire, lorsqu’on me demandait ce que je voulais faire plus tard, je répondais écrivain. J’écrivais des petites histoires déjà à l’époque, rien de bien original, mais j’adorais ça. Je me suis ensuite passionné pour le cinéma. Je voulais devenir scénariste au collège et lycée, pour voir les images que j’avais dans la tête sur grand écran. J’adore le septième art, encore aujourd’hui. Plus tard, je suis revenu aux romans plutôt qu’aux scénarios. Mais l’écriture a toujours été là, d’une façon ou d’une autre. L’envie de poser les mots sur le papier, de raconter des histoires ne m’a jamais quitté.

Tu te définis, sur ton site, comme un auteur de Thriller/Horreur/Suspense ? Qu’est-ce qui t’a mené à écrire dans ces genres ? Pourquoi te plaisent-ils tant ?

J’ai adoré ça très jeune. Quand j’ai commencé à avoir l’âge, ou peut-être un peu plus jeune, vers douze ans, je me suis rapidement intéressé aux films d’horreur. Les premiers devaient être les Freddy Krueger. J’ai ensuite découvert des films plus tournés thriller comme Seven, Psychose ou Taxi Driver. J’aime ce genre pour l’ambiance, que ce soit horreur ou thriller. La pluie qui tombe. La nuit. Les orages. Les manoirs isolés. Les enquêtes policières. Le suspense. J’aime essayer de deviner la fin, de trouver le meurtrier. J’adore tout simplement ça. J’aurais pu ajouter les cadavres et les scènes de meurtres, mais ça ferait un peu psychopathe de dire que j’adore ça aussi.

Peux-tu nous parler des ouvrages que tu as publiés à ce jour ? Si je ne m’abuse, tu as sorti quatre romans, c’est ça ?

C’est bien ça, quatre, même si le premier « La légende de Spellman » est très court. Je le considère plus comme une envie de me faire plaisir au départ. Je l’ai écrit avec mon âme d’adolescent, et ça se ressent dans l’écriture. Ce n’est pas celui que je conseillerai pour débuter même s’il est le favori de certains de mes lecteurs et lectrices. « Amalia », le second, voilà celui par lequel je conseille de commencer quand on me demande. Il ne fait que 210 pages, mais il se passe beaucoup de choses. Je voulais que le suspense soit omniprésent, et qu’il y ait des révélations et de l’action à chaque chapitre. Je pense avoir réussi. « La famille Nilsen » est un peu spécial. Il vaut mieux avoir lu « Amalia » avant pour comprendre la raison de l’existence du livre. Les deux sont liés. « Une nuit au funérarium » est mon dernier. J’adore Jasper, le personnage principal. C’est un thanatopracteur qui nous invite dans son funérarium et nous raconte les récits des cadavres qui passent sur sa table. On peut très bien débuter avec celui-ci également. J’espère retourner au funérarium très vite, d’ailleurs !

D’où te viennent toutes ces idées d’histoires terrifiantes et surtout, ces personnages atypiques, comme par exemple Jasper dans « Une nuit au funérarium » ou encore Amalia dans le roman du même nom ?

Les personnages sont le plus importants dans une histoire. C’est les personnages qui font l’histoire. Leurs manières de réagir, leurs décisions à chaque situation dont laquelle je les mets qui détermine la suite du récit. Je puise mon inspiration de partout. De ce que j’ai lu. Des films que j’ai vus. De la musique que j’écoute. Je nourris mon imagination avec l’art des autres pour ensuite créer quelque chose de nouveau, ma version des choses.

Quels sont tes futurs projets et où en es-tu de ce(s) projet(s) ?

