Publié le Laisser un commentaire

« ZOÉ » FÊTE SES SIX MOIS : PREMIER BILAN

Salut tout le monde ! Ce lundi, six mois après la sortie de mon deuxième roman, je viens vous faire un petit bilan de ses premiers mois de vie. Un bilan pas toujours très positif, vous allez vite comprendre pourquoi… Loin de moi l’idée de me plaindre, attention ! Mais comme d’habitude, je trouve cela intéressant de partager avec vous l’évolution des ventes et des avis autour de mes livres, en toute transparence. Allez, c’est parti pour le bilan !


Vous ne le savez peut-être pas encore, sauf si vous aviez lu mon article sur mon ancien blog, concernant le bilan un an après la sortie de mon roman « Double Face » : je tiens à jour un tableau des ventes de mes livres. Cela me permet de voir si je suis rentré dans mes frais, mais aussi de m’apercevoir si mes livres se vendent beaucoup, ou pas. Cette année, nous sommes plutôt dans le ou pas, mais je pense qu’il y a une raison à cela, dont nous allons parler dans les lignes à venir. Mais avant, si vous n’avez pas encore découvert mon second roman, intitulé « Zoé », je vous remets le lien pour le télécharger en numérique (pour ce qui est de la commande en broché, vous pouvez directement m’adresser un message…) :

TÉLÉCHARGER « ZOÉ » SUR MA KINDLE

Pour commencer, je vais évoquer quelques chiffres renvoyant aux ventes de ce roman. Vous trouverez en détail le nombre de personnes qui ont lu « Zoé » en numérique et en broché, ces chiffres prenant également en compte les livres que j’ai pu offrir pour de la promotion ou des exemplaires ebook gratuits téléchargés lors de promotions sur la boutique Kindle.

  • Exemplaires au format numérique = 145
  • Exemplaires au format papier = 32
  • Nombre total de livres vendus = 177

Vous pouvez ainsi voir que j’ai vendu moins de 200 exemplaires de ce roman, ce qui me déçoit un peu. D’autant plus que j’ai vendu moins de 50 exemplaires au format broché ; je m’attendais à mieux, sachant que j’avais vendu plus de 100 exemplaires en broché de mon premier roman. Là encore, je ne me plains pas, c’est un simple constat. J’en viendrai aux explications dans un petit instant. Avant cela, toujours en comparaison avec le roman « Double Face », j’aimerais vraiment passer cette barre des 200 exemplaires pour « Zoé », sachant que j’avais vendu, en tout et pour tout, plus de 500 exemplaires de mon premier roman.

Que nous apprennent ces chiffres ? D’une part, je pense qu’il faut prendre en compte le fait que mon deuxième roman est sorti au cours d’une année 2020 vraiment particulière avec le Coronavirus, les deux confinements et le fait que tous les salons du livre se sont annulés les uns après les autres. En effet, quel meilleur endroit pour vendre des livres au format papier et pour se faire connaître que ces salons, essentiels pour les indépendants comme moi ? Sachez que sur cette année morose, je ne serai allé que sur un seul salon, en région parisienne en février (donc avant la sortie de « Zoé ») et que je n’aurai fait qu’une séance de dédicaces au Auchan de Villebon-sur-Yvette (91), en septembre dernier. Ce qui est très maigre pour pouvoir faire découvrir mon livre à de nouveaux lecteurs, vous en conviendrez !

D’autre part, j’ai une deuxième explication à ces chiffres : je pense que la couverture de ce livre est trop sombre et qu’elle a du mal à attirer l’œil des lecteurs. Pour mes deux premiers livres, on avait loué le fait que les couvertures donnaient déjà envie de découvrir ce qu’il se cachait derrière. Je n’ai eu aucun retour de ce genre pour « Zoé », ce qui explique peut-être aussi que ce roman se vende moins que le précédent.

Passons désormais au bilan financier. Pour l’instant, je ne suis pas rentré dans mes frais avec ce roman, qui ne me permet pas de faire des rentrées d’argent. Cependant, je ne me plains pas : il ne me manque pas beaucoup pour entrer dans mes frais et mon entreprise indépendante n’est pas en faillite, loin de là. J’ai pu compter sur les bénéfices occasionnés par mon premier roman pour sortir celui-ci et je ne repartirai pas de zéro pour mon prochain livre. J’ai un peu d’avance, sans pour autant rouler sur l’or. Mais pour l’instant, je peux sortir un autre livre sans me mettre en difficulté financièrement (n’est-ce pas là une bonne nouvelle ?). D’ailleurs, je vous encourage à rester connectés sur mes réseaux sociaux dans les jours à venir, mon petit doigt me dit qu’une annonce importante va bientôt arriver…

Pour finir, un petit point sur mes dépenses. Je voudrais aborder en quelques lignes un sujet qui m’embête. Quand j’envoie un exemplaire broché de mes livres à mes lecteurs, cela me coûte plus de 5€ avec La Poste. Je trouve cela très cher, et cela représente une dépense non négligeable qui m’empêche de vraiment rentrer de l’argent quand je vends des livres. Voilà pourquoi, si vous avez une solution à m’apporter pour envoyer ces livres à moindre coût, je suis preneur ! Comme toute entreprise, si je veux vivre de ma passion pour l’écriture, je dois d’abord réduire mes dépenses et ne plus me poser la question du quoi faire quand un potentiel lecteur veut que je lui envoie un de mes livres…

Quoiqu’il en soit, merci d’avoir lu ce bilan, j’en ferai peut-être à nouveau un dans six mois, pour célébrer la première année d’exploitation de « Zoé ». Les chiffres auront progressé, je l’espère ! Je vous encourage à commenter cet article ou à le partager, et à m’apporter une solution pour les frais de port si vous en avez une 🙂 En attendant, si vous avez lu cet article mais ne connaissez pas encore mon dernier roman, vous pouvez me laisser un message en utilisant le formulaire de contact, et pourquoi pas me commander un exemplaire broché de ce roman. J’en ai encore en stock, vous aurez une belle dédicace et en plus, un petit marque-pages… Alors, cela vous tente ?

Laisser un commentaire