Je suis en train d’écrire mon prochain livre. Je n’ai encore rien donné à mes bêta-lecteurs, alors je ne sais pas si c’est bon. S’ils sont très enthousiastes, c’est que le livre sortira, sinon, je passerai à un nouveau projet. C’est difficile de commencer un nouveau roman. On aimerait écrire un chef-d’œuvre, avoir l’idée parfaite, mais en réalité, on ne peut pas savoir à l’avance. Dans l’écriture d’un roman, il y a toujours des hauts, des moments où l’idée nous paraît géniale, et des bas, où l’on doute de ce que l’on fait. Il ne faut pas trop réfléchir et écrire. Plus facile à dire qu’à faire.

Si je ne me trompe pas, tu es un auteur autoédité, qui rencontre le succès puisque tu le dis sur ton site : déjà plus de 15 000 lecteurs ont été conquis ! Quelle est, selon toi, la clé de ce succès ?

Je n’ai eu que dix lecteurs en plusieurs mois pour mon premier livre. Ce n’est qu’après plusieurs romans publiés que les lecteurs ont réellement commencés à venir. Petit à petit. Il n’y a pas de clé du succès. Il faut écrire pour soi, par passion, publier pour son public déjà acquis et les nouveaux lecteurs viendront au fur et à mesure. Cela peut être moins long pour certains, un livre, un succès immédiat, ou beaucoup plus long pour d’autres. Ce qui est important c’est de comprendre ce qui ne va pas. Mon texte contient-il des fautes ? Ma couverture est-elle attirante ? Mon résumé donne-t-il envie ? Est-ce que mon livre est visible ? Il faut toujours se poser des questions, tenter de voir ce qu’on peut améliorer et tester plusieurs choses. Apprendre, encore et toujours.

Tu as d’ailleurs entre 260 et plus de 550 avis sur tes différents livres… Ces chiffres semblent difficiles à atteindre à beaucoup d’auteurs qui débutent, comment tu fais ?

Oh oui, c’était très dur au début. Je ne pensais pas en avoir autant. Cent me paraissait incroyable quand j’en avais que deux. Mais ce n’est pas non plus extraordinaire. Marjorie Levasseur par exemple, qui est une auteure talentueuse (ou autrice comme vous voulez) autoéditée, a atteint les 900 commentaires avec un livre publié il y a sept mois à peine. J’espère atteindre ce nombre un jour. Il n’y a pas de secret. Et personne ne peut prévoir un succès ou un échec. Un très bon livre peut ne pas être apprécié et finir aux oubliettes. Au contraire, un livre assez basique peut parfois atteindre des sommets. Il suffit de voir l’engouement pour « Cinquante Nuances de Grey ». C’est tout de même mieux quand on écrit un bon livre et qu’il a le succès qu’il mérite, j’en conviens. Il ne s’agit pas d’attendre bêtement, bien sûr, mais comme dit précédemment, il faut être patient, tester des choses, gagner ses lecteurs petit à petit et conquérir leurs cœurs. Si on donne tout ce qu’on a, les lecteurs et lectrices aimeront, ils se pencheront sur les précédentes productions et reviendront pour les suivants. Ils ne le font pas pour vous faire plaisir, mais parce qu’ils aiment ce que vous faites.

As-tu déjà essayé d’être édité en maison d’édition traditionnelle ? Est-ce que cela te tenterait ou tu préfères gérer toi-même tes affaires ? Pourquoi ?

Je me suis tourné vers l’autoédition dès le départ et je n’ai jamais envoyé de manuscrit à une maison d’édition. Il y a des avantages et des inconvénients, même si de mon côté je m’y plais énormément. Est-ce que j’accepterais un contrat si on m’en proposait un ? Oui, sûrement, si une grande maison d’édition me propose un contrat qui me convient. Il y a beaucoup de paramètres à prendre en compte, la rémunération, la communication qu’ils comptent faire, quels droits sur mes livres et pour combien de temps… Mais évidemment, si un jour je pouvais avoir mes livres dans toutes les librairies de France, ce serait une victoire.

Parlons un peu de toi en tant que lecteur, désormais. Qu’aimes-tu lire ? Qui sont tes auteurs préférés, ceux qui t’inspirent aussi ?

Je suis en pleine lecture de « Psychose » de Robert Bloch, qui a inspiré le célèbre film que j’apprécie tant de Hithcock. Il est assez court donc il ne tiendra pas longtemps. Ensuite j’attaquerai « Vindicta » de Sire Cédric. Sinon, je suis un grand fan de Stephen King même si je n’ai pas lu toute sa bibliographie. En même temps, il y a de quoi faire.

Es-tu un grand lecteur ? Penses-tu, comme certaines personnes, qu’un auteur a besoin de lire beaucoup pour être inspiré et écrire de bons romans ?

Absolument, il faut lire pour s’inspirer. Pour les idées, oui, mais aussi pour trouver son style. De voir différentes manières de raconter une histoire. D’apprendre un peu de vocabulaire. En ce qui concerne l’inspiration, il n’y a pas que la lecture. On peut être inspiré de plein de choses, du cinéma entre autres. Regarder un film peut donner des tas d’idées. Il m’arrive souvent de voir une scène, et le cadrage d’une femme dans la nuit peut me donner des idées. Une simple image ou une ambiance peut amener l’imagination à produire quelque chose de totalement différent. Cela dit, la lecture est indispensable. Je ne dis pas qu’il faut lire dix livres par mois, mais il faut lire, oui !

As-tu envie d’ajouter quelque chose, de parler d’un autre sujet qui te tient à cœur ?

Je crois que non. Tes questions étaient pertinente. Mais je te remercie pour ce petit échange qui était sympathique.

À mon tour de te remercier d’avoir accepté de répondre à mes questions. Entre fans de Stephen King, je crois que l’on s’est bien compris !


Retrouvez toutes les informations sur Daryl Delight sur son site internet : https://daryldelight.com/ ! Quant à moi, je vous retrouver très vite pour un nouvel article, où il sera question d’une nouvelle activité que je compte lancer en lien avec mon métier d’auteur… Stay tuned !

Publié le Laisser un commentaire

JOYEUX ANNIVERSAIRE : « ZOÉ » FÊTE SA PREMIÈRE ANNÉE !

Ce mardi 22 juin, Zoé a fêté sa première année d’existence ! Si tu ne la connais pas encore, Cher Lecteur, il s’agit du personnage principal de mon deuxième roman, qui a donc vu le jour en juin 2020. Et pour fêter cela, je voulais te reparler de ce personnage, sa genèse (je rappelle qu’elle est d’abord apparue dans une nouvelle publiée en 2017) et t’offrir un petit cadeau. Juste au cas où tu serais intéressé par ce roman que tu n’aurais pas encore découvert…


Zoé, personnage né d’une nouvelle en 2016

Qui est Zoé ? Il s’agit d’un des premiers personnages que j’ai créé quand je me suis mis sérieusement à l’écriture, il y a quelques années. Au départ, ce personnage était une petite fille de huit ans. Elle est d’abord apparue dans la nouvelle « Le Don », publiée dans le tout premier recueil que j’ai sorti en autoédition. Ce recueil, intitulé « Des Aventures Hors Du Commun », m’a permis de mettre en scène cette enfant dotée d’un pouvoir singulier : elle parvient à lire dans les pensées. Dans la nouvelle « Le Don », elle doit apprendre à vivre avec ce pouvoir. Accompagnée par le Dr Clarke et un ami de celui-ci, prénommé Tom, elle va y parvenir. Ce qui ne se fera pas sans quelques accrocs et péripéties mais à la fin de la nouvelle, Zoé a dompté son don. Elle a appris à vivre avec, au grand soulagement de ses parents.

Cette nouvelle t’intéresse ? Rendez-vous sur ma boutique, la réédition illustrée du recueil « Des Aventures Hors Du Commun » y est toujours disponible.

Suite des aventures de ce personnage particulier : le roman « Zoé » (2020)

Quelques temps après avoir sorti mon premier roman, qui a fait suite au recueil de nouvelles « Des Aventures Hors Du Commun », j’ai eu envie de donner une suite à la vie de ce personnage. Ainsi, j’ai voulu imaginer ce qu’il pourrait lui arriver quand elle entrerait dans l’âge adulte. Arriverait-elle toujours à gérer son pouvoir ? Ne deviendrait-il pas gênant, à plus d’un égard ? Voilà comment l’idée du roman « Zoé » est née. J’ai imaginé cette histoire d’adolescente séquestrée par un psychopathe, qui prie dans sa tête qu’on vienne la sauver. Zoé entend sa voix, même si plusieurs centaines de kilomètres les séparent. Vous l’aurez compris, elle se met ensuite en tête d’aller aider cette pauvre fille. Et je ne t’en dirai pas plus ! Si cela t’intrigue, je t’encourage à lire le roman.

Je voulais juste préciser une chose, qui a pu gêner quelques lecteurs de ce second roman. Une première partie, dans cette histoire, est consacrée à l’adolescence de Zoé. Il me semblait important – et c’est un choix que j’assume, même si cela crée quelques longueurs – de faire la transition entre l’enfance de Zoé et son entrée dans l’âge adulte, quand elle fête ses 18 ans. Voilà pourquoi plusieurs pages sont consacrées à ses années au collège et au lycée. Une fois cette partie passée, le lecteur entre directement dans l’action. Et je ne le lâche plus, jusqu’à une fin ouverte… qui laisse peut-être présager, un jour, une suite à ce manuscrit. Qui sait ? Et là, je te livre une exclu, Cher Lecteur !

Et le cadeau dont je t’ai parlé, dans tout ça ?

Doucement ! On y vient aux cadeaux que je souhaite t’offrir pour fêter cet anniversaire un peu spécial. Le premier concerne le format numérique, toujours disponible sur Amazon. Pour le trouver plus facilement, je t’invite à cliquer ICI. Jusqu’au 30 juin, le prix de l’e-book a été baissé à 0€99 au lieu de 2€99. Si tu lis en numérique, tu n’as plus le choix : profite de cette offre exceptionnelle ! L’autre cadeau concerne les gens qui préfèrent tenir un livre broché entre leurs mains. Sur ma boutique, tu trouveras un pack que j’ai créé spécialement pour l’anniversaire de « Zoé ». Pour le même prix que le roman, soit 15€ (au lieu de 20€), tu pourras acquérir le livre, un marque-pages et une carte postale reprenant une illustration réalisée par Emma Delouhans pour la réédition du recueil « Des Aventures Hors Du Commun », l’année dernière. Si ces goodies te font envie, rendez-vous directement ICI.


J’espère que tu en as appris un peu plus sur Zoé, ce personnage qui me tenait à cœur quand j’ai commencé à publier en tant qu’auteur indépendant. Parfois, quand j’écris des articles anniversaire, je te parle de chiffres de vente et des retours de mes lecteurs. Là, j’avais envie de changer un peu et de revenir sur la création de cette petite fille dans mon esprit d’écrivain. Peut-être est-ce parce que je vais être papa, moi aussi d’une fille, et que cela me met en joie de t’offrir des cadeaux en lien avec ce que j’écris. Tu aurais tort de ne pas en profiter, n’est-ce pas ?

Publié le Laisser un commentaire

CHRONIQUE – LOLI ARTÉSIA, PASSÉ UN CERTAIN ÂGE

Salutations, chers lecteurs ! Ce lundi, j’avais envie de revenir vous voir avec une nouvelle chronique… Mais pas n’importe laquelle, puisqu’il s’agit du dernier polar d’une collègue autoéditée ! Et une fois n’est pas coutume, ce n’est pas aux autres de chroniquer un de mes ouvrages, mais à moi de parler du livre d’une collègue auteur, qui m’a particulièrement marqué, même si tout ne m’a pas plu (ce serait trop facile) ! Comme d’habitude, on va se servir un café avant de plonger ensemble dans l’univers de Loli Artésia et de son dernier roman, « Passé Un Certain Âge »


Pour cette chronique, comme pour toutes celles que je fais, je vous épargne le résumé du livre, si vous le souhaitez vous pouvez directement aller le lire sur Amazon ou sur le site internet de Loli Artésia ! Ce qui m’intéresse ici, c’est de vous livrer mon ressenti, de vous dire ce que j’ai apprécié ou ce qui m’a moins plu… Car oui, dans l’ensemble, j’ai passé du bon temps, voire un moment vraiment agréable avec lecture ! Et si je devais pointer la chose qui m’a le plus plu, c’est celle qui m’a donné envie de me plonger dans ce livre : la couverture. Car oui, c’est le premier contact que l’on a avec un livre et c’est extrêmement important. Bon, une fois les bases posées, je dois dire que j’ai été soulagé d’apprendre qu’aucun citron n’a été massacré pour les besoins de la photo. Quoique… En tout cas, c’est une couverture réussie, chapeau à Loli qui l’a réalisée elle-même, de la photo au graphisme !

Passons désormais au contenu de ce livre, qui est défini comme un polar cosy, un roman policier quoi… mais pas comme les autres ! Et ça aussi, je dois dire que ça m’a plu. Des romans policiers, des polars, j’en ai lu pas mal dans ma vie. Mais là, je savais que je devais m’attendre à autre chose, car je connaissais déjà un peu la plume de Loli Artésia. Et je n’ai pas été déçu ! Premièrement, la présentation sous forme de chapitres, avec des titres parfois farfelus, a piqué ma curiosité. Tout au long de ma lecture, je me suis amusé à répondre à la question suivante : pourquoi ce chapitre est-il titré ainsi ? Je vous avoue que ce jeu est ludique et qu’il m’a permis de passer un excellent moment chaque fois que je reprenais ce livre là où je l’avais laissé. Deuxième chose, la plume de l’auteur (sans « e » pour moi, je ne voudrais pas me brouiller avec les réfractaires de la langue française…). Toujours très poétique, elle atteint parfois des sommets dans les formulations utilisées, qui servent bien l’intrigue et la façon dont Loli a voulu conter son histoire. Par ailleurs, elle utilise un vocabulaire juste et bien choisi. Je dois dire que parfois, j’ai dû chercher quelques termes dans un dictionnaire mais je n’ai pas trouvé cela gênant car j’aime apprendre des choses quand je lis un livre. D’autant plus quand ces nouveaux mots sont essentiels pour comprendre l’intrigue de ce polar (je me suis même dit que l’aconit, cette plante-poison que je ne connaissais pas, pourrait avoir sa place dans un de mes thrillers…).

Dernière élément : les personnages… Ah, les personnages ! D’Armand Léandre, ce commissaire de police qui est là sans qu’on comprenne pourquoi, à Cléophée Polidori, cette dame qui rentre dans le troisième âge mais déteste les vieux, en passant par Norbert Guidon (ce nom, qu’est-ce qu’il est bien trouvé !)… On peut dire qu’ils sont bucoliques ! Et qu’ils n’ont rien à voir avec les personnages que l’on pourrait trouver traditionnellement dans un polar ou un roman policier. Et c’est là, mais ce n’est que mon avis, que Loli Artésia a fait très fort. Certes, elle a construit une intrigue policière, avec une enquête, des suspects, plusieurs meurtres etc… Mais ce qui retient le plus l’attention, c’est tout ce qu’il y a à côté : ces histoires entre les petits vieux du quartier, cette fausse amourette qui n’a pas le temps de naître entre le commissaire et sa commandante (et je ne citerai pas le reste, il faut que je laisse un peu de suspense…), et ces personnages qui ont chacun un caractère bien marqué. Si cette lecture m’a tant plu, ce n’est pas grâce à l’intrigue policière, mais plutôt parce qu’à plusieurs reprises, j’ai ri des travers des personnages créés par l’auteur (toujours pas d' »e », ce serait trop plat…). Ceci dit, il y a quand même un revers à la médaille…

Je pense que le souhait de Loli Artésia n’était pas de livrer un « vrai » roman policier, basé uniquement sur une intrigue et une enquête. En ce sens, son roman est plus que réussi et avec moi, elle a touché sa cible. Ce qui ne m’empêche pas d’être un peu resté sur ma faim. Je m’explique. J’ai trouvé que vers la fin du roman, l’intrigue policière s’accélérait d’un coup, avec plusieurs rebondissements qui arrivaient un peu comme un cheveu sur la soupe. Si ça m’a posé problème, c’est peut-être parce que je suis un lecteur de thrillers et de romans policiers et que je ne peux m’empêcher d’attacher de l’importance à l’intrigue policière. J’aurais souhaité que l’auteur prenne son temps pour nous aider à comprendre qui était vraiment coupable et victime dans toute cette histoire, car il n’était pas tout à fait évident de démêler le vrai du faux… Mais bon, je le répète : j’ai passé un très bon moment en lisant « Passé Un Certain Âge » et je ne regrette en aucun cas mon achat ! Mais ce serait trop facile si on était toujours satisfait à 100%, non ?


Et vous, avez-vous déjà lu des livres de Loli Artésia ? Si c’est le cas, je vous invite à me dire lesquels, vu qu’elle a écrit autre chose que du polar (pas mal de nouvelles et de poésies, dans des styles bien différents). Et si vous n’avez jamais ouvert un livre de cet auteur (décidément, pas de « e » et pourtant, on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs…), je vous conseille d’y prêter un œil attentif. Pourquoi ? D’une part car elle est indépendante (comme moi, et qu’il faut se soutenir) mais surtout parce qu’elle est pétrie de talent !

Publié le Laisser un commentaire

QUELS ONT ÉTÉ MES CHOIX CONCERNANT LES PERSONNAGES DANS MES NOUVELLES ?

Cette semaine, alors que nous venons de fêter les trois mois de sortie de mon dernier recueil de nouvelles (intitulé « Le Train de l’Angoisse »), je voulais partager avec vous quelques choix que j’ai fait concernant les personnages qui peuplent les dix wagons de cet ouvrage. Pourquoi ai-je mis un homme dans telle nouvelle et une femme dans telle autre, pourquoi le choix de tel ou tel prénom, telle situation familiale, etc… Je vais tout vous expliquer, afin de vous permettre de mieux décrypter mes écrits !


1/ Homme ou femme ? Le choix du genre et des prénoms

Tout d’abord, je souhaiterais évoquer avec vous le choix du genre. Pourquoi faire vivre telle aventure à un homme plutôt qu’à une femme ; et au-delà du genre, pourquoi un ou une ado dans tel texte et pourquoi une personne âgée dans tel autre ? Prenons quelques exemples pour illustrer mes choix. Dans la nouvelle « La Faucheuse », j’évoque la mort et l’appréhension que tout un chacun peut avoir quand on s’approche de la fin de notre vie. Je ne pouvais donc pas mettre en scène des gens jeunes, qui sont loin de ces interrogations. Voilà pourquoi j’ai choisi un personnage en fin de vie, très âgé – dans ce que l’on pourrait appeler aujourd’hui le quatrième âge. Pourquoi avoir choisi une femme ? Tout simplement car selon les statistiques, elles vivent plus longtemps que les hommes, donc ce choix m’a paru logique. A l’inverse, lorsque j’ai commencé à mettre en place la nouvelle « Blue Whale Challenge », j’ai vite compris qu’elle devait mettre en scène des adolescents, qui plus est des collégiens. En effet, ce jeu a été rendu populaire sur les réseaux sociaux, comme beaucoup d’autres, et devinez qui utilise ces réseaux à longueur de journée : les adolescents et les jeunes adultes ! D’où ce choix… Mais pourquoi choisir une jeune fille plutôt qu’un jeune homme, allez-vous me demander. Là aussi, la décision s’est opérée naturellement : à cet âge-là, les jeunes filles sont souvent plus matures que les jeunes hommes, ce que j’ai essayé de montrer à travers mon texte. Il me semblait donc plus logique de mettre en scène une adolescente plutôt qu’un adolescent. Au contraire, et ce sera mon dernier exemple, j’ai fait le choix de mettre en scène un homme, trentenaire, dans la nouvelle « Game Over ». Il me semblait plus logique de prendre un homme timide et introverti, qui découvre le réel amour pour la première fois, et de lui faire commettre un meurtre sur la femme qu’il aime. Je trouve (mais ce n’est que mon avis) que cela a plus d’impact que si j’avais fait le choix inverse…

Parlons également du choix des prénoms : sachez que c’est toujours une galère pour moi ! Pourquoi ? Premièrement, j’ai du mal à donner un prénom d’une personne que je connais à un de mes personnages. J’ai toujours peur de faire la description (physique et mentale) de ladite personne, et d’être influencé par ce que je sais d’elle… Du coup, je prends généralement à peu près l’âge que je veux donner à mon personnage et je regarde sur internet les prénoms les plus donnés dans son année de naissance. Voilà comment s’opère mon choix, même s’il m’arrive parfois de trouver un prénom que je trouve adapté à l’histoire que je construis sans avoir recours à Google.

2/ L’origine sociale et l’âge donnés aux personnages

En ce qui concerne le choix de l’origine sociale et de l’âge de mes personnages, tout dépend encore une fois du contexte et de ce qui est raconté dans l’histoire que j’écris. Pour la nouvelle « Game Over », j’avais forcément besoin d’un homme célibataire, qui arrivé à la trentaine n’avait pas encore connu le grand amour. Cela me paraissait plutôt logique. Pour la nouvelle « Le Miroir Maléfique », il me fallait un jeune couple, avec deux personnages qui entraient dans la vie active après leurs études et qui se mettaient en ménage. Cela me paraissait là encore plus logique pour expliquer qu’ils obtiennent ce miroir qui, si vous n’avez pas encore lu la nouvelle, est plutôt spécial (je n’en dis pas plus…). La nouvelle « Ligne 9 » est différente, car n’ayant pu opérer de vrais choix, j’ai décidé de faire vivre la même action selon différents points de vue : trois pompiers, une banquière et enfin le personnage central de la nouvelle. Je ne voudrais pas vous assommer avec les exemples, mais pour la nouvelle « En Mémoire de Noël », j’ai fait le choix de prendre un enfant d’une dizaine d’années qui vit seul avec sa mère, pour que l’action puisse se mettre en place.

D’où viennent tous ces personnages que je crée ? La plupart du temps, ils sortent tout droit de mon imaginaire, mais certaines situations qu’ils vivent peuvent être inspirées de faits réels. Ce qui est le cas pour ce jeu stupide, le « Blue Whale Challenge », qui a réellement existé sur les réseaux sociaux (c’est qu’il a fait ses recherches, le petit !). D’autres personnages peuvent être largement inspirés par la vie réelle. Je vais vous parler là d’une nouvelle parue sur mon tout premier recueil, en 2017, intitulé « Des Aventures Hors du Commun ». Pour la nouvelle « Les Voisines », j’ai choisi de décrire le personnage de Pierre comme étant un instituteur, car j’avais besoin qu’il passe du temps chez lui pour pouvoir voir le manège de ses voisines. Là encore, comme j’ai moi-même exercé ce métier, je sais que l’on peut avoir pas mal de temps chez soi, même si c’est du temps où on travaille pour préparer sa classe ou corriger des copies. Mais l’action se passant pendant l’été, Pierre peut aisément rester chez lui pendant que sa femme est au travail. De plus, les deux voisines de ce pauvre Pierre sont inspirées par des voisines que j’ai moi-même eues, et qui déménageaient. Comme Louise et Joséphine, elles faisaient des aller-retour incessants en passant devant chez moi, et il m’arrivait de discuter avec elle. Même dans la description physique, on retrouve de vrais éléments. Bon, par contre, mes voisines n’étaient pas des tueuses en série et elles transportaient de vrais objets, pas des corps. Désolé si ce détail vient vous décevoir…

3/ Le caractère, un élément lié à l’action que je construis

Selon la longueur des nouvelles que j’écris (certaines sont plutôt courtes mais d’autres plus longues que des nouvelles classiques), je prends le temps de développer – ou non – le caractère de mes personnages. Si le texte est court, je préfère me concentrer sur l’action ainsi que sur leurs sentiments. Mais on peut tout de même déceler quelques traits de leur caractère ! Pour vous donner un exemple, dans la nouvelle « Dans la Tourmente », qui est peut-être une des plus courtes, on peut tout de même voir que le personnage de Mila est tête en l’air, tout en ayant peur de s’engager dans la vie, puisque les autres personnages pointent ce trait de caractère comme étant un de ses principaux défauts. Quant aux personnages secondaires, pas le temps de les développer dans une nouvelle qui reste courte. Ils peuvent avoir certains traits de caractère marqués, mais en général je ne m’attarde pas trop sur eux… ce qui ne m’empêche pas d’avoir parfois envie de les retrouver dans un autre texte pour les développer un peu plus !

Quant aux nouvelles qui dépassent le nombre de caractère classique de ce genre littéraire, comme « La Faucheuse », « Blue Whale Challenge » ou encore « Ragots », le fait d’écrire des textes plus longs permet de construire un peu plus les personnages, notamment ceux qui sont au premier plan. Dans « Ragots », où deux étudiants sont mis en scène – un jeune homme et une jeune femme -, j’ai pu faire évoluer le comportement de Xavier, qui au départ adore raconter des ragots sur les autres étudiants avec son amie Margot ; mais ensuite, à cause d’un élément dont je ne peux pas vous parler (au risque de tout vous spoiler), il va s’éloigner de son amie dont il est amoureux et avoir un comportement très malsain avec la gente féminine. Sur un texte court, je n’aurais jamais pu développer cela ! Pour prendre un dernier exemple, Noémie évolue elle aussi et s’affirme tout au long de la nouvelle « Blue Whale Challenge ». Si au début elle est désemparée suite au suicide de sa meilleure amie, elle va ensuite devenir la leader d’un mouvement de rébellion contre ce jeu stupide qui se développe dans les collèges et lycées de France via les réseaux sociaux. Elle parviendra à faire entendre sa voix et montrera qu’elle a un caractère fort et bien trempé.


Voilà, je ne voulais pas trop vous assommer avec les exemples, mais j’espère vous avoir aidé à mieux comprendre les choix que j’ai pu opérer tout au long des textes que j’ai écrits pour ce recueil de nouvelles publié il y a un peu plus de trois mois maintenant. Si vous avez déjà lu cet ouvrage, cet article vous aura donné quelques pistes supplémentaires pour mieux comprendre mes textes (enfin, je l’espère). Quant à ceux qui ne l’ont pas encore lu, peut-être que cet article vous rendra curieux ! Si tel est le cas, je vous invite à vous rendre sur ma boutique pour commander votre exemplaire au format broché, ou sur Amazon si vous lisez plutôt en numérique. Je vous encourage également à me dire en commentaire ce que vous avez pensé de ces explications concernant les choix que j’ai effectués sur les personnages de mes nouvelles.